Accueil » Pas de vacances pour les mécanos de l’EALC

KOPTER SH09

Pas de vacances pour les mécanos de l’EALC

Les collectionneurs de Lyon-Corbas réceptionnent cet été un Mirage 3R, un Breguet 1050 Alysée, un Etendard 4M et un Fouga Magister. L’EALC (Espace aéro Lyon Corbas) prend du poids.

29.07.2010

Alors que les mécaniciens bénévoles de l’EALC s’affairent à remonter le Mirage 4 qu’ils sont allés chercher à Chateaudun, Bernard Tribble, le président de l’association n’en finit pas de récupérer de nouvelles pièces toutes aussi bien conservées les unes que les autres. « Nous reconstituons à l’abri la gamme Dassault », confie-t-il. L’association qu’il a créée regroupe une centaine de passionnés. Elle a pour vocation « la participation active à la préservation du patrimoine aéronautique national. C’est l’idée maîtresse », explique-t-il.

Il a obtenu que la mairie de Corbas mette à sa disposition une partie des installations du 5ème Groupement d’hélicoptères légers qui, pendant plus de vingt ans, forma ici des pilotes militaires sur Alouette 2. Jusqu’en 1998. L’autre partie des installations est en cours de transformation en centre aéré municipal. Mais d’ici la fin de l’année, les deux anciens hangars du 5ème GHL seront pleins. Il n’y aura plus la moindre place à l’intérieur de ces 3200 m2 pour accueillir de nouveaux avions. D’où le projet de Bernard Tribble, de construire un hangar supplémentaire de 2000 m2 et de couvrir l’espace de 800 m2 entre les deux bâtiments existants. Ces 2800 m2 supplémentaires lui permettront de rapatrier les nombreuses machines que lui ont été affectées par les différentes armes. L’homme ne fait jamais dans la demi-mesure et c’est aussi pour cette raison qu’il ne compte pas que des amis dans le monde des collectionneurs.

L’ambition du président de l’EALC est d’implanter sur la plate-forme de Corbas un « centre pédagogique et culturel » dont l’exposition d’avions et d’hélicoptères militaires français n’est qu’un aspect. D’emblée, il a orienté son projet vers la formation. « Nous recevons ici des jeunes lycéens jusqu’à des bac+2 qui veulent faire une carrière dans l’aéronautique. Nous accueillons des stagiaires pendant deux à trois mois. Ils sont encadrés par d’anciens mécaniciens aéronautiques ». Il a également noué des partenariats avec des grandes écoles d’ingénieurs de la région lyonnaise auxquelles il a notamment confié la réalisation de supports multimédia destinés à être intégrés à la muséographie. La mise en valeur de la collection est l’un des grands chantiers de l’EALC.

A Corbas, les collectionneurs bénéficient de conditions rêvées pour stocker, remonter et exposer les avions et les hélicoptères que leur président récupère sur les bases aériennes de l’hexagone. Ces machines sont dans un parfait état de conservation. Certaines sont neuves comme ce Mirage F1 commandées par une puissance du Golfe et qui n’a jamais été livré. Quand Bernard Tribbles l’a récupéré, le siège éjectable était encore emballé.

Dommage que l’aérodrome de Lyon-Corbas ne soit pas ouvert à la circulation aérienne publique. L’EALC aurait constitué d’ores et déjà un intéressant but de voyage aérien. Reste la voiture…

Gil Roy

Le site internet officiel de l’EALC

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

  • Hugon

    Pas de vacances pour les mécanos de l’ELAC
    Bonsoir chers collègues,
    Membre de l’A.N.A.M.A.N,je suis admiratif devant ce parc aéro abondamment garni de matériels bien de chez nous.Ancien mécano de l’A.A. j’ai oeuvré sur F 84 F,Mirage III E, R,RD ,N 2501,H 34,Al II,MH 1521 ,CM 170 (10 ans ).Notre association a pour mission de préserver les appareils de l’aéro,nous disposons de plusieurs types d’appareils en double ou triple ex. par exemple le N 262A ,CM 175 Zéphyr,Br.1050 Alizé.Nous recherchons un MS 733 Alcyon et une cellule de Corsair même en mauvais état,au cas où…….Dans 15j ,une petite équipe,dont je fais partie,se rend à Landivisiau pour récupérer le Cruz n° 11 qui nous est destiné,au mois de mai, nous avons reçu (en vol) le dernier SF ,le n° 160,et actuellement,nous restaurons un D 520 et l’unique survivant des Aquilons.Encore une fois BRAVO pour ce que vous faites pour les ailes françaises.
    En espérant vous rendre visite lors d’une visite à la famille(dans le Pays de Gex)je vous souhaite de rapatrier encore beaucoup d’autres aéronefs sur votre site.J.P. Hugon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.