Accueil » Et pendant ce temps, le trafic continue de croître sur les aéroports français

Et pendant ce temps, le trafic continue de croître sur les aéroports français
premium
libre

+6,0% en septembre 2018. +4,8% depuis le début de l’année. La croissance du nombre des passagers sur les aéroports français est soutenue. En tête : Nantes (+12,0%), Bordeaux (+11,7%) et Bâle-Mulhouse (+10,1%). Malgré la hausse du prix du pétrole qui rogne les marges des compagnies aériennes et les difficultés de recrutement de pilotes qualifiés, les annonces d’ouvertures de lignes se multiplient… Pour le moment. [Trafic passager en septembre 2018 sur les aéroports français]

24.10.2018

Suite à l’annonce de cession d’activité de la compagnie Primera, Norwegian a immédiatement mis en place des tarifs spéciaux de rapatriement pour les passagers affectés. Airbus a du se chercher une nouvelle compagnie de lancement pour son A321LR. © Primera

Ryanair éternue, mais le transport aérien européen ne s’enrhume pas pour autant. Confrontée à des vents contraires (négociations sociales tendues), la première compagnie européenne en nombre de passagers revoit à la baisse ses résultats pour l’exercice en cours. Elle vient néanmoins d’annoncer la création de trois nouvelles bases dont deux en France (Marseille et Bordeaux) pour le printemps 2019.

Les grandes low cost continuent de se renforcer

De son côté, Vueling inaugure la saison hiver 2018-2019 avec la prolongation de 2 routes mises en place l’été dernier (Marseille-Malaga et Paris Roissy CDG-Rome) et une hausse de 8% de sa capacité par rapport à l’hiver dernier (2,2 millions de sièges pour 45 routes au départ de 9 aéroports français). Quant à easyJet, le 14 septembre, elle a établi un nouveau record personnel avec plus de 330.000 passagers transportés dans une seule journée.

Les challengers à la peine

Dans le même temps, la scandinave Primera a cessé brutalement ses activités, abandonnant ses passagers dans les aéroports. Plus récemment, la chypriote Cobalt Air a cessé aussi ses activités, peu de temps également après son démarrage. D’autres compagnies sont fragilisées. La plus observées étant évidemment Norwegian. Les islandais s’inquiètent pour Wow air. Le prix de pétrole qui ne cesse d’augmenter fragilise les transporteurs. Les passagers ont tout intérêt à se méfier avant de cliquer…

Air France retrouve la sérénité

La bonne nouvelle, une fois n’est pas coutume, vient d’Air France, où le nouveau directeur général semble être parvenu à établir le contact avec les syndicats. Ses propositions ont été acceptées. La base retrouve espoir. La pente à remonter n’en est pas moins raide.

Au cours des 15 jours de grève du premier semestre, la compagnie nationale n’a pas seulement perdu plus de 300 millions d’euros. Elle a hypothéqué son crédit confiance. Une partie des passagers se méfient et les autres majeures européennes à commencer par Lufthansa en profitent pour détourner une partie du trafic long courrier en correspondance à Paris-CDG sur ses hubs de Francfort et Munich. En région, Lufthansa, Iberia, British Airways, Turkish Airlines, mais aussi Emirates et Air Canada offrent des alternatives intéressantes à plus d’un titre.

Le pavillon français ne réussi pas à rattraper son décrochage

Cela se traduit, sur les chiffres de septembre 2018, par un nouveau décrochage du pavillon français. Dans son indicateur mensuel du trafic aérien commercial, la DGAC précise que si le trafic des opérateurs français a progressé de +3,9%, celui de leurs concurrents fait un bond de +7,4%. Sur le marché intérieur, la croissance du pavillon français rend 9,5 points aux compagnies étrangères. A l’international, il limite la casse avec 2,3 points.

L’ensemble des principaux aéroports français qui ont ouvert en grand les portes aux compagnies étrangères enregistrent une hausse significative ce mois-ci (+5,9% en métropole, +6,0% au total). Beauvais repasse en positif (+7,4% en septembre et +1,6% depuis le début 2018), en attendant la décision de Ryanair de créer ou non une base.

Gil Roy

Le trafic passagers sur les aéroports français en septembre 2018

AEROPORT Septembre 2018 Sept.18 / Sept.17 Cumul 2018 2018 / 2017
Paris CDG 6.505.371 +4,9% 54.743.203 +3,6%
Paris Orly 2.896.702 +4,8% 25.230.474 +3,1%
Nice 1.390.185 +4,0% 10.903.326 +4,2%
Lyon nc nc 8.412.000 +6,9%
Toulouse 870.183 +4,7% 7.265.953 +4,4%
Marseille 877.839 +5,5% 7.179.659 +3,9%
Mulhouse 855.882 +10,1% 6.503.452 +7,8%
Bordeaux 662.607 +11,8% 5.230.425 +8,5%
Nantes 613.880 +12,03% 4.785.547 +13,01%
Beauvais 337.432 +7,37% 2.854.092 +1,67%
Pointe à Pitre 129.247 +4,10% 1.882.514 +2,42%
Lille 225.465 +5,6% 1.636.376 +9,7%
Montpellier 170.301 -0,40% 1.422.521 +1,02%
Ajaccio 209.441 +5,3% 1.411.950 +7,9%
Strasbourg 130.484 +5,1% 957.968 +8,2%
Biarritz 120.740 +3,60% 934.415 -0,75%
Bastia 187.446 +10,48% 1.270.207 +9,81%
Brest 93.450 +8,30% 766.981 +4,18%
Figari 105.205 +8,0% 670.520 +3,7%
Rennes 83.375 +23,8% 654.912 +16,6%
Toulon 58.106 +21% 450.970 +13%
Pau 52.506 +8,03% 449.731 +2,46%
Lourdes-Tarbes 66.894 +7,2% 393.179 +6,2%
Clermont-Fd 41.480 +9,46% 330.211 +11,5%
Limoges 29.823 -8,1% 237.673 -5,7%
Metz-Nancy
Calvi 44.150 +7,33% 298.460 +4,12%
Dinard 13.304 +0,2% 89.8279 -10,1%
© Aerobuzz.fr

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.