Accueil » A la recherche de Maurice Bon, pilote oublié du Normandie-Niemen

A la recherche de Maurice Bon, pilote oublié du Normandie-Niemen

L’historien biographe Thierry Le Roy s’est lancé sur les traces d’un pilote de chasse Breton, engagé durant la Seconde Guerre au sein du groupe Normandie, et disparu quelque part dans la région de Smolensk (ex-URSS) le 13 octobre 1943. Ce pilote, Maurice Bon, un Breton d’à peine plus de vingt ans, est aujourd’hui peut-être le seul « pilote oublié » du Normandie-Niemen à reposer en terre soviétique…

1.11.2013

Avec « Maurice Bon, le pilote oublié du Normandie-Niemen » (Editions Volez !), Thierry Le Roy rend un hommage exceptionnel aux « pilotes oubliés » de la guerre. Certes, Maurice Bon n’est pas totalement ignoré de ses Bretons de parents et d’amis. D’ailleurs, tous les quimpérois qui voyagent en avion savent bien que l’aéroport de Quimper-Pluguffan, aujourd’hui Quimper-Cornouaille, porte en réalité le nom de « Quimper Maurice Bon ». Maurice Bon appartient à cette race de pilote pour qui la passion de l’aviation passe souvent avant toute autre considération.

Certes, il ne cessera de se battre contre l’ennemi, décrochera plusieurs victoires entre juillet et octobre 1943 (des JU 88, des Fw 190 et un Hs 126), et recevra même la médaille militaire à titre posthume et la Croix de guerre. Certes aussi, comme le rappelle Gérard Feldzer dans sa préface de l’ouvrage « Maurice Bon rejoint ainsi tous ceux qui, comme mon oncle Constantin Feldzer, ont choisi, sur l’appel du Général De Gaulle, une autre voie que celle d’une collaboration confortable et si dégradante : un courage politique et une maturité rares à cet âge. » Mais sa vraie vie, comme il le dira souvent à ses parents, c’est de voler.

Maurice Bon est lâché le 24 septembre 1937, « après 13 heures de vol en double-commande, puis effectue son premier vol solo sur le Potez 36 F-ALTG et devient ainsi […] l’un des premiers élèves de la SAP (section d’aviation populaire) lâché. […] Le 28 décembre, il se voit délivrer le premier degré de pilote de tourisme (numéro 9719). Il peut dès lors voler seul autour de l’aérodrome. » (page 23). Entre ses différents vols effectués au sein des groupes de chasse militaire, il maintient une importante correspondance avec sa famille, notamment dès la fin 1940 : « on parle maintenant de nous démobiliser. […] C’est ce qu’il y a de plus triste car je me demande ce que nous allons faire. J’ai l’impression que la situation en France ne va pas être bien brillante et que la vie ne sera pas rose sous l’occupation ! » (page 37).

Puis, l’aventurier se porte volontaire pour défendre les colonies françaises. C’est ainsi qu’il passera de longs mois à Madagascar et participera même à la grande opération britannique « Ironclad » en mai 1942. Mais le tournant de sa courte vie, c’est lorsqu’il accepte de se battre sur le front Est. Un front sur lequel les Forces Françaises Libres, à la demande du Général De Gaulle lui-même, forment le fameux groupe de chasse 3 « Normandie », qui deviendra le « Normandie-Niemen ».

Le 13 octobre 1943, Maurice Bon disparaît lors d’un combat aérien d’une rare intensité quelque part au-dessus de Sloboda. On ne retrouvera sa sépulture qu’en … 2012 à Stefanovo, un petit village biélorusse. Thierry Le Roy a mené une gigantesque enquête, a consulté des montagnes d’archives et a mené des centaines d’heures d’entretient avec ses proches, pour reconstituer le parcours exemplaire de Maurice Bon. Il en sort donc un livre très documenté, hommage mérité à ce héros « oublié ».

Bruno Rivière

A propos de Bruno Rivière

chez Aerobuzz.fr
Reporter photographe par passion, Bruno Rivière a assuré la rédaction en chef d’Aéroports Magazine pendant près de 25 ans. Il a également enseigné le journalisme en faculté. Spécialiste du transport aérien, il a rejoint Aerobuzz en janvier 2011. Bruno Rivière réalise des reportages et des recensions de livres.

7 commentaires

  • Alla Palkova

    Bonjour! Je suis biélorusse et pendant mon enfance je passais les vacances chez mes grands-parents dans un village à côté de Stefanovo où il y avait la tombe d’un aviateur français, ma grand-mère m’emmenait souvent là -bas, elle prenait soin de la tombe et elle y mettait des fleurs… Tous les villageois étaient très reconnaissants vis-à -vis des français qui étaient venus libérer notre pays de l’ennemi et qui avaient perdu leurs vies dans ce combat… Le nom de l’aviateur écrit sur la tombe était Maurice Bon, j’ai même la photo de sa tombe… Je voulais apprendre plus sur sa vie et son histoire et j’ai trouvé cet article, c’est très émouvant pour moi car j’ai l’impression que j’ai appris quelque chose sur quelqu’un de proche, presqu’un membre de ma famille )) Merci beaucoup à Thierry Le Roy pour ce livre! Si jamais je peux vous être utile n’hésitez pas à me contacter, très cordialement, Alla Palkova

  • BRYANT

    Un grand merci
    Un grand merci à Thierry le Roy, l’auteur de ce livre très complet et très bien documenté sur l’engagement de Maurice Bon, un de ces courageux bretons qui ont donné leur vie pour la liberté. Je viens de finir cette lecture émouvante et pense aussi à d’autres pilotes qui sont partis pour ne jamais revenir. Mon oncle, Paul Borrossi, dont le noms est inscrit sur la stèle, aux côtés de celui de Maurice Bon, était un de ceux-là, et avait effectué ses premières armes à l’aéro-club de Pluguffan , avec Maurice Bon, avant leur engagement en 1939. Toujours à la recherche d’informations sur mon oncle que je n’ai jamais connu autrement que par récits et photos de famille, je serais heureux que des témoins de cette époque ou toute personne disposant d’éléments (photos de groupes…) puissent m’aider dans mes recherches. J. Bryant

    • LE ROY Thierry

      Un grand merci
      Bonjour monsieur,

      Je vous remercie de votre commentaire sur mon livre consacé à Maurice Bon. Et je serai bien heureux d’échanger avec vous au sujet de votre oncle Paul Borossi.

      Thierry Le Roy

  • Lavidurev

    A la recherche de Maurice Bon, pilote oublié du Normandie-Niemen
    Notre ministre de la Défense (également breton) pourrait peut-être faire un geste afin de ramener les restes du héros au pays.

  • Yves DONJON

    A la recherche de Maurice Bon, pilote oublié du Normandie-Niemen
    Mon ami Thierry Le Roy a effectué un travail de recherches remarquable sur Maurice Bon. Son ouvrage va permettre de rendre (enfin) l’hommage que ce pilote mérite ô combien !
    Je suis heureux et fier d’avoir contribué à ce que le lieu de sépulture de Maurice Bon soit identifié avec certitude, 69 ans après sa disparition.
    Le 13 octobre dernier une cérémonie s’est déroulée (comme chaque année) à l’aéroport de Quimper-Pluguffan. Moment d’émotion intense lorsqu’un coffret contenant de la terre du cimetière (de Biélorussie) où repose Maurice Bon a été remis à son frère, René Bon, âgé de 87 ans.

    Yves DONJON
    Documentaliste du Mémorial Normandie-Niemen

  • claudine clostermann

    A la recherche de Maurice Bon, pilote oublié du Normandie-Niemen
    Bravo à Thierry Le Roy pour ce livre et cet hommage que notre patrie et notre mémoire doivent à tous ceux qui, au delà de « voler », voulaient que « libéré soit le ciel de France » et malheureusement, combien y a t’il encore de « héros oubliés ». Lorsque le soir, au mess pour le dîner, des places restaient vacantes après les combats aériens, les absents étaient aussi des « enfants patriotes, des gosses volontaires, engagés,passionnés » qui avaient accompli leur devoir héroïquement pour une cause profonde et leur passion de « voler ».
    Bravo aussi à Gérard pour la préface car son texte porte à réflexion presque 75 années plus tard.
    Et puis, bravo à tous les FAFL….quel-qu’ils soient.

    • ratelde voler

      A la recherche de Maurice Bon, pilote oublié du Normandie-Niemen
      j’ai une passion particuliére pour le Normandietuelle- Niemen pour tous ces jeunes pilotes qui ont combattus pour notre liberté à tous!!!! et Maurice Bon ne doit pas être oublié, la passion de voler certe, mais un courage exemplaire et surtout une audace de vaincre contre le nazisme!!!!! dans un pays qui n’était pas le sien, mérite tous les éloges de notre
      part!!!!! il faut que notre jeunesse actuelle comprenne le mot liberté, et qu’elle soit
      vigilante pour bien le garder!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.