Accueil » La justice remet en cause le projet CDG Express

La justice remet en cause le projet CDG Express

Le coût des travaux est estimé à 2,2 milliard d’euros. Cette ligne a pour objectif, à termes, de ramener à vingt minutes (contre une quarantaine actuellement via le RER B) la liaison Paris-Est/CDG. © cdgexpress

L'autorisation qui permettait au projet du CDG Express de liaison ferroviaire directe entre la gare de l’Est à Paris et l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, de déroger à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées vient d'être annulée par le tribunal de Montreuil. Partiellement en cause : la forte baisse du trafic aérien pendant la crise de Covid-19.

L’autorisation octroyée le 11 février 2019, permettant de passer outre certaines normes environnementales, ne peut-être donnée que si le projet répond « par sa nature (….) à une raison impérative d’intérêt public majeur ». Or, le tribunal a estimé, qu’au vu des éléments du dossier, cette qualification ne pouvait plus être retenue à ce jour. Le contexte de la crise sanitaire et la forte baisse du trafic aérien en résultant, « dont le caractère purement transitoire ne peut être prédit », ainsi que

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Roissy 1 a ouvert en … 1974. La gare de RER était en plein campagne loin de cette aérogare. Aéroports de Paris voulait dissuader les passagers de venir en transports en commun afin de protéger sa rente des parkings et ménager le lobby des taxis alors puissant. Même chose avec Orly alors que sous l’aérogare Sud existe une station (« le sous-marin ») qui aurait du accueillir le métro. Comparez avec les deux aéroports de Pékin et leurs transports en commun dédiés. Celui de Daxing est direct, express et offre la possibilité de voyager dans des conditions de première classe. Et dire qu’Aéroports de Paris a gaspillé 1 milliards de francs (de l’époque) pour son relayeur qui n’a jamais fonctionné !

    Répondre
  • Cette décision du tribunal est vraiment étonnante.
    Le covid et la baisse du transport aérien ne sont quels des phénomènes temporaires( sauf à être d’un pessimisme flagrant…).
    Cette liaison de plus supprimera un grand nombre de liaisons routieres et donc contribuera à une baisse de pollution.
    Comment peut on avoir une vue aussi courte?

    Répondre
  • A noter que le TA de Montreuil n’a pas assorti sa décision de la suspension des travaux ce qui signifie que tous les chantiers en cours peuvent se poursuivre sans retard , ni crainte d’une quelconque injonction de la part de l’autorité administrative compétente.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.