Accueil > Défense > L’Alat crée une brigade d’aérocombat

3 commentaires Défense

L’Alat crée une brigade d’aérocombat

L’aviation légère de l’armée de terre annonce la création d’une Brigade d’Aérocombat (BAC). Une nouvelle organisation pour de nouveaux défis opérationnels.

JPEG - 85.9 ko
L’entrée en service des hélicoptères de nouvelle génération est lente. En même temps, l’Alat est à la peine pour former les maintenanciers de ces appareils tout en assurant les premières projections en opex…
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Les plus anciens se souviennent qu’en 1985, l’Alat s’était organisée autour d’une division aéromobile, la 4ème DAM. Une unité puissante et hautement mobile, capable de bondir en une poignée d’heures de plusieurs centaines de kilomètres pour venir briser net une offensive blindée soviétique. On ne le savait pas encore, mais à l’époque les choses étaient d’une simplicité biblique… Depuis, la flotte de l’Alat a fondu comme neige au soleil, passant de 650 hélicoptères à un peu moins de 300. L’aéromobilité a fait place à l’aérocombat et les Gazelle et autres Tigre sont allés faire le coup de feu en Afghanistan, en Libye et au Mali. Le monde change et l’Alat s’adapte et redécouvre les vertus de la concentration des moyens…

La 4ème BAC sera officiellement créée le 1er juillet prochain. Elle regroupera sous un même commandement les 1er, 3ème et 5ème régiments d’hélicoptères de combat. Un peu moins de 150 hélicoptères servis par un millier d’hommes. Le 4ème Régiment d’hélicoptères des forces spéciales restera à part, organiquement rattaché au commandement des forces spéciales. A l’horizon 2018/2019, la brigade sera équipée à 50% d’appareils de nouvelle génération, Tigre, NH90 et Cougar rénovés. Cette proportion n’est encore que de 30% aujourd’hui. La montée en puissance des appareils modernes est lente, handicapée par le coût des appareils et les exigences de formation des équipages et des mécaniciens, sur fond d’opex ininterrompues.

JPEG - 61.6 ko
Depuis les premiers engagements en Afghanistan, le Tigre est de tous les combats en Opex. Son efficacité n’est plus à démontrer…
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Au sein de l’armée de Terre, la 4ème BAC sera une brigade parmi les autres, c’est à dire le rassemblement de plusieurs régiments dotés d’un état-major commun. Comme les autres brigades, la 4ème BAC aura vocation à coordonner l’action militaire de moyens provenant de l’Alat bien entendu, mais aussi de l’infanterie, de l’artillerie ou encore du génie. Cette vocation à intégrer les autres capacités opérationnelles de l’armée de terre sera soulignée par la composition de son état-major : stationné à Clermont-Ferrand, celui-ci reprendra une bonne partie du personnel de l’état-major de la 3ème Brigade Légère Blindée aujourd’hui dissoute.

JPEG - 129 ko
Les opérations dans le Sahel sont rudes pour les hommes et les machines, et particulièrement pour la motorisation. Le sable et la poussière coûtent cher au contribuable…
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Cette 4ème BAC formera aussi la colonne vertébrale de ce que les militaires appellent un « pilier Alat ». C’est à dire le regroupement sous un même commandement des écoles, de la préparation au combat, du soutien opérationnel et de la maintenance. Et avec ça un commandement renforcé, un chef unique, avec comme mission de faire tourner la boutique, de mettre de la cohérence, de la simplicité et de la visibilité dans le fonctionnement. En somme, c’est l’Alat du producteur au consommateur… Une force reconnue, « sanctuarisée » explique même le général de La Motte, actuel commandant de l’Alat, à la tête de 5.000 hommes et femmes et d’un budget de fonctionnement de 1,2 milliards d’Euros. Une belle PME.

JPEG - 122.8 ko
Un des défis de l’Alat est de recruter et former ses mécaniciens et spécialistes. Un autre est de les retenir sous les drapeaux, quand la fréquence des déploiements devient excessive…
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Cette réorganisation doit permettre à l’Alat de mieux répondre à ses engagements opérationnels. On l’oublie un peu vite, mais la France est en guerre sans discontinuer depuis près de quinze ans. Parce qu’on est toujours tenté d’utiliser un bel outil, ou de rentabiliser un outil qui coûte cher, il n’est pas d’opération qui ne fasse appel aux hélicoptères. A l’heure où ces lignes sont publiées, 32 hélicoptères sont maintenus en opex.

JPEG - 108.1 ko
Le Cougar gagne une deuxième vie avec sa rénovation. Aucun doute que les successeurs des Tigre et des Caïman seront… des Tigre et des Caïman rénovés.
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Avec une multiplication des micro parcs, sur des emprises très éloignées les unes des autres, auxquelles il faut à chaque fois fournir des équipes de maintenance, des outillages et une logistique. Un beau casse-tête… A cela s’ajoute une vingtaine d’autres appareils maintenus en alerte en métropole, prêts à être projetés, avec les bons équipements et les bons potentiels. C’est bien connu, habiller Paul pour les opex revient forcément à déshabiller Pierre resté en métropole. Les pièces détachées et les heures de vol « cramées » au Mali ou en Centrafrique ne le sont pas à Pau ou à Phalsbourg. Une situation d’autant plus difficile à vivre que les opérations actuelles dans le Sahel, face à des menaces diffuses mais omniprésentes, se font sans aucune visibilité.

JPEG - 96.5 ko
L’engagement en Afghanistan s’est terminé en 2013, mais le Sahel a immédiatement pris la relève…
© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’Alat, officiellement créée en 1954, est donc une sexagénaire qui s’entraine tous les jours pour rester souple et maîtriser à fond l’art du grand écart. Entre opérations de guerre dans le désert et préparation de l’avenir. Mais aussi entre recrutement, formation et fidélisation de ses spécialistes.

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom (...)
Journaliste chez Aerobuzz.fr

3 Commentaires

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut