Accueil » Equinor teste la livraison offshore par drone Camcopter S-100

Equinor teste la livraison offshore par drone Camcopter S-100

Le vol de 200 kilomètres aller-retour s’est déroulé fin août 2020 au large de la Norvège vers la plateforme Troll A exploitée par la compagnie pétrolière Equinor. Le drone-hélicoptère Camcopter S-100 conçu par l’autrichien Schiebel a livré sans encombre une pièce pour un canot de sauvetage. Mais pas seulement...

15.09.2020

La Camcopter S-100 vient de se poser sur la plateforme pétrolière Troll A de Equinor. Construit à plus de 300 exemplaires, il intéresse le marché civil que comme le secteur militaire. © Equinor

Le Camcopter S-100 est parti de la ville de Mongstad (sud-ouest de la Norvège) pour rejoindre la gigantesque plate-forme gazière haute de 472 mètres opérée par Equinor. Il s’agirait d’une première pour une telle liaison par drone entre la côte et un site pétrolier offshore. L’opération préparée plusieurs mois à l’avance s’est déroulée avec le concours de Nordic Unmanned, une entreprise norvégienne spécialisée dans les services de drone en Europe. En service depuis 2006, l’aéronef offre selon Schibel une charge utile...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

9 commentaires

  • Bruno Guimbal

    Il ne faut pas se laisser emporter par l’enthousiasme légitime qu’inspire l’arrivée de véhicules autonomes, y compris les drones à décollage vertical.
    Quelques faits, que je tiens de bonnes sources, notamment d’un client, aussi opérateur de drones :
    – Un Camcopter S100 coûte plus cher qu’un Ecureuil H125 (cela dépend des équipements et de la station sol), ou 3 à 6 fois plus cher qu’un Cabri,
    – Son coût direct à l’heure de vol est 2 ou 3 fois supérieur à celui d’un Cabri, plus près de celui d’un Ecureuil (notamment du fait du moteur),
    – Il consomme au kilomètre pratiquement autant qu’un Cabri,
    – Il emporte 30 (trente !) fois moins de charge utile qu’un Ecureuil, 6 fois moins qu’un Cabri , sur 4 ou 5 fois moins de distance, à la moitié de la vitesse…
    – Il mobilise à temps plein un pilote qualifié (et accessoirement, dont le métier ne fait pas rêver les jeunes),
    – Il est incapable de se poser sur plateforme par mauvais temps,
    – Il ne sera jamais certifié pour survoler des zones publiques, du fait de son système simplex non redondant. Et c’est tout le contraire d’un détail technique…

    On peut donc parier (ou je peux parier) que cela restera longtemps réservé aux missions où l’on ne veut pas envoyer un humain, soit par peur qu’il soit descendu (en français « tué »), soit par peur d’identification officielle (dans le cas de conflits récents, le Schiebel a eu la vertu de ne pas être Américain).
    Il faut penser qu’un hélicoptère léger dans un ciel hostile, c’est comme une poule dans un champ de tir.
    L’amalgame « Drone – Autonome – Electrique – Ecologique – Vertueux » fait fureur ces temps-ci 🙂

  • Jean Debroize

    « Par beau temps, ma p’tite soeur navigue… » (Recueil de dictons du Marin Breton)

  • Jean-Mi

    Ce drone n’est pas électrique mais bel et bien thermique, avec un bon vieux moteur à piston ! Il suffit de regarder (et d’écouter) la vidéo pour s’en convaincre. La sortie d’échappement visible sur les photos est aussi un puissant indice.
    Par contre, pour alimenter l’électronique de bord (radiocommande, centrale inertielle, centrale de navigation, servocommandes, etc…) il faut un accu à bord, lequel doit avoir une autonomie de 8 heures…

  • Mat

    Pas de masques là bas 🙂
    8 heures de batterie pour 200kg ?

  • Spls

    « Sa batterie lui permet également de voler huit heures » : vous voulez parler de son réservoir qui alimente son moteur diesel !?! Si Schiebel savait faire un drone électrique de cette taille capable de voler huit heures alors ils auraient craquer le code ! Ils auraient inventé la batterie du futur ! Hélas, les bons vieux diesel ont encore bien des avantages (autonomie, possibilité d’utiliser du jet A1 disponible sur les frégates…).

  • Nouvel

    Bonjour,
    Quelle est la limitation, si ce n’est pas l’autonomie?
    Quand vous écrivez: « l’aéronef (…) peut franchir jusqu’à 130 km à une vitesse de croisière de 100 Km/h. Sa batterie lui permet également de voler huit heures. »
    J’ai l’impression qu’il y a un trou dans la raquette… J’ai tendance à poser 8 x 130 pour la distance franchissable, mais je ne retrouve pas les 130km!
    Une précision?
    Merci.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.