Accueil > Aviation Générale > Coup de pouce au projet Calamalo II

Aviation GénéralePublié le 16 janvier 2016

Coup de pouce au projet Calamalo II

Loïc Pochet qui se définit lui-même comme un marin volant poursuit actuellement, du côté de Sète, la construction de son hydravion ULM « Calamalo II ». Cet ancien équipier d’Olivier de Kersauson a 24 traversées de l’Atlantique à la voile à son palmarès dont 3 en solitaire. Depuis de nombreuses années, il poursuit le développement d’un amphibie pensé pour évoluer dans l’univers marin. Il est conçu pour effectuer de longues distances et amerrir en pleine mer. Le prototype de Calamalo II est en partie destiné à rejoindre le Sea Explorer, lors de ses campagnes pour apporter un service supplémentaire à l’équipage. Actuellement, le prototype est en cours de fabrication. La réalisation du moule a été confiée à la section plasturgie du lycée technique Charles Alliès de Pezenas dans l’Hérault.

JPEG - 15.6 ko
Calamalo II l’ULM long courrier d’un navigateur au long cours
© Loïc Pochet

Le projet « Calamalo II » a été sélectionné dans le concours National AVIVA La Fabrique. Pour accéder à la deuxième phase et prétendre à une bourse de 50.000 euros, il doit faire partie des cents meilleurs dossiers. Ce sont les internautes qui en décident par le vote. D’où l’appel de Loïc Pochet au monde de l’aviation à voter pour son initiative. Pour voter, cliquez ici !

  • Manneken Pis

    Je sollicite Mr POCHET pour une explication :

    4000 KM à 200 Km/H = 20h + 30’ de réserve légale
    20h30 * 17 L/h = 348.5 L *0.74 Kg/l = 257.9 Kg

    MTOW 472.5 - 257.9 = 214.6 Kg de solde appareil + équipements + Pilote + bagages

    si le pilote pèse 77 Kg, reste 137.6 Kg - 58 Kg du Rotax nu reste 79.6 Kg pour la cellule !

    Bravo, un homme qui a encore des rèves, cependant comment construire un calamalo de 80 Kg ?

    Signaler un abus
    • Pochet Loic

      Je vous trouve pitoyable ...
      Vous me C... dessus, alors que vous je connaissez même pas la réglementation ulm
      les hydravions sont à 495 kg.... sans le parachute... Pffff !!! lamentable
      Rien que pour cela je ne prolongerai la discutions.
      A bon entendeur Salut ...

      Signaler un abus
    • Grisez Ph

      Vous voulez alléger (même avec les 490 kg) ? mettez lui une aile en M2 - plus efficace ,plus marine ! et moins lourde ,à envergure égale .

      Signaler un abus
    Répondre
  • Anyname

    C’est bien de rêver par ces temps qui courent.
    Pour un tel projet, il vaut mieux avoir les pieds sur terre avant de se mettre en l’air.
    1- Pourquoi la formule ULM ?
    - 4000 km d’autonomie, avec un aéronef 100 ch, qui va voler au mieux à 200 km/h (haubans, surface alaire), qui va consommer 18 l/h (peut être 20 ?), ça fait en gros 260 kg de carburant, pour une masse maxi de 495 kg, un pilote jockey de 80 kg (équipé "emergency"), reste 155 kg pour le moteur et la cellule. Faut le faire !!
    - Surtout que pour tenir 20 h, l’avion devra avoir un PA 3 axes (pour dormir) couplé à un GPS. On est plus au temps de Lindberg.
    2- On s’aperçoit vite, à force d’itérer, que le projet doit être revu et ne doit pas être limité par la masse. Solution : le CNRA. Un bon exemple de dérive des paramètres avec le Solar Impulse : une telle optimisation, qui pouvait s’en douter ?
    3- Pour ce projet, avec une bonne équipe de pros, il faut au mini 2 ans (voir 3) pour le développer. Si on fait travailler un lycée, compter 5.
    4- Le budget n’en parlons pas ..

    Signaler un abus
    Répondre
  • Pierre

    Toujours friand de nouveaux projets, question au concepteur :
    quel le cahier des charges de l’appareil ?

    exclu la pub sur la page internet :
    "Une ligne racée, une visibilité hors norme, son look dynamique ne passera pas inaperçu lors de vos arrivés sur les tarmacs.
    Sa vitesse de croisière vous permettra de voyager sereinement.
    Un orage de grêle menace… une fois posé, vous repliez ses plumes et hop ! 5mn après votre machine peut être à l’abri.
    Grace à ses dimensions, il est même assez compact pour être transporté derrière votre véhicule et entreposé dans votre garage, ou sur votre yacht.
    A la différence d’un grand nombre de ses concurrents, le pilote et son passager sont en tandem l’un derrière l’autre, et non côte a côte, la fluidité de son design lui permettra une vitesse de croisière importante, et un confort de vol inégalé.
    "Photo de l’habitacle du LH dont on s’inspirera pour créer certains des éléments de CALAMALO II " : la reférence.... :)

    Pierre

    Signaler un abus
    Répondre
  • aviarock

    Le site de Loic Pochet sur le sujet annonce 1200 km...

    Signaler un abus
    • Anyname

      vol Dakar-Natal : 3000 km au dessus de l’eau..
      Rhissa Pélissier l’a fait en 1964 avec un Super IV, seule à bord, avec pas mal de carburant. Vol épique.
      Avant, il y eut Maryse Bastié, avec un Caudron Simoun.
      Avant ...
      Certes l’ULM n’existait pas, ni le carbone, ni les moteurs 100 ch.
      La com’, toujours la com’.

      Signaler un abus
    Répondre
  • blanchet frederic

    Moi je vote pour je vote pour je met mes 10 vote !!

    Signaler un abus
    Répondre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut