Accueil » Les exploits quotidiens des pilotes d’hélicoptère de sauvetage en mer

Les exploits quotidiens des pilotes d’hélicoptère de sauvetage en mer

Voilà un livre qui devrait être lu par tous, pilotes et non pilotes, marins et terriens, touristes balnéaires et plaisanciers… Ce livre « Sauvetage en mer, l’hélico de Maupertus », paru aux Editions JPO, est écrit par Jean Debroize. Un personnage emblématique ! Ancien cadre de l’Aéronavale, pilote d’hélicoptères aux multiples qualifications (Alouette III, Sikorsky 58T, Dauphin, Puma…) Jean Debroize a organisé et dirigé la compagnie HéliServices qui opéra des missions de sauvetages en mer au départ de l’aéroport de Cherbourg-Maupertus entre 1980 et 1995. Rédigé sans autre prétention que celle d’informer précisément le lecteur, « Sauvetage en mer, l’hélico de Maupertus » est un recueil des missions effectuées par HéliServices.

On y découvre le quotidien des pilotes, treuillistes, médecins, plongeurs-démineurs, qui, jour après jour (et nuit après nuit car les hélicoptères de la compagnie sortaient par tous les temps et 24h sur 24) ont pris des risques pour secourir le marin tombé à la mer, le cargo en perdition, l’équipage d’un voilier peut scrupuleux sur les procédures, le pêcheur du dimanche totalement naïf (ou inconscient !)… On y découvre aussi que Jean Debroize et ses hommes ont réalisé des opérations beaucoup plus médiatisées et spectaculaires comme par exemple la dépose et son retour de la gigantesque statue de l’Archange qui domine le toit de l’abbaye du Mont Saint-Michel à 160 mètres au-dessus de l’eau. De même, on découvre les trésors de Namibie lorsque le Dauphin N2 d’HiliServices participe à une mission de formation et de surveillance en mer au large des côtes africaines.

Mais voilà aussi un ouvrage qui devrait être lu par l’ensemble de nos administrations : comment ne pas réagir lorsque l’auteur révèle, avec une pointe d’humour bien particulière, que sa compagnie a reçu par exemple un jour un avis d’infraction des Douanes Françaises pour avoir effectué un vol international – de nuit et avec passagers, circonstances aggravantes – entre Jersey et le continent, sans en avoir avisé le service des Douanes (qui demande un préavis de plusieurs heures, et ne reçoit les demandes qu’aux heures « ouvrables ») alors même que ce vol, effectué la nuit dans les pires conditions météo, consistait à récupérer des marins en perdition sur leur chalutier qui dérivait… dans les eaux britanniques de Jersey ?

Pire : le Dauphin, en mission de sauvetage et, de plus, « short fuel », se voit un jour interdit d’apponter sur un cargo au motif que la plate-forme du bateau… n’est pas homologuée pour le Dauphin ! Alors même que, selon l’auteur, le cargo aurait pu recevoir des hélicoptères de tonnage beaucoup plus élevé que le Dauphin…
En tout cas, un livre très instructif sur le secours aérien en mer. Un livre qui fait évidemment la part belle aux facteurs humains : chaque sauvetage est une mission d’équipe. B.R.

Sauvetage en mer, l’hélico de Maupertus

3.09.2015

Un commentaire

  • Jean Langlois

    Les exploits quotidiens des pilotes d’hélicoptère de sauvetage en mer
    Bravo à Jean Debroize, auteur de ces « carnets de vol » passionnants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.