Accueil > Hélicoptère > Le Bell 47 repart pour 60 ans (au moins)…

13 commentaires Hélicoptère

Le Bell 47 repart pour 60 ans (au moins)…

A Las Vegas, Scott’s Bell 47 annonce son intention de relancer la fabrication du vénérable hélicoptère Bell 47 équipé d’une turbine Rolls-Royce RR300. L’objectif du constructeur américain est de faire le meilleur hélicoptère de travail aérien du… XXIème siècle !

JPEG - 48.4 ko
Le Bell 47 équipé d’une turbine Rolls Royce RR250-C20
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr
JPEG - 48.8 ko
Le futur Bell 47GT-6 (turbine RR300) sera développé sur la base du sera basé sur le Bell 47G-3B-2A (ci-dessus)
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

La société américaine Scott’s Bell 47 basée à LeSueur (Minnesota) a racheté le certificat de type du Bell 47 en 2010. Elle s’est depuis fait la spécialiste de la refabrication et de la restauration de pièces pour cet appareil. « Ces dernières années, nous avons sans cesse reçu des sollicitations de nos clients qui souhaitaient acheter un 47 neuf  » explique Don Maguire, directeur du soutien à la clientèle de la société. « Aujourd’hui on saute le pas…  »

JPEG - 48.4 ko
Le Bell 47 équipé d’une turbine Rolls Royce RR250-C20
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Scott’s Bell 47 vient d’annoncer à Heli Expo vouloir relancer la production du légendaire Bell 47. L’appareil sera officiellement appelé « 47GT-6 » et il sera basé sur le Bell 47G-3B-2A, modifié pour accueillir la turbine Rolls Royce RR300. Il emportera également une avionique semblable à celle déjà développée par SB47 pour moderniser la flotte de Bell 47 déjà existante. SB47 prévoit également de doter le nouvel appareil de pales en composites, de nouveaux roulements et de quelques autres raffinements tels qu’un éclairage extérieur à LED et un nouvel aménagement intérieur.

JPEG - 47.8 ko
Le futur Bell 47GT-6 recevra une avionique semblable à celle du Bell 47G-3B-2A développée par SB47
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’ambition de Scott’s Bell 47 est de faire de cet appareil simple et très largement éprouvé le « meilleur hélicoptère pour le travail aérien pour le 21ème siècle ». Scott’s Bell 47 se donne trente mois pour mettre en place la chaine de fabrication, les premiers appareils devant être disponibles en 2015. Une fois la chaine de fournisseur solidement installée, le rythme de fabrication pourrait atteindre trois appareils par mois.

Le prix annoncé est de 750.000 dollars jusqu’en 2016. Il passera ensuite à 820.000 dollars, pas très loin donc du R66 de Robinson. « Le Bell 47 est un appareil extraordinaire » soulignait Don Maguire pendant le salon. « Ce n’est pas une Porsche et son seul défaut est le manque de vitesse. Mais on n’achète pas une Porsche pour faire des travaux agricoles ou pour apprendre à conduire…  »

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom (...)
Journaliste chez Aerobuzz.fr

13 Commentaires

  • rouletabille

    il y en a qui n’ont pas encore compris qu’une turbine n’était valable et rentable qu’en altitude, à priori, , le BEL 47 nouvelle vague serait le roi du travail aérien...qui ne se fait pas en altitude ! CQFD

    Signaler un abus
    Répondre
  • ventenpoupe

    On peut aussi aimer la Jeep 1945 parce qu’elle est rustique !
    Avec une turbine qui consomme environ 100 l/heure, c’est un biplace qui arrivera chez nous à plus d’ 1 000 000 d’euros, frais options et taxes comprises.C’est pour les gros fermiers d’ Australie ou du Wyoming, mais pas pour ici.

    Signaler un abus
    Répondre
  • danyfly

    C’est du marketing, pur et dur
    Mais produit "nouveau" avec un faible cout de développement , la recette est bonne

    Signaler un abus
    Répondre
  • sam ficher

    j’adore l’idée vite !! un petit helicopthere simple et je pense que sa va marché !

    Signaler un abus
    Répondre
  • lavidurev

    ...après tout, si ils ont des commandes fermes...

    Signaler un abus
    Répondre
  • Schroeder Philippe

    La connerie n à pas de limites. C était bien en 1947, mais c est franchement de la merde.
    Bientot aérospatiale va annoncer la mise en production du Lama équipe d un moteur IO 540.

    Signaler un abus
    Répondre
  • pilote007

    Niveaux visibilité, c’est le top. Pour le reste, c’est dépassé !

    Signaler un abus
    Répondre
  • Ptitprince

    La liberté d’entreprendre est essentielle et nul ne peut prédire l’avenir de cette renaissance. On verra les résultats dans quelques temps. Bonne chance aux entrepreneurs, libre comme l’air de lancer leur projet. Les ventes confirmeront ou infirmeront cette initiative. Je ne comprends pas le sens des commentaires virulents.
    En attendant, le Bell 47 me rappelle l’hélicoptère de Skippy notre ami le kangourou survolant le "Watara national park".

    Signaler un abus
    Répondre
  • TECS

    Faudra repenser la capacite des reservoirs et certifier la machine

    Signaler un abus
    Répondre
  • Alfred21

    L’épandage étant définitivement interdit en Europe ...je ne vois pas l’avenir d’un tel appareil ici. De plus, le marché est maintenant inondé de Bell 47 g2 et Soloy à vendre (tout aussi efficace pour le type de travaux aériens concernés) et qui ne trouvent pas preneurs...

    Signaler un abus
    Répondre
  • AG

    Pour ma part une très belle initiative et j’espère qu’elle aura du succès. Dans un monde aéronautique qui devient le terrain de l’assistanat électronique, moi qui veut être pilote j’ai honte !
    Ne reste plus qu’a appuyer sur un bouton... une aide OUI mais un pilote NON !

    Qu’une entreprise refasse vivre une machine qui a tant de vécu est pour moi une très belle initiative et montre la passion des ricains pour leurs machines... une fois de plus l’esprit américain et d’Amérique du Nord nous montre bien des choses... watch and learn...

    Signaler un abus
    • pat

      vous avez jamais bossé avec pour dire cela

      faut etre jeune enthousiaste ou très vieux et ne plus en avoir a faire de ses vertèbres tassées pour bosser avec ce genre d’engin ( 600h e de vol en travail aérien épandage sur tout types de cultures )

      aucun confort que ce soit au niveau aération suspension ( une planche tout simplement ) survivabilité en cas de crash extrêmement limité )

      l’avantage paradoxale des vieux moteurs a pistons qui l’équipaient c’était de pouvoir redonner des tours rotors en donnant un coup de moteur en cas de besoin vu que la survie dans ce genre d’engin c’est de garder les tours rotors sinon plus de portance ,or avec une turbine autorégulé sans moyens de changer manuellement la puissance c’est risqué de se retrouver en limite et de soit perdre les tours soit de faire pomper la turbine par une trop grande sollicitation puissance et de perdre la turbine au mauvais moment , bref pour tous ceux qui ont bossé en agricole c’est pas forcement une bonne nouvelle même si les qualités de la machine sont indéniable ( portance pour les modeles g2 stabilité grâce au système rotor et maniabilité mais manque chronique de puissance )

      mais bon à l’air du composite de tout le progrès technologiques depuis 60 ans nous ressortir le bell , pffff je passe.

      Signaler un abus
    Répondre

Laisser un commentaire

Modération à priori :

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut