Accueil » Orlowski champion de France de voltige 2018

Orlowski champion de France de voltige 2018

Les trois championnats de France monoplace qui se sont déroulés du 2 au 7 juillet 2018 à Chambley ont réuni 48 compétiteurs. La présence de quatre féminines en Elite a permis d’attribuer un titre, remporté par Aude Lemordant qui effectue un retour gagnant à la compétition.

9.07.2018

Alexandre "Popov" Orlowski, de l'Equipe de voltige de l'armée de l'air (EVAA) évolue sur Extra 330SC, comme la plupart des compétiteurs du championnat de France Elite. © Elodie Rafale

21 pilotes dont 4 femmes étaient en lice au championnat de France Elite. Une participation record qui démontre la vitalité de la voltige française. Chez les hommes le titre a été attribué à Alexandre « Popov » Orlowski (EVAA) devant Louis Vanel (Villeneuve-sur-Lot) et Olivier Masurel (Vendée Sports Aériens). Mikael Brageot (Villeneuve-sur-Lot), le pilote engagé sur la championnat du monde Red Bull Air Race, se classe quatrième.

Le titre a été très disputé. Les quatre pilotes se tiennent en effet en 2 points (83,51% pour Orlowski et 81,25% pour Brageot). Masurel remporte le premier programme (Connu libre), devant Vanel et Orlowski. Vanel s’adjuge le deuxième (inconnu libre 1) devant Orlowski et Libaud. La troisième et dernière manche est remportée par Orlowski devant Brageot et Thomas Libaud qui au passage décroche sa titularisation en équipe de France.

Aude Lemordant (Dijon Voltige) dont s’était le retour en compétition après une interruption de deux saisons se classe 7ème et première femme. Bénédicte Blanchard (Dijon Voltige) est deuxième, Mélanie Astles (AVA), challenger sur le circuit Red Bull Air Race, est troisième et Myriam Cormouls (Midi Pyrénées Voltige) est quatrième.

En catégorie Excellence, antichambre de l’Elite, six pilotes ont participé au championnat de France. Le titre revient à Florent Oddon de l’Equipe de voltige de l’armée de l’air, qui affiche une progression spectaculaire. En catégorie National 1, ils étaient 21 dont une féminine (Alice Gavet-Junker). Le titre revient à Bastien Le Roux de Dijon Voltige.

A l’occasion du championnat de France Elite, la direction technique nationale avait l’intention de tester un nouveau programme destiné à stimuler l’intérêt du public pour la voltige. Le principe est d’organiser une manche de 3 à 4 minutes seulement avec un programme court composé de seulement cinq figures d’inconnus. La compétition se déroule en deux temps. Une demi-finale à 10 pilotes suivie d’une finale à 5 avec le même nombre de figures.

La météo n’a pas permis de réaliser ce test qui vise à faciliter la lecture de la compétition par le grand public, en introduisant plus de spectacle. L’évolution de la voltige mondiale ne peut venir que de la France, nation phare de la discipline. Et plutôt que de longues séances de palabres au sein de la CIVA (Commission internationale de la voltige aérienne de la FAI), la FFA et sa DTN ont opté pour la démonstration. Ce n’est que partie remise.

Gil Roy

 

Tous les résultats de la compétition

 

 

 

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

  • FloJ

    Je suis venue samedi, j’ai pu assister à l’épreuve élite inconnu 3 je crois: superbe spectacle des compétiteurs que j’ai apprécié toute seule dans mon coin …. mais rien n’était fait pour le public: pas une annonce au micro du compétiteur en cours, pas une affiche qui le mentionne, pas une annonce de résultat: dommage! C’etait mieux dimanche en ce sens avec les commentaires sur l’epreuve free qui fut un régal.
    Pour conquérir le public, il faut un minimum d’infos pour qu’il puisse s’impregner de la compétition.

    • Jean-Mi

      Problème : les juges ne doivent pas savoir qui vole devant eux (ils n’ont que le numéro d’ordre de départ) afin de ne pas être influencés dans leurs notations. Ils n’ont pour seuls repères que le type d’avion et la déco qu’il porte pour savoir qui vole, et comme beaucoup d’avions servent à plusieurs, ça limite.
      Donc le public, si le jury est juste devant lui, ne peut pas être informé.
      Au WAC 2015 de Châteauroux, lors d’une manche ou le jury était à l’autre bout du terrain, il y avait eu commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.