Accueil » R. FOURNIER / Le rêve d’un siècle

R. FOURNIER / Le rêve d’un siècle

© Hervé Fellmann / CFI

René Fournier, concepteur des avions-planeurs RF, fait partie des 24 hommes et femmes retenus par Aerobuzz.fr au titre de la personnalité de l’année aéronautique 2021. Le choix final vous appartient. A vous de voter entre le 25 et le 31 décembre 2021, sur Aerobuzz.fr.

31 commentaires

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(5969) } array(1) { [1]=> int(5969) }
  • par Yves-Amaury GELLUSSEAU

    Ayant connu René FOURNIER en 1974, j’ai participé à la grande épopée de la construction du RF6 B à Nitray; seul véritable site de construction en série d’aviation légère en Touraine. René et moi, avons toujours maintenu des liens d’amitiés étroits depuis toutes ces années. René est tout simplement un poète aérien, ayant fait côtoyé cieux et nuages à beaucoup. René a aussi gardé une grande lucidité d’esprit, animé par une fine plume…. Et comme dit René, Fly For Fun !
    René, bien sûr, la personnalité aéronautique de 2021.
    Yves-Amaury G

    Répondre
  • Malgré la valeur de tous les candidats proposés, il m’est impossible de ne pas voter pour René Fournier.
    Toute la jouissance de mes vols en RF4 et en RF5 n’est pourtant rien en rapport au plaisir et à l’émotion de retrouver la famille qu’a créé René autour de ses chefs-d’oeuvre.
    Toujours aussi vif et abordable du haut de son centenaire, il sait insuffler l’enthousiasme en même temps que sa modestie inspire le respect.

    Répondre
  • par Jean-Marie Panneau

    Un jour j’ai eu la chance de pouvoir acheter un RF5, une machine merveilleuse. Mais ma plus grande chance, ce jour-là, fut de faire la connaissance de René, une personnalité dont la chaleur humaine vous marque à tout jamais. Jmp

    Répondre
  • En 1974, j’ai découvert le RF4 (PH-DYL) pour le première fois et j ái été très impressioné par ce très beau design.
    A ce jour, je vole toujours avec les RF3,RF4,RF5,RF10 et Ximango.
    Ils sont toujours les plus beaux et le meilleur avions volant de sa catègorie.
    Merci Renè Fournier pour toutes les belles heures de vol que j’ai pu faire avec tes dessins.

    Répondre
  • Il faut avoir rencontré ou piloté l’un de ses avions pour prendre toute la mesure de ce grand Monsieur qu’est René Fournier.
    Si pour certains la route fût certainement plus facile voire glorieuse, moi je voterai sans hésitation pour Monsieur Fournier, homme très accessible qui, en plus ne manque jamais d’humour et reste un grand dévoreur de la vie.
    Merci pour tout.
    François

    Répondre
  • par PERCEREAU Monique

    René Fournier est un personnage hors du commun, toujours joyeux, respectueux, gentil, sincère .
    Il a toujours été dans l’ombre, oublié et pourtant il avait 50 ans d’avance sur la technicité de ses avions-planeurs.
    Contente de l’avoir rencontré et heureuse d’être membre du Club Fournier International.

    Répondre
  • L’épopée de René Fournier est extraordinaire, tout autant que celle des avions RF.
    La qualité du personnage a entrainé la qualité de ses avions. Les amateurs de sports aériens des tous les pays en conviennent.
    Mais tandis que les productions de René Fournier prenaient fin, une autre dimension extraordinaire de son œuvre montait en puissance. Elle ne résulte pas d’une minutieuse stratégie mise en place par René, mais d’une conséquence naturelle de l’élan de sympathie qu’il a suscité. Le personnage est attachant. Il a toujours su entrainer les bonnes volontés avec lui. Résultat : il est au centre aujourd’hui et pour longtemps d’une grande « famille Fournier » qui rassemble tous ses admirateurs et amis.
    Vivement Noël pour que la possibilité de voter pour René soit enfin ouverte !
    😉

    Répondre
  • Bonjour,
    Ce grand Monsieur a bien sûr été l’un des phares de notre petite aviation. Respect total.
    Il a évidemment une place au Panthéon des aviateurs, plus certainement au titre de l’ensemble de son œuvre qu’à celui seul de l’homme volant de l’année 2021.
    Une autre votation à lancer par Aérobuzz, peut-être ? 🙂

    Répondre
  • Mr Fournier a mon vote pour plusieurs raisons. La qualite de ses appareils en avance sur leur temps car fins, ecologiques et robustes ensuite l age du personnage impose que cela se fasse aujourdh ui.

    Répondre
  • Lors d’un rassemblement d’avions Fournier Au Bourget il y a quelques années alors que le directeur du musée de l’air le présentait comme étant l’ingénieur René Fournier il répondit qu’il n’était pas ingénieur mais qu’il était ingénieux.
    La lecture de son livre « Mon rêve et mes combats » hélas épuisé révèle la ténacité l’optimisme et le sens de l’humour de cet homme qui n’a jamais renoncé pour accomplir son œuvre aéronautique.
    https://m.youtube.com/watch?v=hGOIG-pqDBg

    Répondre
  • Le rêve de ma vie , construire et voler dans un RF3 , rève que j’ai concrétisé avec l’aide de cet Homme au grand coeur qui m’a aidé et soutenu tout au long de ce projet . Grace à lui , je fais parti des heureux pilotes du CFI . Cet appareil est tout simplement fabuleux . Je vole aujourd’hui a des coùts abordable . Longue vie René . Eternellement reconnaissant . Mouss

    Répondre
  • Les longs vols en patrouille en RF à travers tous les pays d’Europe Une élégance de lignes et un pilotage de vélivole…La découverte de nombreux pays avec des avions dont le cout horaire est celui des ULM actuels depuis 50 ans… René est à l’origine des plus belles aventures de ma carrière.
    Je n’aime pas voter. Mais là, je lui doit trop pour ne pas le faire… A deux mains.
    Patrick

    Répondre
  • Longue vie à ce grand monsieur. Concevoir et dessiner des avions, en équipe réduite, quel rêve…
    Je fis au siècle dernier l’évaluation du T67 Firefly, de la firme Slingsby de Kirkbymoorside (comme ça s’éternue) qui avait un charmant petit terrain gazonné avec une trouée dans les arbres pour décoller. Cet avion – relativement bien exporté – était un RF6 sous licence – mais selon les rites anglais, cette parenté n’était jamais mentionné bien entendu.

    Répondre
  • René c’est mon père spirituel pour ma carrière de maintenance aéro, je le côtoie depuis les années 70 en tant que voisin, j’étais souvent au bureau d’étude ou à l’usine de Nitray a admirer les œuvres d’art de René, car oui ses avions sont de véritables œuvres d’art, pour moi il est le Ettore Bugatti de l’aviation, ses avions sont beaux, ils volent merveilleusement bien, et surtout permettent de voler au prix du litre de carburant automobile…j’ai possédé un RF4D et un RF5 jusque dernièrement, je peux dire que «  je butinais » la campagne tourangelle au moindre coût…entre 4,5 L et 12L de SP98!!
    Il a réussi à fédérer autour de lui un club de passionnés au sein du CFI, le club Fournier international dont je suis membre depuis la création en 1989, club très actif pour défendre une aviation que René a créé avec 50 ans d’avance…dommage que nos bureaucrates ne l’ai jamais compris!
    Alors oui, mon vote est pour René !

    Répondre
  • Bonjour à tous.
    Trop jeune pour avoir vécu cette époque, je reste admiratif devant les créations de M. FOURNIER.
    En automobile nous avons connu le « light is right… », cela le rejoint ici dans l’esprit aéronautique.
    Je vote naturellement pour lui!
    Pour ma part je vol à Saint Cyr L’école et reste adepte de sa « philosophie ».
    Comme souvent en France nous avons d’excellents créateurs, ingénieurs, artistes et d’un peu moins bon commerciaux.
    Vive les créations de M. Fournier.
    Bien cordialement à tous.

    Répondre
  • René Fournier à presque 101 ans est comme il a toujours été, mince comme un kétam, avec de bons yeux et de bonnes oreilles, capable de conduire chaque jour sa voiture et d’avaler des bouquins de 500 pages, tout en répondant avec courtoisie au téléphone à ses nombreux admirateurs.
    J’ai été propriétaire successivement d’un RF4, RF5, RF7 et RF6B et ai volé sur tous les RF sauf le 01 et RF2. Ce sont des avions créés par un artiste qui défient les modes par leur dessin, étonnent par la précision de leur construction et enthousiasment par leurs qualités de vol…
    René Fournier est un homme à part, par la facette de ses talents, céramiste d’art, violoniste, peintre, conteur d’histoires appartenant au terroir Tourangeau…
    Tous ces honneurs ont été longs à venir…

    Répondre
  • @stanloc : ah! ah! le RF3 de l’aéroclub de Sceaux-Saint Cloud à Toussus : immatriculé F-BMTN, j’ai fait un certain nombre d’heures sur cette sympathique libellule dans les années 1969-1972; si je me souviens bien une pile de 4,5 v alimentait la lampe rouge qui signalait la sortie de train (limité à 1 roue centrale…); plus tard j’ai volé à la Montagne Noire sur un RF9, autre excellent avion ; bien d’accord, on avait du plaisir à voler sur ces avions devenus rarissimes.

    Répondre
  • Je vote pour René Fournier , pour le premier moto planeur .

    Répondre
  • Vote pour lui sans hésitation….

    Répondre
  • par CAPUCCIATI raynald

    Bonjour ,
    Je voterai également avec plaisir et considération pour René FOURNIER !

    Répondre
  • Le paradoxe que j’ai connu à l’aéroclub de Saint-Cloud à Toussus le Noble, fut que le RF3 du club avait cassé tant d’hélices car les pilotes oubliaient de sortir l’unique roue avant d’atterrir, qu’il fallait la « qualif B dorénavant pour le piloter ». Pensez 35 francs l’heure de vol sur RF3 ; 50 francs sur Jodel 65 cv et 130 francs sur le Gardan qui était donc le passage obligé pour acquérir la qualif B. Je pense que ce cas ne fut pas le seul et donc cela a beaucoup freiné la vente des RF3………..et les grandes plumes prenaient beaucoup de place dans les hangars.
    Je rappellerai à cette occasion le cas de Monsieur Hurel Dubois qui ne connu pas le succès avec ses avions alors qu’il militait AUSSI pour la recherche d’une finesse maximale pour ses avions. Il avait aussi un autre « dada » c’est le poids de nos véhicules terrestres Il avait écrit dans Aviasport combien il était inadmissible qu’une voiture soit aussi lourde pour 4 personnes quand on voit le poids d’un vélo. Et à l’époque les gens ne roulaient pas dans des « camions » je parle des SUV (Sans Utilité Véritable)

    Répondre
  • Un grand BRAVO à ce grand personnage qui a lutté contre une administration et des banquiers dépourvus de bons sens, pour nous concevoir de beaux et bons avions fins et économiques. Il n’a malheureusement pas eu le succès mérité, mais quelle vie passionnante.

    Répondre
  • Ayant vu la présentation du premier RF par Bernard Chauvreau, en 1965 (?) aux Raineries (Le Mans), j’en garde le souvenir d’une merveille de douceur et d’élégance.

    Répondre
  • Biberonné aux Cessna, c’est lorsque j’ai été lâché sur RF6 que j’ai compris le génie de René Fournier.

    Répondre
  • Je voterai pour R.Fournier sans hésiter. Dès qu’on a tenu le commandes d’un RF4 on est emballé !

    Répondre
  • Sûrement un parent du  » PETIT PRINCE « 

    Répondre
  • 9000 h d’Airbus et 400 de RF4D, pour le plaisir le premier y laisse toutes ses plumes. Le RF4D ?
    J’en rêve encore…

    Répondre
  • Au Panthéon des génies aviateurs, il y Joly et Delemontez, et toujours dans notre Olympe, René Fournier. J’ai piloté le RF4, le RF5 et le 10 sud américain, le Ximango : Que des merveilles ! Bravo au CFI, de maintenir la flamme, et à ses membres que j’ai bien connus à Coulommiers. Ce sont des vrais.

    Répondre
  • Tout cela est bien dit et bien vrai. On peut ajouter qu’il fait preuve à 100 ans passés d’un enthousiasme et d’un humour sans pareils. C’est bien sûr dans l’année de ses 100 ans qu’il faut le distinguer pour son apport à l’aviation et pour sa vie parsemée de coups durs et même de misères. Qu’il a affrontés de manière inébranlable avec sa tendre Paulette qui l’a quitté il y a peu et cocooné par la formidable Monique Percereau qui tient le restaurant du club d’amboise Et veille sur lui comme sur le lait sur le feu.
    Donc merci de lui offrir si vous le voulez bien cette chaleureuse reconnaissance qu’il est aujourd’hui apte à apprécier.

    Répondre
  • Comme pour tout pilote formé il y a plus d’un demi-siècle, le nom de René Fournier est associé aux avions et surtout aux avions-planeurs que j’aurais aimé piloter.
    Mon admiration et ma reconnaissances sont grandes pour ce Monsieur qui a su nous faire rêver avec la qualité et la simplicité de ses machines volantes.

    Je serais heureux qu’il remporte le prix de la personnalité
    aéronautique de l’année.

    Cordialement,

    Yves Marre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(5969) } array(1) { [1]=> int(5969) }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(5969) } array(1) { [1]=> int(5969) }

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.