Accueil » La campagne aérienne de Libye vue par un ancien chef d’état major

La campagne aérienne de Libye vue par un ancien chef d’état major

Dans « Crise libyenne : la nouvelle donne géopolitique », le général Fleury livre un très sérieux et documenté commentaire sur le rôle de la chasse durant le conflit libyen du printemps 2011. Une analyse inédite qui permet de mieux cerner les enjeux géopolitiques du monde arabo-musulman.

27.05.2012

« Crise libyenne : la nouvelle donne géopolitique » est écrit par un militaire ! C’est du sérieux, du précis, du rigoureux ! Mais qu’on ne s’y trompe pas, Jean Fleury ne s’est pas contenté de décrire les opérations militaires – en fait surtout les opérations aériennes – en Libye. Dans ce dernier ouvrage, qui vient de sortir, le général Fleury se lance dans une analyse très profonde du rôle des différents acteurs de cette guerre qui a permis, en un peu moins de trois trimestres, de supprimer Kadhafi et faire cesser les combats entre rebelles et insurgés.

Ainsi, les différentes composantes en lice, c’est-à-dire les états-majors des pays engagés, les diplomates, les divers lobbies, les militaires, les aviateurs, les civils, etc. sont présentées avec minutie et recul. De sorte que tous les éléments du gigantesque puzzle s’emboîtent parfaitement, permettant au lecteur de comprendre les raisons qui ont poussé les insurgés à la révolte, et la riposte internationale qui a suivi. Car le général Fleury est un stratège : tel un joueur d’échec (en l’occurrence ici, une victoire), il parvient à expliquer pourquoi telle pièce bougée de telle façon engendre telle réaction de l’adversaire.

Le déclenchement des frappes aériennes françaises et britanniques, dès le 19 mars 2011, amorce une nouvelle manière de « faire la guerre », plus « propre », et basée sur une prise en compte plus « humanitaire » des populations civiles. Un exemple : « au retour d’une mission de reconnaissance […], il est constaté qu’un char de Kadhafi s’est mis en position pour tirer sur la ville de Brega. Analysant la situation, les officiers chargés d’exploiter le renseignement s’aperçoivent que le blindé est stationné au-dessus de la « grande rivière » alimentant la ville en eau potable. Sa destruction par une bombe traditionnelle ou un missile guidé a de bonne chance de provoquer des dégâts irréparables pour la survie de la population. C’est donc une charge inerte qui est utilisée… » (page 129)

Jean Fleury, vieux routier en géopolitique internationale, et fin spécialiste des affaires du monde arabes, consacre des chapitres entiers de son ouvrage à des comparaisons entre la guerre en Libye et d’autres conflits qui ébranlent le Proche-Orient, l’Afrique du Nord, voire la Russie et la Chine. Ainsi, analysant la guerre en Afghanistan et ses points communs avec la chute de Kadhafi, le général Fleury donne quelques chiffres qu’il est intéressant de réunir : « Sous la direction de l’Otan depuis le 31 mars 2011, 26 233 sorties aériennes ont été effectuées, dont 9 658 pour des frappes éventuelles au sol… » (page 125). Quelques pages plus loin : « En Afghanistan, le dépouillement des urnes représente une véritable entreprise : pour les élections législatives de septembre 2005 le transport des bulletins en vue du décompte des voix a nécessité 1 200 ânes, 300 chevaux, 24 chameaux et 9 hélicoptères ! » (page 140). Jean Fleury s’appuie enfin dans son livre sur des données historiques réelles, n’hésitant pas à remonter des siècles en arrière pour justifier les évolutions récentes du peuple libyen. Et ses répercussions sur le monde !

Bruno Rivière

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Bruno Rivière

chez Aerobuzz.fr
Reporter photographe par passion, Bruno Rivière a assuré la rédaction en chef d’Aéroports Magazine pendant près de 25 ans. Il a également enseigné le journalisme en faculté. Spécialiste du transport aérien, il a rejoint Aerobuzz en janvier 2011. Bruno Rivière réalise des reportages et des recensions de livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.