Accueil > Transport Aérien > Toulouse-Blagnac voit loin

2 commentaires Transport Aérien

Toulouse-Blagnac voit loin

En 2015, l’aéroport de Toulouse a renoué avec la croissance (+2%) grâce au trafic low cost (+10,6%). Sous l’impulsion de son nouvel actionnaire chinois, la plate-forme veut développer l’international et en particulier vise le long courrier (Chine). D’importants investissements sont annoncés pour porter d’ici à 2018 la capacité annuelle à 12 millions de passagers.

JPEG - 211.2 ko
Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance, et Jean-Michel Vernhes, président du directoire, les deux têtes de la nouvelle équipe de Toulouse-Blagnac
© Guillaume Serpault / Aéroport Toulouse-Blagnac

En 2015, Toulouse-Blagnac est devenu le premier aéroport français privatisé. Le 17 avril, l’Etat français a, en effet, vendu 49,99% de ses actions au consortium chinois Casil Europe. En dépit des frasques du dirigeant chinois de son nouvel actionnaire, disparu quelques semaines plus tard sans laisser de traces, la gouvernance a été installée et la nouvelle équipe s’est mise au travail, avec de nouveaux objectifs qui marquent un réel changement de braquet.

Sur la période 2016-2018, Toulouse entend élargir son offre de vols low cost sur l’Europe et gagner des vols internationaux long-courriers. Toulouse regarde vers la Chine. Dès l’été prochain, des vols charters à l’import seront mis en place pour amorcer le trafic. La finalité étant d’ouvrir une ligne régulière à destination de l’un des principaux aéroports chinois. Dans la perspective de la montée en puissance du trafic international, l’aérogare va être redimensionnée et réaménagée.

JPEG - 62 ko
La nouvelle jetée de Toulouse-Blagnac destinée au trafic low cost et régional sera mise en service au printemps 2018
© Aéroport Toulouse-Blagnac

La reconfiguration de l’aérogare se traduira par deux chantiers majeurs. Le premier est l’extension et le réaménagement du hall D (budget : 20M€). Il passe par la création d’une zone unique de poste Inspection Filtrage de 2.000 m2 (12 lignes) et l’aménagement d’une zone commerciale de 4.000m2 en salle d’embarquement. Le second chantier (10 M€) est la construction d’une jetée de 2.500 m2 dans le prolongement du hall A. Ce nouvel équipement doit répondre aux demandes spécifiques des compagnies low cost et régionales. Il sera opérationnel en avril 2018, un mois avant la mis en service de l’extension du Hall D. Egalement à l’horizon du printemps 2018, la construction d’un hôtel 4 étoiles de 148 chambres en liaison directe avec le Hall A viendra compléter ce projet.

JPEG - 65.7 ko
La future zone unique de poste d’inspection filtrage de Toulouse-Blagnac avec ses 12 lignes sur 2.000 m2
© Aéroport Toulouse-Blagnac

Ces grands travaux doteront l’aérogare d’une capacité de 12 millions de passagers dès 2018. En 2015, Toulouse-Blagnac a accueilli près de 7,7 millions de passagers, soit une augmentation de 2% par rapport à 2014. Pour l’heure, la composant dominante de ce trafic est la navette Air France qui a généré sur Paris-Orly 2,3 millions de passagers en 2015, en baisse de -0,5%. A elles seules, les lignes avec Paris représentent 3,2 millions de passagers.

JPEG - 131.7 ko
En 2015, le niveau des arrivées a été réaménagé
© Aéroport Toulouse-Blagnac

Toulouse veut donc rééquilibrer son trafic et il compte sur les compagnies low cost qui représentent 29% de l’activité de la plate-forme, mais qui offre le plus important potentiel de croissance. Là encore, ce segment est dominé par un acteur, en l’occurrence easyJet qui pèse 88% du low cost toulousain. Avec 1,9 million de passagers, elle est numéro deux à Toulouse, derrière Air France et ses 2,8 millions de passagers.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport (...)
Journaliste chez Aerobuzz.fr

2 Commentaires

  • Séry

    Habitant la région de Toulouse depuis 1979,j’ai été étonné à mon arrivée de voir la proximité de l’aéroporte de la ville.Confiant cet étonnement à un collègue,celui-ci me répondit "il va bientôt y en avoir un autre à Fronton" (mi-chemin entre Montauban et Toulouse).Mais je pense que le projet devait être en sommeil.Il s’est quelque peu réveillé,il y a quelques années.Alors les fourches et les fusils sont sortis,et les affiches sur les arbres "NON A L’AEROPORT" ont fleuri..Depuis l’affaire semble s’être réendormie Mais elle va certainement se réveiller à nouveau,car ce nouvel aéroport semble inévitable,avec l’activité d’Airbus et l’accroissement du trafic passagers.L’affaire Notre Dame des Landes nous donne une idée de ce qui risque de se produire

    Signaler un abus
    Répondre

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut