Accueil » L’ENAC lance son premier MOOC « quel avion pour quelle mission ?

L’ENAC lance son premier MOOC « quel avion pour quelle mission ?

L’ENAC diffusera du 7 mars au 17 avril 2016 son premier MOOC sur la plate-forme FUN (France Université Numérique) : « Quel avion pour quelle mission ? ».

Pourquoi une compagnie aérienne affrète un type d’avion plutôt qu’un autre ? Sachant qu’il existe aujourd’hui environ une centaine de types d’avions de transport, la question est en effet légitime : un type d’avion donné, pour quel type de mission est-il fait ? Et a contrario, quel avion choisir pour effectuer un type de mission donné ?
Ce sont à ces questions que se propose en premier lieu de répondre le MOOC : Quel avion pour quelle Mission ?

Mais au-delà de ce questionnement initial, ce cours est destiné à appréhender le secteur du transport aérien dans toute sa richesse et sa complexité. En effet, l’avion est l’élément central d’un vaste écosystème industriel et économique constitué de nombreux acteurs : avionneurs, aéroports et compagnies aériennes, mais également services de navigation aérienne, ou encore autorités de régulation…

Ce MOOC s’adresse à tous car il ne demande pas de prérequis spécifique : Professionnels du secteur du transport aérien désirant acquérir une vision systémique transverse du domaine, étudiants intéressés par le domaine, passionnés d’aviation…
Le cours est déjà dispensé aux Ingénieurs ENAC de 1ère année.

Suivre ce MOOC dans sa totalité (parcours Avancé) demandera un investissement d’environ 3 heures par semaine, pendant 6 semaines. Il se compose d’une part de modules de cours, de quiz d’autoévaluation, de vidéo-reportages, et de témoignages de décideurs de haut niveau.

18.01.2016

2 commentaires

  • Degila

    L’ENAC lance son premier MOOC « quel avion pour quelle mission ?
    En tant que professionnel de l’aviation je désire suivre vos publications.
    Salut

  • Grisez Ph

    L’ENAC lance son premier MOOC « quel avion pour quelle mission ?
    Le rêve – initial – de l’homme est d’avoir des ailes …dans le dos .
    Ce rêve a été en partie réalisé par le vol des ultras légers . Mais il y a encore des progrès à faire ,et je suis persuadé que des engins personnels de moins de 10 m d’envergure sont possibles ,afin de permettre à des adultes pas trop « manches » de voler au ras des marguerites …la science ,et la technique sont là ,et de nouveaux matériaux (par exemple magnésium nano composite , cf SAE ) sont capables d’alléger encore ce type d’engin . Pour la formule ,j’ai des idées . Ne pas oublier C Ader ,dont le planeur « en plume d’oie  » ne pesait que 25 kg …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.