Accueil » Sortie de conflit entre Lufthansa et ses pilotes

Sortie de conflit entre Lufthansa et ses pilotes

 

La compagnie allemande annonce qu’elle a conclu avec le syndicat de pilotes Vereinigung Cockpit un accord qui permettra de mettre fin au conflit social. Les deux parties se sont mis d’accord pour écarter tout recours à la grève pendant la durée des négociations. Cet accord sera formalisé dans une convention collective qui s’appliquera jusqu'en 2022.

17.03.2017

Lufthansa et le syndicat des pilotes Vereinigung Cockpit (VC) signent un accord général jusqu'en 2022 © Fraport

Dans une déclaration d’intention, les partenaires sociaux ont convenu de dispositions progressives en matière de rémunérations, de régime de retraite et d’accord-cadre sur les conditions de travail et de rémunérations des pilotes de Lufthansa, Lufthansa Cargo et Germanwings. Par ailleurs, Lufthansa renonce à son intention d’affecter les 40 avions, en cours de livraison, à des équipes qui ne relèveraient pas de cette convention collective.

Bettina Volkens, directrice des affaires juridiques et des ressources humaines de Deutsche Lufthansa AG, a déclaré : « Il ne s’agit pas seulement de la fin du plus long conflit social dans l’histoire de notre entreprise, mais également du début d’un accord qui durera jusqu’en 2022 et qui fixe les bases d’un nouveau partenariat social avec le syndicat Vereinigung Cockpit ».

L’accord permettra, grâce à un aménagement du régime de retraite, une réduction exceptionnelle de la provision au bilan.  En contrepartie de ces réductions de coûts, Lufthansa s’engage, d’ici à 2022, à faire voler 325 appareils, avec des équipages liés à cet accord. Le groupe allemand pourrait ainsi, dans les années à venir, recruter à nouveau des pilotes stagiaires et proposer des plans de carrière, avec un nombre important de postes destinés à de futurs capitaines.

 

Un commentaire

  • anemometrix

    Les avions nouveaux seront Lufthansa, les pilotes nouveaux seront Lufthansa.
    Normal.
    Les pilotes français se battent pour la même stratégie, bien que moins rigoristes car contraints à des concessions.(transfert AF vers Transavia)

    C’est plus difficile dans un pays où la désinformation médiatique bat son plein (pas ici !) et au sein d’un compagnie lourdement handicapée par des taxes et charges qui poussent à délocaliser vers des pays moins disant sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *