Accueil » Nico Aéro importe l’« hydro-dipping » dans l’aéronautique

Nico Aéro importe l’« hydro-dipping » dans l’aéronautique

Originaire du monde automobile, en vogue au Etats-Unis depuis des années, l'«hydro-dipping », ou peinture hydrographique débarque en France. Cette impressionnante technique de peinture par transfert dans l’eau permet de personnaliser votre aéronef avec les motifs de votre choix.

3.06.2018

Une planche de tableau de bord d’ULM refaite avec une bonne couche d’excentricité. © Nico Aéro

Sur l’aérodrome de Tallard, premier pôle industriel des Hautes-Alpes 100% aéronautique, de petites entreprises font leur chemin sur le terrain de l’innovation. C’est le cas de Nicolas Renchet (Nico Aéro), spécialiste de travail de peinture pour aéronefs depuis quatre ans.

Il vient de se lancer dans l’hydro-transfert et il est le seul en France. Ou comment redonner une nouvelle jeunesse à un aéronef, entre excentricité et technologie de pointe, tout est possible. « La demande la plus farfelue que j’ai eue, c’est le dessin d’une pinup sur des carénages de trains. Mais cela reste techniquement compliqué », explique Nicolas.

Car ce travail d’orfèvre nécessite beaucoup de précision et de savoir-faire. Tout dépend de la forme, de la taille et de la matière de la pièce à personnaliser.

Jante de train destinée à un propriétaire pilote visiblement fan du ciel américain. © Nico Aéro

L’impression est réalisée dans un bac d’eau où la pièce (par exemple une pale d’hélice) est trempée sur le film hydrosoluble qui flotte en surface, et sur lequel les motifs sont pré imprimés. La pression de l’eau agit sur le ou les motifs qui se déposent ensuite sur la pièce (un peu comme le décalcomanie de notre enfance).

Nicolas a déjà séduit quelques clients professionnels comme la société Béringer qui lui a commandé des jantes personnalisées, ainsi qu’une quinzaine de particuliers propriétaires de leur machine. Le résultat est spectaculaire et surtout assez bon marché. Compter entre 80 et 200 euros pour personnaliser une pièce.

Jérôme Bonnard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.