Accueil > Défense > Première esquisse du futur bombardier stratégique B-21 (LRS-B) de l’US Air (...)

4 commentaires Défense

Première esquisse du futur bombardier stratégique B-21 (LRS-B) de l’US Air Force

C’est la ministre déléguée aux forces aériennes (Air Force Secretary) en personne qui a dévoilé la silhouette du futur bombardier stratégique à long rayon d’action (LRS-B) de l’US Air Force. Deborah James a également donné son nom : B-21.

JPEG - 22.6 ko
Le futur bombardier stratégique à long rayon d’action B-21 de l’US Air Force, un air de déjà vu…
© US Air Force

C’est à l’occasion du congrès annuel de l’Air Force Association, à Orlando, que Deborah James, la ministre américaine en charge des forces aériennes, a montré la première image du futur bombardier stratégique à long rayon d’action (Long Range Strike Bomber, LRS-B) qui sera développé par Northrop Grumman. Elle en a profité pour indiquer qu’il faudrait désormais appeler cette aile volante aux formes anguleuses, B-21, en attendant que lui soit attribué son nom de baptême, probablement en septembre prochain, lors d’une conférence de la même association.

Avec son air de déjà vu, le B-21 n’est pas sans rappeler le B-2 Spirit, avec toutefois, une ligne plus épurée, à ce stade du développement. Et ce n’est pas étonnant puisque dès l’origine, le Pentagone a souhaité que les industriels en lice, privilégient des technologiques ayant fait leurs preuves, pour éviter de se lancer dans un long, coûteux et hypothétique programme. L’US Air Force a précisé qu’elle ne payerai ses 100 exemplaires pas plus de 511 M$ pièce.

Pour l’heure, le coût du programme est évalué à 80 milliards de dollars, mais par expérience, chacun sait que lorsqu’il s’agit de programmes militaires, il n’y a pas que les bombes qui explosent.

Si la ministre s’est autorisée à dévoiler le futur B-21, c’est aussi parce que Boeing et Lockheed Martin, les perdants de l’appel d’offre, ont renoncé à faire appel de la décision de l’US Air Force. La voie est donc libre pour Northrop Grumman. Le B-21 doit entrer en service au milieu de la prochaine décennie.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport (...)
Journaliste chez Aerobuzz.fr

4 Commentaires

  • SOEUR SOURIRE

    encore une défaite pour Boeing qui se retrouve avec une gamme civile et militaire vieillissante, et des licenciements à la clé .... Northrop est conforté dans son concept d’aile volante furtive par le Pentagone.
    Le Pentagone mise toujours sur la furtivité malgré les recherches et les progrès de la Chine et de la Russie pour détecter les appareils discrets, on pense aux radars basse fréquence et bi statiques. Peut être que Northrop a emporté la mise avec de nouvelles technologies qui permettent de justifier l’existence d’un bombardier piloté furtif capable de pénétrer tous les espaces aériens même les mieux défendus. pour délivrer des armes conventionnelles .... ou pas.

    Signaler un abus
    • michael

      Faut areter de croire que les radars "basse frequence" sont l’arme absolue contre les avions dits furtifs.
      Ces radars peuvent en effet "voir" des avions a faible echo radar, mais ils ne peuvent en aucun cas etre utilises pour la conduite de missile.
      En cause une loi vieille comme le monde qui lie la precision a la frequence utilisee.
      La furtivite a encore de beaux jours devant elle :)

      Signaler un abus
    • soeur sourire

      oui, c’est ainsi que les serbes n’ont pas réussi à abattre un F117 furtif avec un bon vieux SA3 des années 60 fonctionnant dans la bande des 800 MHZ.....
      heureusement, ils ne savaient pas que c’était possible, alors ils l’ont fait....
      plus sérieusement, la résolution et le pouvoir séparateur des radars sont liés à la fréquence utilisée, cependant il existe des traitements spécifiques de l’information brute qui permettent de pallier ces soucis, et les russes sont passés maitres en la matière,

      et pour finir j’ajoute que si je peux voir un B2 avec un bon vieux radar Tall King, lui aussi des années 60 (P14 selon la nomenclature russe je crois) , je peux aussi indiquer à des chasseurs ou se rendre quitte à finir au canon ou au missile infrarouge R27 E.T le travail pas vrai ?
      enfin moi je dis ca je dis rien....
      et soeur sourire repart en chantonnant gaiement sur sa bicyclette bleue, furtive et écolo....

      Signaler un abus
    • aviarock

      Bravo pour l’humour et la technicité, Soeur Sourire !!!

      Et, pour compléter, si on en revient à tirer les avions au canon ou à la signature IR, ça va ressembler au retour du combat aérien tourbillonnant dans lequel les Russes sont maîtres en maniabilité par rapport aux types d’avions choisis par les USA et l’OTAN...

      Signaler un abus
    Répondre

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut