Accueil » Industrie » Solar Impulse contraint au demi-tour

Solar Impulse contraint au demi-tour

L’avion Solar Impulse de Bertrand Piccard et André Borschberg, qui tentait d’effectuer samedi soir le trajet Bruxelles – Paris Le Bourget, a été contraint de rebrousser chemin à mi-parcours et de se reposer à Bruxelles, d’où il avait décollé, après 5 heures et 13 minutes de vol.

Les raisons de ce retour sont essentiellement liées aux conditions météorologiques. La pluie et le vent qui soufflait sur Bruxelles pendant l’après-midi, ont obligé le Solar Impulse HB-SIA à ne décoller qu’à 18h36 locale. Il n’a donc pas pu bénéficié de suffisamment de soleil pour recharger ses batteries après le décollage. La couverture nuageuse supérieure aux estimations, le vent de face et les courants descendants sous les cumulus ont rendu de plus en plus incertain la réalisation de l’objectif. Contraint...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

12 commentaires

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    je suis très surpris des réactions de certains, le mot aviation à toute sa place, c’est
    la technologie qui avance à grand pas et diriger par des hommes qui invente et construisent les aéronefs au péril de leurs vies!!!!! depuis tout jeune j’ai cette passion
    j’ai 74 ANS!!!!! et vis àvis de mes petits fils je leur montre ce que veut dire le mot aviation qui veut dire courage , tenacité, et humilité. il faut le dire àcette jeunesse pleine d’enthousiaste!!!! c’est l’avenir quand nous serons plus!!!!!

    Répondre
  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    je me permets de vous demander le renseignement suivant:
    serais t’il possible d’avoir des rensignements pour contruire solar impulse en maquette à l’ echelle 1/48eme ou trouver les plans!!!!! j’ai la matiére premiére
    pour le fabriquer, j’ai déja construit 4 AVIONS dont l’avion de Bléroit 11 entiérement
    en cuivre, leFOKER DR1, le spad de guynemer, et leFIESELER FI156C STORCH .
    le tout fait mains!!!!! que de travail!!!!! c’est cela la passion

    dans l’attente de vous lire , recevez mes respectueuses salutations

    CAMILLE RATEL

    Répondre
  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    Sans prendre parti.
    Il est bien d’être averti par la presse de ce projet que certains apprécient ou non.,Mais messieurs il en faut pour tous les goûts…
    Il est également tout aussi intéressant de lire les commentaires contraires à ce projet afin que le lambda que je suis puisse se faire une opinion.

    Répondre
  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    Bonjour,

    La médiatisation de Solar Impulse fait oublier un peu trop vite Eric Raymond et son Sunseeker2.

    Il a fait un formidable travail.

    http://solar-flight.com/Aerial%20Magazine/Acrobat%20file.pdf

    http://www.solar-flight.com/europetour/

    Répondre
  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    @ Gil Roy

    Mais justement c’est là que le public tombe dans le panneau!

    Il « n’ose » rien, il prête son image et vient ensuite mettre sa pseudo-science en avant!
    C’est lamentable…

    Solar Impulse n’amène rien, encore une fois, ni à l’avation, ni à la technologie! Cet avion produit une quantité considérable de pollution d’une manière dérivée à travers les matériaux et technologies employées pour mener à bien sa construction.

    Tout comme les voitures hybrides ne représentent aucunement une solution « écologique », ce type d’avion est un attrape couillon au concept poussé à son extrême.

    Quant à la « modestie » de Piccard, là aussi, il mets sans cesse en avant « son équipe » en prennant toutefois soin de se positionner aux premières loges afin que l’on associe sans risque de se tromper, les honneurs à sa personne.

    A mon sens le dévellopement de machines employant des moteurs novateurs, des matériaux optimisés afin de réduire trainées parasites, consommations fantômes, masses inutiles etc… représent là les véritables progrès et défis de notre siècle.

    L’industrie l’a bien compris depuis que l’on nous vend de l’écologie à tour de bras. Il y a un business à ce niveau, mais le moteur de la manouvre consiste à générer des profits.

    Alors soyons un peu vigilants quant à l’ingurgitation simpliste d’informations distillées sans critique, comme celles ayant trait, par exemple et entre autre au Solar Impulse.
    Piccard ne va pas se mettre de la pub pour aider les Papous de la Banquise Guinéene et leurs pinguins à plumes…tout le monde s’en fout, et surtout cela ne rapporte rien!
    Tandis qu’un projet porté par des industriels pollueurs qui versent « généreusement » une somme de 100 millions pour de la communication, oh, pardon pour soutenir un projet « révolutionnaire », au passage on peut en ramasser une partie!

    Tiens, un des membres au sommet du projet s’est acheté un R44 tout neuf… certainement l’usufruit de placements personnels bien antérieurs. lol

    Je n’ai rien contre eux personellement, mais je suis gavé par la niaiserie générale qui s’abreut sans sourciller de tant d’assertions sans fondement et sans justification, mais avant tout sans esprit critique.

    Laurent

    Répondre
  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    Bien d’accord avec Balli !

    Piccard n’a de mérite que d’être le fils de son Père, sans quoi il aurait sombré dans l’ignorance tant il est insignifiant.

    N’oublions pas que le projet Solar Impulse existe de par le rêve d’André Borschberg, qui, lui, est un VRAI pilote.
    Son challenge, à la base était relativement modeste, à savoir développer et utiliser une machine à émission zéro.

    Pour lever des fonds, il lui fallait une « tête d’affiche » capable de retenir l’attention des sponsors.
    Donc il s’est tourné vers notre lampiste national, qui avait déjà servi de lest dans le Breitling Orbiter, piloté par Brian Jones, un VRAI aérostier.

    Fort de l’aura de cette « tête d’affiche » notre société mercantile a réagi favorablement avec un déluge de millions pour développer cette machine solaire.
    Gardons en tête que nous parlons de sommes situées autour de 100 millions de francs Suisse, ce qui est tout simplement colossal pour un gros ULM à piles!!!

    Observons un peu la communication faite autour de ce « concept ».

    Au début notre « génial lampiste » clamait à qui voulait l’entendre qu’ils visaient un tour du monde non-stop…qui s’est transformé avec étapes…qui se transforme vers le développement d’une autre machine…qui se transforme vers un « concept de sensibilisation de la consommation de l’énergie dans le monde…. »

    En bref ils sont entrain de trouver des justifications à leurs dépenses pharaoniques, car techniquement, rien ne peut justifier de tels investissements, pour un résultat aussi peu efficace.

    Aucune révolution dans les structures, aucune révolution dans les cellules solaires, aucune révolution dans les batteries, aucune révolution dans les moteurs, aucune révolution dans les hélices.

    La construction de cet électro-planeur repose tout de même sur les compétences d’un constructeur…de bateaux !

    Alors, 100 millions pour quoi faire???

    Tout simplement faire plaisir aux sponsors, satisfaits de se redonner une image « clean » alors que ce sont des pollueurs notoires (Solvay, ses plastiques et autres produits bien toxiques, les banquiers qui piquent le pognon du citoyen Lambda, etc…).

    Alors oui, ce « machin » est rigolo à regarder se faire balader entre deux souffles de vent, mais franchement, nous faire croire qu’une « révolution » arrivera à travers ce genre de projet…là je crois qu’il devient urgent d’arrêter la fumette de cigarettes qui font rire!

    Le plus drôle là-dedans repose sur la candeur (ou l’ignorance!) des journalistes quand le Sieur Piccard vient déballer sa pseudo-science de supérette..!

    Pas plus tard qu’il y a quelques semaines il venait même prodiguer des « conseils écolos » suggérant de se laver les mains à l’eau froide, car le temps que l’eau chaude arrive au robinet, les mains seraient déjà lavées.

    Laissons aux plombiers les problèmes d’isolation des tuyaux, et peut-être que Mr Piccard devrait retourner dans son cabinet de psychiatre écouter les problèmes de ses patients, dans un domaine où je l’espère il brille de par ses profondes compétences.

    Mais de grâce, laissons le développement aéro aux personnes compétentes, laissons la propriété des rêves aux gens qui les ont eu en premier (André Borschberg), et cessons de faire croire que pour fabriquer un truc en structure tube-carbone il faille des dizaines de millions…!

    Messieurs les sponsors vous vous faites plumer, et le plus beau c’est que vous le subissez en connaissance de cause, et qu’en plus vous êtes contents!

    A l’adresse du public lambda, comparer ce projet à des pionniers tels que les frères Wright relève de l’ineptie la plus crue sans la moindre once de bon sens !

    Il y a belle lurette que l’on sait concevoir des aéronefs. A notre époque leurs comportement peuvent même être anticipés tant les simulations sont pertinentes.
    J’irais plus loin encore, les performances de Solar Impulse peuvent être définies sans qu’il existe !

    Connaissant les valeurs de trainées effectives, les masses, le rendement des moteurs-batteries-hélices-convertisseurs-cellules solaires étant connu, le reste des informations peut être extrapolé avec une précision relativement bonne et pertinente.
    Qui en aucun cas ne justifie de manière réfléchie l’engloutissement de 100 millions !!!

    L’aspect positif de cette belle mascarade repose sur la facilité avec laquelle la réalité peut être occultée au public.

    Les sommes colossales drainées autour de ce projet vont alimenter une Fondation Solar Impulse (CH-550-1039865-6), et accessoirement (pour les dépenses courantes j’imagine) une Société Anonyme (CH-550-1040326-1) dont les comptes doivent tout juste s’avérer équilibrés en fin d’exercice.

    Je serais curieux de découvrir quels sont les défraiements directs et dérivés des acteurs principaux de ce projet, et ce par l’intermédiaire de la Fondation Solar Impulse, qui je le suppose doit certainement payer des factures de consulting (forcément hors de prix) à des sociétés situées dans ces îles-boite-aux-lettres offshore.

    Terriblement efficace le team de communication de Solar Impulse, je pense personnellement que c’est dans ce département que les compétences les plus performantes résident!

    A bon entendeur…salut!

    Laurent

    Répondre
    • Solar Impulse contraint au demi-tour
      @ Laurent. Que vous le vouliez ou non vous faites partie du système. Celui qui porte un projet, est toujours accompagné d’admirateurs et de détracteurs. J’ai la chance de connaître Bertrand Piccard depuis de nombreuses années, avant même qu’il n’entreprenne ses vols en ballon. Je peux vous affirmer que son moteur n’est pas l’appât du gain.

      Heureusement qu’il y a sur terre des gens comme Bertrand Piccard pour démontrer que chacun peut tracer son sillage, des gens qui osent. Tiens, cela me rappelle la devise d’un grand vélivole… Osez !

      Gil Roy

      Répondre
    • par Flo passionnée

      Solar Impulse contraint au demi-tour
      @ Laurent, je trouve ça bien facile de critiquer les gens qui se bougent pour trouver des solutions pour ouvrir des portes vers l’aviation de demain. Tous les grands projets d’expérimentation nécessitent une grosse part d’investissements donc de gros sponsors.
      Qu’est-ce qui fait voler les avions?…. C’est l’argent. Et OUI pour fabriquer « un truc » en structure tube-carbone il faut des dizaines de millions. Je vous laisse faire le calcul.
      Savez-vous combien d’argent est nécessaire pour développer un petit ULM ou avion de tourisme? Je pense que vous seriez assez surpris. Alors le cout du Solar Impulse à coté ne m’impressionne pas plus que ça!

      Je trouve très bien que Bertrand et Mr Piccard se soient associés pour faire naitre un tel projet. Le Solar Impulse, c’est 65 employés payés à plein temps depuis sept années en partant de l’élaboration jusqu’à l’expérimentation. Avec ce que le Solar Impulse peut récolter grâce au soleil sur l’ensemble d’un cycle jour nuit, l’avion doit rester en vol et pour ca c’est plusieurs processus de fabrication qui n’ont encore jamais été fait, c’est une réelle révolution dans le domaine de l’aéronautique….

      Le Solar Impulse à fait naitre de nouveaux projets dans la tête de nos futurs concepteurs d’avion et ça c’est le message. Alors outrepassez l’image de Bertrand Piccard, les sponsors, l’argent mais prenez ce projet comme un réel outil de communication et une chance que de pouvoir voir voler un avion sans carburant.

      Rappelez vous quand les frères Wright ont fait voler leur premier petit avion en 1903 sur une longueur de 200 mètres ; pouvaient-ils imaginer que soixante-dix ans plus tard on transporterait plus d’une centaine de passagers sur des vols transatlantique? C’est grâce à des projets plus couteux et une poignée d’hommes que l’aviation à pu se développer. Y a-t-il eu des histoires d’argent là dedans ? Peut-être, mais tout ce que je sais c’est que aujourd’hui vous êtes content de pouvoir prendre l’avion pour vous rendre en vacances .

      Répondre
  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    @ Flo passionnée

    d’aujourd’hui déjà permettraient de diminuer considérablement la consommation de notre société en termes d’énergie faucille.

    Vu comme ca, c’est vrai qu’on est en train de se couper l’herbe sous les pieds !

    Répondre
  • Solar Impulse contraint au demi-tour
    Oui je sais, je me répète, mais on va nous bassiner encore longtemps avec ce truc? Je veux bien admettre que cela puisse intéresser Madame Dugenou qui s’ennuie mortel dans son HLM, et encore, je n’en suis pas sûr, mais que des media aéro se ridiculisent à reparler tous les quatre matins de cet engin, dont je défie quiconque de me prévoir un débouché plausible et économique, à courte ou longue échéance, ça me dézingue complètement!!…
    Mais c’est encore pire quand on m’inflige à la Télé ce pauvre Mr PICCARD qui nous déclame, sérieux, et avec le sourire forcé, limite benêt, d’une vieille frangine qui revient de confesse, que lui et son équipe, sont en train d’inventer l’eau tiède, que ce n’est pas facile et que ça mettra du temps!…
    Les parents devraient faire gaffe de ne pas trop être célèbres, ça pousse leur progéniture à faire n’importe quoi pour se faire remarquer…

    Répondre
    • par Flo passionnée

      Solar Impulse contraint au demi-tour
      Monsieur,

      Premièrement, ayez un peu de respect et de considération pour l’immense travail qui a été accompli par Mr Piccard et son équipe que vous croyez en son projet ou non.

      Deuxièmement, je me dois de vous rappeler les objectifs de ce merveilleux prototype volant qui selon moi doit être mis en avant dans nos médias car il véhicule un réel message et de grandes idées qui seront peut-être à l’origine d’une aviation plus verte.

      Bertrand a déclaré « Le but est de montrer que nous pouvons être beaucoup moins dépendant de l’énergie fossile que ce que l’on pense habituellement » tel est le but de Solar Impulse. Montrer que les technologies d’aujourd’hui pas celles de demain celles d’aujourd’hui déjà permettraient de diminuer considérablement la consommation de notre société en termes d’énergie faucille.

      Le Solar Impulse c’est à la fois une vision et un avion la vision c’est de penser que le développement durable n’est pas quelque chose de rébarbatif, de repoussant ou de cher c’est au contraire une opportunité extraordinaire à saisir pour développer de nouveaux produits de nouveaux marchés de nouvelles sources d’énergies et puis l’avion c’est une manière d’attirer l’attention sur cette vision de montrer les énergies renouvelables comme un potentiel extraordinaire et d’accomplir des choses qui n’ont encore jamais été faites.

      Comment voulez vous continuer à vivre dans notre monde en brulant un million de tonne de pétrole par heure sans conter le charbon et le gaz, il faut absolument pouvoir développer de nouvelles technologies.

      Une petite anecdote pour finir, en une heure, le soleil donne à la terre l’énergie consommée par toute l’humanité en un an.

      Le solar Impulse ouvre donc une porte à « une nouvelle » aviation, plus économique, plus écologique, plus silencieuse.

      Pour finir, vous mettez au défi quiconque de vous prévoir un débouché plausible et économique, à courte ou longue échéance, je ne suis pas visionnaire mais je peux vous garantir que de grandes avancées sont à prévoir dans ce domaine.

      Laissez une part de rêve à tous ces gosses qui ont des étoiles dans les yeux lorsqu’ils voient s’envoler ce bel oiseau aussi impressionnant qu’il soit…….

      Répondre
    • Solar Impulse contraint au demi-tour
      Si Solar Impulse vous donne de l’urticaire on ne vous oblige pas à suivre le projet, mais n’en dégoutez pas les autres. D’ailleurs on se demande ce que vous faites sur un blog aéro, dans la mesure où si vous aviez vécu à l’époque vous auriez aussi trouvé bien benêts les Clément Ader et les Louis Blériot d’imaginer un débouché économique pour leurs machines improbables.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.