Accueil » Les machines volantes de da Vinci à Amboise

Les machines volantes de da Vinci à Amboise

Cet été, Amboise (Indre-et-Loire) fête le 500ème anniversaire de l’arrivée de Léonard de Vinci, sur les bords de Loire. Une occasion de découvrir, au château du clos Lucé, les inventions liées à l'aéronautique, du génie de la Renaissance.

1.08.2016

C’est au château du Clos Lucé, au cœur de la cité d’Amboise, que Leonard de Vinci (1452-1519) s’installe à l’automne 1516, à l’âge de 64 ans, sur invitation de François 1er. Il y vécut les trois dernières années de sa vie, peignant et travaillant à ses mille passions, jusqu’au 2 mai 1519, date de sa mort dans la demeure. La mission du Château du Clos Lucé, menée par la famille Saint Bris depuis 1954, est de transmettre au plus grand nombre...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Magali Rebeaud

chez Aerobuzz.fr
Pilote privée, Magali travaille depuis de nombreuses années dans le domaine de l’aviation : Guide conférencière au Musée de l'Air du Bourget, Responsable communication, Chargée de missions pour l’Aéroclub de France, pour le Salon du Bourget, mais aussi Journaliste pour le magazine Volez, Aviasport, Air&Cosmos, Science&Vie,… et depuis un an pour Aérostar TV avec son émission « Tour de Piste ». Magali Rebeaud est l'auteur du "Guide de la France aéronautique" (éditions Privat).

2 commentaires

  • Thierry

    Les machines volantes de da Vinci à Amboise
    Visité hier, le parc vaut en effet le détour. Très bon équilibre entre la culture et le plaisir des yeux. Merci Magali pour cet excellent article 🙂

  • Philippe Boulay

    Les machines volantes de da Vinci à Amboise
    Il convient de rappeler que Vinci n’a pas été le grand inspirateur des précurseurs de la voilure tournante… Le dessin de sa vis aérienne, avec d’innombrables autres idées, a été saisi par l’armée de Bonaparte en 1796 et ramené en France pour être enfermé parmi les trésors de la bibliothèque de l’Institut. Il a été publié pour la première fois en 1881. Launoy et Bienvenu, Cayley ou Ponton d’Amécourt n’en avaient pas connaissance. Dommage, d’ailleurs, que cette voilure tournante soit seulement évoquée dans son principe par l’objet présenté au Clos Lucé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.