Accueil » Montée en puissance de Sonaca Aircraft à Namur

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Montée en puissance de Sonaca Aircraft à Namur
premium

La Belgique aura attendu soixante ans avant de produire un nouvel avion de tourisme. Pour construire le Sonaca 200, Sonaca Aircraft a choisi l'aérodrome de Namur pour se lancer dans l'aventure. Le bâtiment sorti de terre en septembre 2019 accueille désormais les ateliers et les bureaux de l'avionneur qui prévoit une montée en cadence de sa production à 40 biplaces en 2020 et jusqu'à 80 en pic maximal de production.

17.10.2019

Trente-cinq personnes travaillent sur le site de Temploux, avec autant d'emplois indirects. © Sonaca Aircaft

En 2015, quatre employés du groupe Sonaca proposent au comité directeur de renouer avec l'activité historique de l'entreprise belge : l'aviation légère. L'idée était d'innover sur de nouveaux marchés avec de nouveaux produits et de nouveaux clients. L'actuel groupe Sonaca est l'héritier de la Société Générale d'Entreprises Aéronautiques créée en 1920 à Gosselies, puis de la Société Belge des Avions Fairey, qui produit jusqu'en 1961 le Tipsy Nipper, dernier avion léger construit en Belgique. Fairey assemble en Belgique les Hawker Hunter,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

3 commentaires

  • woodplane

    Ne pas oublier que cet avion a été conçu il y a quelques années en Afrique du Sud sous le nom de SLING.

    SONACA a fait certifier cet avion en Europe pour l’industrialiser et le vendre en y apportant quelques modifications pour ce faire.

  • Paf

    Je me souviens de précedents articles sur SONACA, les commentaires odieux et désagreables à propos de cette audacieuse aventure Belge. L’auteur de remarques pertinentes sur la viabilité de cette machine et de son futur succès furent litteralement dénigrés. Preuve en est qu’une bonne analyse de marché accompagnée de moyens techniques et financiers appropriés valent mieux qu’une équipe de doux reveurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.