Accueil » Aviation Générale » AeroMobil : l’utopie est en approche

AeroMobil : l’utopie est en approche

Chaque année depuis des lustres, deux ou trois prototypes de voiture volante sont présentés. A ce jour, aucun n'a fait preuve de suffisamment d'efficacité, autant routière qu'aérienne, pour évoluer vers une production. Le véhicule slovaque pourrait être l'exception.

En juin 2016, AeroMobil SRO a levé 3 millions d'€ pour arriver à la version définitive de la voiture volante biplace slovaque. © Aeromobil

La voiture volante : le concept est séduisant, et les technologies avancent. Allons-nous enfin parvenir à profiter au mieux du ciel et la route avec une même machine ? Stefan Klein en est convaincu depuis 1990.

Inspiré par Fantomas

© Aeromobil

Etudiant en Design à Saint-Etienne, déjà pilote d’avion et inspiré par la DS de « Fantomas se déchaîne« , Stefan Klein dessine cette année-là l’Aeromobil 1.0. Le concepteur révélé par ses concept-cars pour Audi, VW et BMW est opiniâtre : après l’Aeromobil 2.0 développé de 1994 à 2010, la version 2.5 débute ses vols en 2013. Mû par un Rotax 912S de 100 ch et prévu pour les 600 kg de la catégorie LSA, l’Aeromobil 3.0 améliore ensuite le compromis air/route, mais ses essais en vol sont interrompus lors d’une vrille obligeant au déclenchement du parachute, sans dommage pour le pilote.

La version de la maturité

L’arrivée du brillant et fortuné Juraj Vaculík à la tête d’AeroMobil SRO a procuré à l’entreprise les moyens de ses ambitions. En juin 2016, 3 millions d’€ ont été levés pour la version définitive du biplace slovaque.

© Aeromobil

Dévoilé le 20 avril au salon Top Marques Monaco, l’Aeromobil de construction tout carbone est désormais fortement motorisé suivant une solution hybride (thermique pour le vol et électrique pour la route), et sa masse maximale atteint 960 kg. La puissance thermique de 300 ch est assurée par un 2 litres 4-cylindres boxer turbo, et l’électrique de 110 ch par deux groupes intégrés au train avant.

Rapide dans deux modes

La transformation du mode routier à l’aérien prendrait moins de 3 minutes. Le roulement au décollage est donné pour 397 m (passage des 15 m en 595 m), la vitesse de croisière pour 259 km/km et la vitesse minimale 112 km/h. Le rayon d’action aérien atteindrait 750 km à 75% avec le réservoir de 90 litres.

© Aeromobil

Ailes repliées vers l’arrière et hélice escamotée dans le fuselage, l’envergure de 8,8 m est réduite à une largeur de 2,2 m. Dans les deux modes, la longueur est inférieure à 6 m. Les 160 km/h pourraient être atteints sur route, et le passage de 0 à 100 km/h ne prendrait que 10 secondes.

La sécurité est privilégiée, avec ceintures dernier cri, doubles airbags et bien entendu parachute global. L’Aeromobil est en cours de certifications CS-23 et Part-23 pour l’aérien, et suivant les normes en vigueur pour la route. Le prix et la date de décollage ne sont pas encore annoncés, mais les pré-commandes pour une « Limited first edition » seront enregistrées avant fin 2017.

Gabriel Gavard

 

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Bannière Tbm910

Sur Facebook

cfc