petit fute

Accueil » Culture Aéro » Jean-Marie Saget passe 20.000 heures de vol !

Jean-Marie Saget passe 20.000 heures de vol !

Le nom de Jean-Marie Saget est associé à celui des Avions Marcel Dassault. Mais le pilote d'essais fétiche du constructeur français est aussi un passionné de voltige aérienne. A 86 ans, il continue de former des voltigeurs en aéro-club. Le 19 avril, il a passé la barre des 20.000 heures de vol aux commandes d'un Cap10. Jean-Marie Klinka raconte…

Je viens à peine de raccrocher mon téléphone et je me demande si j’ai bien compris : Jean-Marie Saget, après une discussion sur le Cap 10BK, presque en s’excusant, m’apprend qu’il va arroser ses 20.000 h de vol, probablement avant la fin mai (selon la météo). Un coup d’œil sur internet : tout juste 86 ans, quel est son secret ?

20.000 heures de vol ! Un rapide calcul : on approche une moyenne de 250 h de vol par an, et pas n’importe quels vols : combien a-t-il fait de tours de vrilles, dans sa vie de pilote, à commencer par celles du SMB2, jusqu’à celles du Cap10, comme instructeur ?

Aussitôt je rappelle Jacques Mancel, pilier de l’aéro-club Dassault Voltige, afin de me faire confirmer que j’ai bien compris : 20.000 h. Comment est-ce possible ? Moi qui ai eu l’impression de voler beaucoup chez Mudry, je regarde mon carnet : les meilleures années tournent à 50 h par an. Comment est-ce possible de voler 230/250 h en moyenne, 65 ans durant.


Il est vrai que lorsque nous avons tourné ce documentaire avec Marc Tauran, sur le Cap10BK, JMS était le premier à « sauter » dans le Cap10 du club pour montrer à un jeune « ancien » pilote de chasse (sur Mirage F1 et Rafale) que l’avion renforcé « carbone » n’avait pas vieilli, même retrouvé une seconde jeunesse.

Jean-Marie Saget, repères

  • 1929 Naissance le 17 Mars à Paris
  • 1949 Ecole de l’Air
  • 1952 Breveté pilote de chasse aux USA sur P51 Mustang
  • 1952-1955 Pilote de chasse à Dijon
  • 1954 Remporte la course Paris-Cannes en Ouragan
  • 1955 Suite à cette course, Marcel Dassault le recrute comme pilote d’essais.
  • 1989 Quitte les essais en vol à 60 ans (pilotait encore en essai « l’Atlantique 2 » la veille)
  • Il participe aux essais de tous les avions militaires Dassault, y compris les Mirage III V (Balzac), G8, 4000
  • Nombreux essais de vrilles.
  • Instructeur voltige à L’AC Dassault Voltige depuis 1972.
  • Initiateur d’une étude de renfort carbone du longeron bois du Cap10B en 2012.
  • Franchit le « mur » des 20.000 h de vol le 18 avril, à 86 ans, dont environ 7000 h en instruction

Ce serait trop long de tenter une biographie (je crois savoir qu’un journaliste de renom s’apprête à la publier avec une iconographie digne de ce nom : un peu de patience !).
Je rappellerai quand même quelques dates clés de cette carrière exceptionnelle.

JMS est formé pilote de chasse, comme beaucoup de pilotes français, aux Etats Unis, en 1952, par chance dit-il, sur P51. Il aurait pu y rencontrer Daniel Héligoin, qui passera sa vie en Cap10, formé pilote de chasse aussi aux USA en 1954 sur F84. Daniel disparaît en 2000 avec 16.000 h, dont 11.000 en Cap de tous types.

JMS est recruté par Marcel Dassault « lui-même » en 1955 et restera chef pilote d’essais de la société pendant 35 ans. Il aura la chance d’avoir comme chefs pilotes d’essais : Roland Glavany, René Bigand, Jean Coureau avant de prendre lui-même la direction des essais en vol.


Je ne vais pas passer en revue tous « ses » avions : j’ai toujours été ébloui par les présentations du Bourget : l’incontournable Alpha jet, le Balzac, le G8, le 4000 (un repère : en 81, Auguste Mudry accueillait avec un culot monstre Valery Giscard d’Estaing, pour le GIFAS, dans les allées du Salon, bousculant les services de sécurité) et je me souviens des arabesques tout en souplesse du 4000 (on peut se risquer à dire « ancêtre » du Rafale), suspendu à ses moteurs. Et Auguste de rajouter : « un pilote de Cap 10 ! ».

Comme tous les constructeurs, nous étions souvent dans les couloirs du CEV d’Istres pour des réunions de certification et je tombais à chaque fois en arrêt devant cet immense tirage photographique du Mirage 2000, piloté par Guy Mitaux-Maurouard en patrouille sur le Cap20L piloté par Jean-Marie Saget, l’un au bord du décrochage, l’autre plein gaz en vol dos. Une reconnaissance pour notre travail, témoignage du côté humain des missions des pilotes d’essais.

JMS anime le club Dassault Voltige depuis sa création en 1972, et plus activement depuis que Dassault Aviation a réussi à l’extraire du siège d’un Atlantique NG, à 60 ans moins un jour, pour son dernier essai. JMS est maintenant le premier à faire de l’instruction voltige dans cet aéro-club de 8 avions, 8 Cap, dont le 1er monoplace d’Avions Mudry, le Cap20 Standard, pièce rare de collection. Le club Dassault Voltige fut d’ailleurs le 1er client civil à acquérir un Cap10 en 1971, après ceux de l’Armée de l’Air, après avoir failli passer au Zlin, avion-roi de l’époque. Un vol, un bon repas et les «histoires» de Robert Buisson finissent de convaincre JMS que l’avion du siècle était né biplace côte à côte.

Last but not least : je retrouvais JMS récemment, à son initiative, à Bernay, lors d’une très belle journée d’été, pour une réunion d’une dizaine de personnes (quelques bons techniciens reconnus dans l’aviation légère), où fut prise la décision de renforcer le longeron de la voilure bois du Cap10.

JMS avait suivi de près, en visionnaire, les travaux sur le longeron Bois Carbone réalisés à l’ENSICA et au CEAT en 1988 et n’avait pas oublié ce mélange quasi miraculeux. Pierre Sintès, directeur de l’ENSICA à cette époque, me disait il y a peu, à propos du temps qui passe : « les cycles, en aéronautique, sont souvent extrêmement longs » (de 1988 pour le concept à 2013 pour la certification du BK). Vous me disiez vous-même, assis au coin d’un hangar, dans l’attente de la fin des travaux sur votre Cap10BK « l’aviation légère est une grande école de patience ».



Nous étions bien loin de l’agitation médiatique de notre société !

Chapeau bas monsieur Saget, et merci, votre jeunesse d’esprit porte une grosse part de cette deuxième jeunesse du Cap10.

Samedi 11 avril, Sophie Cadet, l’une de vos meilleures élèves, dans la confidence de votre carnet de vol, a bien essayé de prolonger une leçon, mais rien n’y fait, vous vous êtes posé avec seulement 19.999 h 30’, réservant ce samedi 18 avril, malgré le beau temps de la semaine, à votre fils Claude, en toute discrétion. Claude vous avait déjà accompagné pour une autre photo souvenir, celle de votre passage des 10.000 h. Cette fois, ni Mirage 4000, ni Mirage III, mais votre avion fétiche : le Cap10.

A moi de m’excuser de porter cet évènement à la connaissance de la planète aéronautique. Vous le méritez.

Jean-Marie Klinka

A propos de Jean-Marie Klinka

Jean-Marie Klinka est ingénieur (aussi pilote). Il a partagé sa carrière entre le bureau d’études, essentiellement aux Avions Mudry, la formation, à l’ENSICA de Toulouse et l’ESEM d’Orléans, la certification à la DGAC. Pour Aerobuzz.fr, il jette un regard personnel sur les activités de l’aviation légère.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

17 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Bannière Tbm910
cfc

Sur Facebook