Accueil » Le transport aérien français selon Jacques Bankir

Le transport aérien français selon Jacques Bankir

Dans un livre intitulé « De Concorde aux low-cost » et sous-titré « le transport aérien : orgueil et préjugés » (Editions JPO), Jacques Bankir raconte son parcours, passé pour l’essentiel à des postes de direction d’Air France, mais aussi chez Air Tahiti Nui, CityJet, Vueling et bien d’autres… Cette ancienne gloire du transport aérien français refait l’histoire à travers des épisodes significatifs d’une autre époque : la valse-hésitation d’Air France à la fin des années quatre-vingt quant à sa politique de desserte de l’Atlantique nord (bimoteurs ou tout 747), le mariage difficile entre les grandes cuisines Servair et Marriott, la mise en service de CDG1 (mars 1974), et aussi la création en quelques mois d’Air Tahiti Nui, les rachats et fusions de compagnies françaises (TAT, UTA, Air Inter, Regional…), les tribulations de City Jet, de Vueling, de Baboo (qui se souvient de cette éphémère compagnie qui desservait Saint-Tropez-la-Môle ?).

Le transport aérien français d’avant l’ère du low cost est passé au crible par Bankir qui ne mâche pas ses mots. Les règlements de comptes ne sont jamais loin. L’ancien directeur n’est pas tendre ni avec ses anciens collègues, ni avec ses partenaires. Cela n’échappera pas non plus que ce témoignage est rédigé à la troisième personne du singulier (Jacques a dit !). « Orgueil et préjugés » vous avez dit ? B.R.

De Concorde aux low cost

4.12.2015

3 commentaires

  • Joël banco

    Le transport aérien français selon Jacques Bankir
    Bien à vous Monsieur Jacques BANKIR

    C’est avec un immense plaisir que j’ai lu sans me laissé distraire votre livre  » Du concorde aux low cost » que je trouve à la fois romancé et explicite sur le management dans le transport aérien. Ce livre est clair à propos des points faibles de certains transporteurs. En fait l’orgueil comme pour les navigants est l’ennemi du succès. Ce secteur d’une grande complexité nécessite une certaine humilité. Dans les faits le lancement d’une compagnie aérienne sans avoir fait de simulation au préalable et avec l’exploitation de 3 à 5 avions en moins d’un an c’est se mettre une mine aux pieds.

    Mais j’ai une question à vous poser:
    Compte tenu de l’omniprésence de Ryanair et Easy-jet dans le contexte du transport aérien régional Français, est-il possible qu’un nouveau transporteur parvienne à une rentabilité appréciable?

  • Peretti jean pierre

    Le transport aérien français selon Jacques Bankir
    Aujourd’hui à la retraite (mécanicien KI) et ayant travaillé avec vous à Roissy 1 (épisode mémorable du premier verglas !!), votre livre sera un de mes cadeaux de Noël pour cette dixième année de retraite au Québec.
    Bonnes fêtes de fin d’année

    • Jacques Bankir

      Le transport aérien français selon Jacques Bankir
      Cher Monsieur Peretti. Je vous ai retrouvé dans la liste gardée précieusemet de DKG.KV: né le 5.4.49! Vous aviez 25 ans et moi 36 quand nous avons joué les pionniers de Roissy! J’espère que le livre vous amusera! Bon Québec! jacques.bankir@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.