Accueil » Industrie » Même les grands patrons de l’industrie aéronautique rêvent

Même les grands patrons de l’industrie aéronautique rêvent

Jeff Pino, l’ancien PDG de Sikorsky, qui vient de se tuer aux commandes de son P-51D Mustang, s’était mis en tête de certifier un jet privé, à décollage vertical. Il faisait partie de ces respectables dirigeants de l’industrie aéronautique américaine qui, la retraite venue, s’engagent dans des projets avant-gardistes.

Le jet d'affaires TriFan 600 à décollage vertical de XTI Aircraft

Le jet d'affaires TriFan 600 à décollage vertical de XTI Aircraft

Depuis qu’il avait quitté la présidence de Sikorsky Aircraft, Jeff Pino avait rejoint David Brody et son projet TriFan 600. A Denver, au sein de XTI Aircraft, la société que Brody a créée en 2014, il avait retrouvé Charlie Jonhson, un ancien président de Cessna et Dennis Olcott, l’ingénieur en chef d’Adam Aircraft, mais aussi du programme PiperJet. Ces seniors voulaient révolutionner l’aviation d’affaires avec leur TriFan 600. Pino n’est plus, mais le programme continue…

A en croire Brody et ses associés, leur TriFan 600 sera le premier avion d’affaires certifié à décollage et atterrissage vertical, offrant une grande autonomie et une vitesse de croisière élevée. Conçu pour être piloté par un seul pilote, il peut emporter jusqu’à 5 passagers. Sa vitesse de croisière rapide est de 340 kts, son altitude de croisière 35.000 ft et sa distance de franchissement de 1.500 NM. Il décolle verticalement grâce à ses trois hélices carénées. Il développe une puissance de 2.600 cv.

Au cours des deux premières années d’existence du projet qui viennent de s’écouler, XTI Aircraft a travaillé sur des essais de simulation numérique. Pour passer à l’étape suivante, à l’automne dernier, la société a lancé une campagne de financement participatif (« crowdfunding »). Mi-janvier 2016, plus de 2.000 investisseurs potentiels avaient promis de verser plus de 20 M$.
Le jet d'affaires TriFan 600 à décollage vertical de XTI Aircraft
Le cas de Jeff Pino n’est pas isolé. On retrouve en effet fréquemment d’anciens grands noms de l’industrie aéronautique américaine dans des projets futuristes qui éclosent. L’un des plus emblématique est sans doute Brian Barentz, l’ancien PDG de Learjet, qui a rejoint la société Aerion et le projet de jet d’affaires supersonique AS2 lancé au début des années 2000 par Richard R. Tracy. A la fin des années 90 et au début des années 2000, plusieurs anciens grands noms comme Duncan B. Koerbel (Bombardier) chez Adam Aircraft, se sont aussi retrouvés dans les projets de « pocketjets » qui se sont multipliés à cette époque.
Brian Barentz, l’ancien PDG de Learjet, a apporté sa caution au projet de jet supersonique AS2 d'Aerion avant qu'Airbus Group s'intéresse au projet
C’est un peu comme si, pour tous ces grands patrons, la retraite était l’opportunité de se lâcher. Libérés des conseils d’administration et des assemblées générales d’actionnaires, tout devient possible. Ils apportent avec eux leurs carnets d’adresses et mettent sur la table leurs stock options… pour jouer.

Et même si le TriFan 600 n’est jamais certifié, il aura fait rêver Jeff Pino.

Gil Roy
Le besoin de rêver, même chez les plus sérieux des dirigeants d'industrie…

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

5 commentaires

Laisser un commentaire