Accueil » Aviation Générale – brèves » Le CFI fête les 95 ans de René Fournier à Amboise-Dierre

Le CFI fête les 95 ans de René Fournier à Amboise-Dierre

Le président du Club Fournier International (CFI), Michel Leblanc, et Monique Percereau, cuisinière pour les grandes occasions, avaient mis les petits plats dans les grands, le 7 mai 2016, sur l’aérodrome d’Amboise-Dierre (Indre-et-Loire), pour fêter un anniversaire surprise (« à l’insu de son plein gré »), à René Fournier, 95 ans, « qui n’avait rien demandé », mais heureux tout de même de retrouver ses amis, nombreux et fidèles. Le hangar de l’aéro-club de Dierre transformé en salle de restaurant pour 160 convives, 30 ou 40 avions sur le parking, un discours improvisé par René Fournier avec l’humour qu’on lui connait, du soleil à l’envi, une ambiance amicale internationale, … Que demander de plus ?

Parmi les inconditionnels de la formule « avion-planeur » il y avait notamment Christian Ravel, fondateur du musée aéronautique d’Angers, Bernard Chauvreau, pilote d’essais historique des avions René Fournier, ou encore Michel Barry, ingénieur-pilote d’essais. Il y avait aussi Jean-Michel Daubagna, qui poursuit la construction du RF4 UL, monoplace à longeron bois-carbone, à moteur Briggs et Stratton, à ailes repliables (comme le RF5). Comme le RF3 UL de Claude Briand, il pèsera moins de 300 kg pour respecter de « vieux » règlements qu’on devrait plutôt qualifier d’ « anciens » (éternelle lutte entre les anciens et les modernes) . « La technologie au service de l’homme » : avec des solutions simples, des matériaux modernes. Cette recherche a toujours guidé la conception des avions René Fournier « RF ».

Parmi les appareils remarquables rassemblés sur le parking d’Amboise-Dierre, il y avait notamment le RF47, Patrick Guiselli, commandant de bord A320. Cet avion de construction amateur est équipé d’un moteur 6 cylindres Jabiru. Il a été construit grâce à la récupération de morceaux d’avions issus de la dernière faillite du constructeur. Pour mémoire, le RF47 a été le premier JAR-VLA certifié par la DGAC.

A noter que Frédéric Fournier, fils du constructeur, en parfaite entente avec le CFI et l’EASA, prépare la succession du suivi de navigabilité, via une association spécifique. L’APDOA n’étant plus obligatoire pour cette catégorie d’avion (ce qui n’était pas le cas il y a quelques années), le transfert des certificats de type s’en trouvera facilité. René Fournier pourra enfin se mettre complètement en vacances !

Jean-Marie Klinka

4 commentaires

  • Michel Trémaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

cfc
Bannière Tbm910

Sur Facebook

siae