Accueil » Défense » SEMMB vise le doublement de sa production de sièges de Rafale dès 2017

SEMMB vise le doublement de sa production de sièges de Rafale dès 2017

Actuellement, l’atelier d’assemblage des sièges éjectables du Rafale de SEMMB (Société d’Exploitation des Matériels Martin Baker) à Argenteuil tourne au ralenti. Ce n’est pas non plus la grande effervescence du côté de Mérignac où sont assemblés les Rafale. L’emballement politico-médiatique suscité par la signature des premiers contrats export n’a pas franchi la porte des ateliers.

SEMMB a la souplesse d'une petite organisation de production

SEMMB a la souplesse d'une petite organisation de production

Les six premiers Rafale livrés dans l’urgence à l’Egypte ont été pris sur le quota français, au grand soulagement du ministère de la Défense. Pas besoin donc de mettre les bouchées doubles. Quant aux livraisons du Qatar, elles ne débuteront pas avant 2018. D’ici là, l’Inde aura signé pour 34 appareils et Dassault aura décroché d’autres contrats. C’est du moins la conviction d’Eric Trappier, le PDG de la société. D’où sa décision de se mettre en capacité de tripler la cadence de production si nécessaire. La SEMMB suit logiquement le mouvement.

La filiale commune de Safran et de Martin-Baker vient en effet de renforcer ses effectifs en recrutant trois techniciens supplémentaires, actuellement en cours de formation. 13 opérateurs sont donc affectés à l’assemblage des sièges. « D’ici la fin 2016, nous aurons doublé notre capacité de production », explique Laurent Leyniac, le chef d’atelier. Outre l’augmentation des effectifs, SEMMB mise sur la polyvalence de ses techniciens. « Les opérateurs affectés à la maintenance des sièges de Mirage 2000 et d’Alphajet devront pouvoir faire du montage de siège Rafale ». La filiale de Safran emploie une cinquantaine de salariés.
SEMMB a la souplesse d'une petite organisation de production
Le principal de son activité est constitué par l’entretien des sièges éjectables en fonction sur les avions construits par Dassault. Si une vingtaine de sièges neufs MkF16F de Rafale sont assemblés chaque année à Argenteuil, en revanche, 100 à 130 sièges sont révisés dans le même temps. Les sièges sont révisés tous les 2 ans après leur mise en service, avec une révision générale tous les 6 ans. Pour SEMMB de défi est de mobiliser ses fournisseurs Une quarantaine de fournisseurs contribuent à la fabrication des sièges dont Martin-Baker Aircraft (UK), Ronaldsway (Ile de Man), Zodiac Aerospace (France), Dassault Aviation (France), Meggitt Aerospace (UK), Air liquide (France), etc. pour réussir à atteindre la cadence de production de 4 sièges par mois dès 2017. Pour se donner un peu de souplesse, l’équipementier franco-britannique prévoit aussi de constituer du stock. « C’est possible puisque la pyrotechnie est montée à Mérignac par Dassault », précise Laurent Leyniac.
Un siège éjectable MkF16F de Rafale contient environ 3.500 pièces et pèse en moyenne environ 90 kg
Depuis sa création en 1959, SEMMB a produit environ 5.700 sièges SEMMB a produit à ce jour 5.700 sièges dont 250 pour le Rafale, 1.470 pour le Mirage 2000, 47 pour le Super Etendard, et 220 pour l’Alphajet, l’avion d’entrainement des pilotes des armées. Les avions sont équipés de 1 ou 2 sièges selon la demande des armées (sur la flotte de l’armée française, 2/3 des avions sont monoplace). et sauvé la vie à 698 pilotes. Autrement dit, plus d’un siège éjectable sur 10 a été utilisé par un pilote. C’est une moyenne sur près de 60 ans. Les avions modernes sont plus fiables et les procédures mieux encadrées. Pour preuve : sur les 250 sièges de Rafale livrés à ce jour, 3 ont servi.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

1 commentaire

Laisser un commentaire