Accueil » Culture Aéro » Un 747 d’Air France à la Patrouille de France

Un 747 d’Air France à la Patrouille de France

A l’initiative d’Air France, Eric Magnan (Airborne Films) signe un nouveau clip vidéo de 3 minutes 30 secondes, intitulé "Athos 747", qui met en scène un Jumbo Jet de la compagnie nationale en vol avec la Patrouille de France. 11 Alphajet, 1 Boeing 747, 18 caméras… Les coulisses d’un tournage millimétré.

Le tournage du vidéo clip

Le tournage du vidéo clip

La direction des opérations aériennes d’Air France n’a pas voulu laisser s’en aller celui qui a marqué plus de 45 ans d’exploitation commerciale sans lui rendre un hommage à sa manière. En guise de baroud d’honneur, les pros de la compagnie nationale ont offert au Jumbo Jet, une sortie de champ pleine de panache. Pour le tournage d’une vidéo, ils ont réuni dans le ciel d’Istres, un 747 aux couleurs d’Air France et les huit Alphajet tricolores de la Patrouille de France. 18 caméras ont été embarquées pour immortaliser ces quelques minutes d’intense émotion.

L’idée de cette parade revient à Eric Prévot, commandant de bord 777, travaillant auprès du directeur de la communication d’Air France-KLM. Il n’a pas eu de mal à convaincre le président de la compagnie, la direction des opérations aériennes, ni même celle de la communication. Le Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’air a immédiatement donné son accord. L’opération a naturellement reçu le nom de code « Athos 747 », Athos étant le code de la PAF.
Le tournage du vidéo clip
Air France va faire appel à Eric Magnan pour la réalisation du film. Eric Prévot a travaillé avec lui, il y a trois ans, à l’occasion du tournage du documentaire sur les 60 ans de la Patrouille de France. On y voyait un A320 de la compagnie nationale volant en patrouille avec les Alphajet de la PAF. On ne change pas une équipe qui gagne…

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un plan, mais d’un film. L’objectif est plus ambitieux. Le travail de préparation aussi. Il faut coordonner les mouvements du 747 et ceux des 11 Alphajet qui vont l’accompagner. Aucune impasse avec la sécurité ne sera tolérée, pas plus du côté militaire, que du côté civil.
Le grand briefing qui a réuni autour du Cdt C. Dubois, leader de la PAF, tous les acteurs à Salon-de-Provence, a duré 4 heures. Au premier plan : Eric Prévot, le coordinateur de l'opération
Côté Air France, l’opération sera strictement encadrée sur le plan technique par une étude de sécurité soumise à l’approbation de la Direction de la sécurité. « Notre premier travail a été de définir et de partager les procédures qui devaient permettre au dispositif de 12 avions de parler un langage commun et de pouvoir travailler ensemble en garantissant le plus haut niveau de sécurité en toutes circonstances », explique Eric Prévot. Que faire en cas de panne radio d’un ou plusieurs éléments, en cas de panne avec un impact immédiat sur la trajectoire, d’une perte des conditions météorologiques visuelles, etc. Rien n’est laissé au hasard.


Dans le même temps, Eric Prévot, Eric Magnan, Anthony Pecchi (photographe) et le Capitaine Hervé Aubert (« Athos 9 », remplaçant) préparent un story bord détaillé. Il envisagent 21 plans. Pour chacun, il s’agit de prévoir la position relative des 12 avions, les 9 qui sont dans le cadre, et les 3 qui filment. Il s’agit surtout de déterminer les trajectoires des appareils pour rejoindre la position, le passage d’une configuration à l’autre. Il faut aussi tenir compte de l’autonomie limitée des Alphajet (1 h 15), des limites de l’espace aérien alloué par « Istres essais », de la position du soleil, du temps nécessaire à la mise en place des avions au cours des différentes formations, etc.

Tout était écrit, rien n'était laissé au hasard, même les échanges radio
Les séances de travail s’enchaînent avec les représentants de la PAF, ceux des opérations aériennes d’Air France, le contrôle aérien militaire d’Istres, le réalisateur et le photographe. Il y aura vingt versions successives du story board, la partition que devront suivre à la seconde près et au degré près, les pilotes, les contrôleurs aériens et les preneurs de vues. Le chef d’orchestre sera Eric Prévot, le troisième homme d’équipage du 747.

« Après de nombreux échanges et briefings intermédiaires entre les différents participants, deux aller-retour sur Salon-de-Provence et plus de vingt versions Power point qui me vaudront le sobriquet « PPT » donné par les pilotes de la PAF, nous pouvons envisager de présenter ce storyboard à l’Etat-major de l’air et à notre Directeur de la sécurité pour validation », explique Eric Prévot. « Nous sommes prêts à « briefer ». » Le vol est prévu le lundi 25 janvier, avec un report possible au mercredi 27.

Quelques jours avant le jour J, tous les pilotes, les photographes, le contrôleur aérien d’essais, le Directeur des équipes de présentation de l’Armée de l’air, le Directeur de la sécurité des vols et l’Officier de Sécurité des Vols d’Air France sont réunis sur la base 701 de Salon-de-Provence pour le grand briefing qui va durer 4 heures. « Nous revoyons ensemble les procédures de rassemblement des avions en vol, la phraséologie associée à chaque phase pour garantir une gestion efficace des communications entre 12 avions. Chaque plan est analysé, détaillé séparément dans le plan vertical et horizontal, pour chacun d’entre eux les responsabilités d’anti abordage sont clairement explicitées, ainsi que les « coms » associées. Vitesse, inclinaison, altitude, rayon de virage, rien n’est laissé au hasard ».

Un 747, 11 Alphajet, 78 plans…
Le dispositif de prise de vues imaginé par Eric Magnan repose sur 18 caméras dont 16 embarquées (il y en a deux au sol, à Salon et à Roissy-CDG). 10 caméras sont fixées sur les Alphajet dont une dans un pod pour filmer vers l’arrière. 3 autres sont tenues par des cameramen en place arrière. Il y a également deux preneurs de vues à bord du 747. Eric Magnan qui est installé dans l’Alphajet N°10 du Lcl Arnaud Amberg, directeur des équipes de présentation de l’Armée et de l’Air et leader 2004, a également pris une caméra.

Finalement, le tournage aura lieu le mercredi 27 janvier.

A 13h20, le Boeing 747-400 « Tango-Delta » s’aligne sur la piste 26R de Roissy-CDG. Aux commandes, il y a Jacques Bret, commandant de bord, et Hughes Courtieu. Eric Prévot est le chef de mission. A 14h30, les deux Alphajet du Lcl Amberg (Athos 10) et du Cne Aubert (Athos 9) et le Jumbo jet se regroupent au niveau FL080 (2.700 m d’altitude) sous le contrôle d’Istres Essais. « Pendant un premier pattern de 15’, nous allons procéder aux essais de manoeuvrabilité derrière le « Tango-Delta » pour identifier les zones de turbulence de sillage et nous commençons déjà 4 les premiers plans prévus dans le storyboard avant d’être rejoints par le deuxième box des neuf AlphaJet de la Patrouille de France ».
Eric Magnan, le réalisateur du film de 3'30 à la gloire du 747 d'Air FranceCompagnie porte-drapeau…
Malgré les centaines d’heures de prises de vues en vol qu’il totalise, Eric Magnan reconnaît que c’est la première fois qu’il a été aussi fortement impressionné par un avion : « Vu de la bulle d’un Alphajet, le 747 en vol est un paquebot du ciel, il est énorme, majestueux… ». Mais à cet instant précis, il n’y a toutefois pas de place à l’émotion. Il faut rester concentrer.
Traveling sur le 747 à la pointe de la Patrouille de France…
« Commence alors un ballet rigoureux et précis autour du 747, avec des échanges radio concis et précis entre les pilotes en charge des avions « vecteur image » (les « Kodak » dans le jargon des pilotes de chasse), le Pilot monitoring du 747 qui est « primary talker » avec le contrôleur essai réception (DGA Essais en vol) pour tout le dispositif, le Pilot Flying qui annonce tout changement de trajectoire avant de l’exécuter selon une phraséologie particulière, et le chef de mission qui recale les différents plans en fonction du déroulé du storyboard, des aléas rencontrés, de la position du soleil, tout en prenant en compte l’autonomie restante des Alphajet dont celles plus limitatives du 9 et du 10 qui ont décollé 15 minutes plus tôt que leurs ailiers », détaille Eric Prévot.
Le Jumbo Jet et son escorte au-dessus de la couche…
De sa place arrière, en même temps qu’il filme, Eric Magnan contrôle l’autonomie des fumigènes. Il dispose de 7 minutes. C’est peu. Il faut donner le top au bon moment.

Tout est écrit. La position de chaque avion évidemment, mais aussi les mouvements et même les échanges radio. Pas de place à l’improvisation. Deux mois intensifs de travail ont été nécessaires pour arriver à ce niveau de perfection.
Le 747
Après une heure de vol environ, au-dessus de la Camargue, du Languedoc Roussillon et des Cévennes, 19 des 21 prévus ont été tournés. Après un dernier salut sous fumigène, la Patrouille de France quitte « Tango-Delta » pour regagner la base aérienne 701 de Salon-de-Provence. « Tango-Delta » se posera un peu plus tard à Roissy-CDG. Avant de rejoindre son parking, il fera un dernier passage devant le siège d’Air France.

Le Jumbo Jet n’est décidément pas un avion comme les autres !

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

28 commentaires

Laisser un commentaire