Accueil » Le musée volant de la Montagne noire

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Le musée volant de la Montagne noire

A 60 km à l'est de Toulouse, sur les hauteurs de Revel et du lac de Saint-Ferréol, l’aérodrome de la Montagne Noire, site mondialement connu pour son centre de vol à voile, abrite un musée à la collection exceptionnelle ! C’est ici que le vol à voile a écris certaines de ses plus belles pages.

11.08.2016

C’est au printemps 1932 que Jean Thomas et Jean Garrigue découvrent le site de la Montagne noire. L’engouement pour le vol à voile, plus sportif et plus économique que le vol moteur, amène les aéro-clubs de la région à créer, en mars 1933, la Fédération Française de Vol à Voile du Midi. Grâce à ses excellentes conditions aérologiques le site de la Montagne Noire permet la pratique du planeur toute l’année et devient l’un des berceaux du vol à voile français.

Planeur

Les pilotes décollaient au sandow, puis au treuil. Les premiers avions remorqueurs utilisés à la Montagne Noire seront le Fieseler « Storch », puis sa version « Morane-Saulnier M.S.502 ». Le 16 avril 1941, le terrain fut élevé au rang de Centre National de Vol à Voile. Dédié à la formation et au perfectionnement des vélivoles, il accueillera des centaines de stagiaires.

Plus de 20 planeurs et avions exposés, couvrant la période de 1873 à nos jours, sont à découvrir.

Le 1er Juillet 1956, Guy de Lasageas devient chef de centre. Ancien pilote militaire, il est un technicien inégalé du vol à voile et de l’instruction. Jusqu’en 1971, il dirigera avec passion une équipe d’une douzaine d’instructeurs et d’une vingtaine de menuisiers et mécaniciens (animés par Jacques Aubriot). Il mènera La Montagne Noire au plus haut niveau, pour l’activité et la qualité de l’enseignement. Du 19 au 30 juin 1961, se déroule le championnat de France de vol à voile. En septembre 1979, le 283ème stage sera le dernier de ceux du Centre National de Vol à Voile de la Montagne Noire…

Planeur Avia XV A, de 1932, version améliorée du XI A par des mats et un petit fuselage de toile.

En 1980, pour des raisons budgétaires, la Direction de l’Aviation Civile décide la fermeture du Centre… Plus de 200 pilotes auront suivi chaque année des stages de perfectionnement ou d’instructeur. Près de 300.000 heures de vol et plus de 10 records ont été réalisés ici, où les plus grands noms de l’aéronautique française ont fait leurs premières armes, comme en témoignent les quelques 150 panneaux de stages décorant l’ancienne cantine. En janvier 2009, l’aérodrome est inscrit monument historique, avec le classement des pistes, des deux hangars Mistral, de l’ancienne cantine du Centre et de l’atelier Jacques Aubriot.

Aujourd’hui, on vole toujours, bien sûr, à la Montagne Noire ! Depuis 1998, le Centre est animé par un aéro-club où l’on pratique essentiellement le vol à voile.

Le Hangar Mistral abrite le fameux Musée créé par l’Association pour la Préservation du Patrimoine Aéronautique et la Restauration d’Avions Typiques.

De nombreux documents sont exposés dans la célèbre « cantine », où l’on trouve aussi une importante bibliothèque de livres rares.

Le hangar Mistral abrite le fameux musée créé par l’APPARAT, Association pour la Préservation du Patrimoine Aéronautique et la Restauration d’Avions Typiques, dont le Président-Fondateur ne cesse de s’activer avec toujours autant de passion ! L’Association a réuni, depuis 1974, une très riche collection et s’emploie à préserver, à restaurer et à mettre en valeur les appareils de la glorieuse époque du ce haut lieu du vol à voile : planeurs bien sûr, mais aussi avions, bâtiments et documents qui sont exposés dans la célèbre « cantine » avec une importante bibliothèque de livres rares et de documentations techniques.

Plus de 20 planeurs et avions exposés, couvrant la période de 1873 à nos jours, sont à découvrir : Spalinger S 18, Nord 2000, CM8-13, Fouga Cyclone (prototype ancêtre du Fouga Magister), Breguet 901, 904 et 905, Fauvel AV45, Slingsby T 21, Carmam M100, et bien d’autres sont pour la plupart en état de vol ; les membres de l’association, qualifiés, peuvent ainsi les utiliser à leur gré !

D’autres appareils complètent la collection tels que : l’Avia XVA, XI A, le Sulky, Lagasse Eole (planeur ayant effectué son 1er vol en 1928), le Caudron C800, le Scheïbe MU13, le Nord 1300, … ainsi que des avions : Blériot XI, Pou du ciel, Storch, Coutouli (appareil de construction amateur des années 30), Avionnette HM 8 d’Henri Mignet, Morane 563 prototype. Un Zlin 526 Akrobat et un NC859 sont en état de vol.

Présentation de l’oiseau de Clément Ader à un groupe de jeunes visiteurs

Vous découvrirez aussi une curiosité peu connue : « L’oiseau » de Clément Ader. C’est en 1873, à Castelnaudary, que Clément Ader acheva la construction de son « Oiseau », avec lequel il souhaitait faire (et fit !) de la « sustentation planée ». Les ailes, d’environ 6 mètres d’envergure, en bois creux, étaient articulées, pouvaient avancer ou reculer. La queue ne se composait que d’une série de plumes analogues à celles des ailes. « Nous piquions la plume dans la tige, la collions et l’entoilions : besogne délicate, minutieuse, toute de patience et très longue par conséquent. Mais le résultat était fort léger et valait la peine que nous nous donnions », expliqua Clément Ader.

Pour l’expérience, il s’installa dans l’appareil, celui-ci étant attaché par son centre de gravité à quatre points d’équerre, éloignés du centre d’environ quinze mètres. Les cordes immobilisaient l’engin horizontalement, mais le laissaient libre verticalement. « Lorsque le vent se mit à souffler modérément, il se souleva d’un mètre à un mètre cinquante et se maintint à volonté ». Clément Ader pouvait le faire monter ou descendre selon l’inclinaison des ailes… !

Cette expérience s’est déroulée à « deux pas » du terrain, 20 ans avant le premier vol de l’Eole ! Les habitants du village voisin, Villeneuve la Comptal, décidèrent de réaliser une reconstitution de « l’Oiseau ». Peu après en 1890 Clément Ader inventa et déposa le mot « Avion », terme issu du grec et latin « avis », oiseau.

Planeur d’acrobatie Fouga CM 8-13 F CROI, N° 01 de 1949 (le prototype qui, équipé d’un réacteur sur le fuselage, a été le 1° avion à réaction entièrement français et le plus petit avion à réaction du monde à cette époque. Construit à Aire sur Adour par les ingénieurs Castello et Mauboussin il est le point de départ de la réalisation du Fouga Magister).

L’an dernier la collection s’est enrichie du don d’un superbe Bréguet 904 Nymphale N° 14, en état de vol. Ce planeur biplace datant de 1959, d’une envergure de 20 m et d’une finesse de 33, s’adjugea le 1er mars 1961 les records du monde d’altitude absolue et de gain d’altitude aux mains de deux grands pilotes René Siaudeau et Jean-Paul Weiss (10 500 m) à la Montagne Noire. Le musée est aujourd’hui détenteur de la plus importante collection Bréguet dans le monde !

Autre arrivée très remarquée : le Spalinger S18 III. C’est sur cet appareil qu’Eric Nessler a battu le record du monde de durée : 38 heures et 21 minutes, à La montagne Noire les 18 et 19 juin 1942 en se réchauffant les mains à l’aide de bougies taillées dans un cierge emprunté au curé de Carcassonne ! Ce planeur suisse, conçu en 1936, est le seul au monde encore en état de vol ! Il a depuis terminé sa visite d’entretien et a effectué son premier vol à la Montagne Noire le samedi 11 juin 2016.

Planeur de performance Nord 2000 F CAOP, N° 60 de 1947 (a réalisé la 1° traversée des Pyrénées le 30 juin 1949 en partant au treuil de la Montagne Noire vers Figuéras).

L’AVIA XI, un planeur poutre, fut récemment donné par un membre de l’APPARAT ayant effectué ses premiers vols dessus avant 1940 ! Il est en parfait état, hormis un rentoilage nécessaire.

Une dizaine de moteurs (Vaslin, Anzani, Salmson, Poinsard, Aubier-dune,…) complètent la collection. Un simulateur de vol a également été cédé à l’Association par l’Enac Biscarrosse. C’est grâce à ces gestes généreux que le musée continue à se développer. Mais faute de place, tout ne peut être exposé. L’équipe espère obtenir de la Communauté de communes un peu plus de surface de façon à pouvoir accueillir de nouvelles machines prestigieuses et continuer ainsi sa progression.

Si vous venez un jour de météo favorable, vous aurez peut-être l’occasion d’admirer, le nez en l’air, certains de ces appareils exceptionnels, ou pourquoi pas de vous offrir un vol-découverte au-dessus de la plaine du Lauragais et de la chaine pyrénéenne… Quoiqu’il soit, voilà une escapade qui vaut largement le détour !

Magali Rebeaud

 

Informations pratiques

– Aérodrome de la Montagne Noire, Revel.
L’accès est assez simple par la route, en se dirigeant vers le bassin de Saint-Ferréol ; à partir du lac, la route est fléchée.
Venue possible en avion mais, terrain soumis à autorisation de site.
http://a.p.p.a.r.a.t.free.fr
– Ouverture : Le musée se visite tous les week-ends de juillet et aôut ou sur demande au 06 83 18 46 51.
– Tarif : 5 € la visite commentée. 3 € pour les groupes.
Gratuit pour les moins de 12 ans.

Consultez le site internet de l’Association où toute l’histoire du centre de vol à voile de la Montagne Noire vous est contée. Il existe par ailleurs un ouvrage passionnant de Roger Alby : « Le Vol à Voile à La Montagne Noire » (Cepadues-Editions).

A propos de Magali Rebeaud

chez Aerobuzz.fr
Pilote privée, Magali travaille depuis de nombreuses années dans le domaine de l’aviation : Guide conférencière au Musée de l'Air du Bourget, Responsable communication, Chargée de missions pour l’Aéroclub de France, pour le Salon du Bourget, mais aussi Journaliste pour le magazine Volez, Aviasport, Air&Cosmos, Science&Vie,… et depuis un an pour Aérostar TV avec son émission « Tour de Piste ». Magali Rebeaud est l'auteur du "Guide de la France aéronautique" (éditions Privat).

6 commentaires

  • Aujourd’hui le musée accueille même des classes de maternelle avec des enfants passionnés de quatre ans!!!

  • mahieu sylviane

    Le musée volant de la Montagne noire
    J’ai connu (dans mes jeunes années…) le terrain et j’ai eu l’honneur d’être testée par de lasageas qui était venu à Toulouse-Lasbordes tester les monits à travers leurs élèves…
    j’y suis retournée à l’occasion d’un stage des vélivoles lillois en 1980! que de bons souvenirs…

  • KURZ zénon

    Le musée volant de la Montagne noire
    Bravo à notre cher Président de l’APPARAT Bernard Gabolde et son équipe de volontaires très dévoués

  • Grisez Ph.

    Le musée volant de la Montagne noire
    Deux points ,svp ;
    Sur l’Oiseau de C Ader … il faut noter l’excellente étude du général Lissarrague ,ancien directeur du Musée de l’air -du Bourget- dans son livre « Clément Ader ,inventeur d’avions » , de 1990 , dont un passage sur le planeur en plumes d’oies ,qui vola en 1873 ,et fut présenté au salon de Nadar en 74 , mais sans qu’aucune photo de l’Oiseau par ce célèbre photographe n’ait survécu , si tant est qu’il y en ait eu une de faite …
    Et l’ « inclinaison » – des ailes – dont il est question était en fait leur flèche – sur axe Vertical : ailes en avant , l’engin , lourd de la queue , monte -à moins d’abaisser l’empennage – ,et vice versa . (En fait sur les oiseaux ,tous les axes sont basculés ou basculables – ni verticaux ,ni horizontaux )
    Sur La Montagne Noire …: je me suis laissé dire ,lors d’une visite ,je crois , que certains avaient fait le projet de peindre sur le fuselage des planeurs … une ligne de flottaison ! afin de sensibiliser les élèves pilotes au fait qu’il valait mieux atterrir en haut , que en bas , » sur » le lac .

  • ratel

    Le musée volant de la Montagne noire
    le vol à voile à la montagne noire, c’est super sympa ce musée, beaucoup de jeunes
    doivent s’intéresser à ce sport qui à toutes ces lettres de noblesse, qui apporte tout
    la formation du vrai pilote!!!!! réflexion, maîtrise, courage, études environnement du
    ciel , surtout les nuages!!!!!
    bien à vous sur ce site, place à toute notre jeunesse pour l’avenir de l’aviation du futur
    qui redonne à tout homme sa vraie valeur!!!!!

  • yves duwelz

    Le musée volant de la Montagne noire
    Bonjour,

    Un grand merci pour tout ces articles sur des Musées connus ou moins connus. Que de projets de visites en perspectives pour les mois qui viennent.

    Je me permet de faire profiter les visiteurs de mon blog (http://www.belgianaviationnews.be/) de liens pour vos articles et de manière générale des articles d’Aerobuzz. C’est toujours un succès.

    Continuez à nous éblouir.

    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.