Accueil » Aviation Générale » Subaru renoue avec ses racines aéronautiques

int(1)

Subaru renoue avec ses racines aéronautiques

Au salon du Bourget 2017, Fuji Heavy Industries étrennera sa nouvelle raison sociale : Subaru Motors. Une marque qui renvoie explicitement aux origines aéronautiques du conglomérat japonais (16.000 salariés). On notera que Subaru France n’a pas attendu le feu vert du Japon pour renouer avec l’aviation.

Le Forester de Subaru aux côté du FA-200… Deux facettes du groupe industriel japonais Fuji Heavy Industries © H. Collignon

En 2017, Fuji Heavy Industries (FHI) fêtera ses 100 ans. Le groupe industriel actuel est né d’un laboratoire de recherches aéronautiques créé, en 1917, par Chikuhei Nakajima, une entité qui deviendra en 1918, Nakajima Aircraft Factory. Le nom a marqué l’histoire de l’aéronautique japonaise.

De Nakajima à Subaru

Aujourd’hui, FHI est présent sur des marchés très différents, dans la pure tradition industrielle japonaise. Il est notamment un partenaire de premier rang de Boeing. En avril dernier, il a inauguré à Handa (Japon) une usine de 11.600 m2 destinée à la production, à partir de 2017, du caisson central du Boeing 777-X. Du lourd…

FHI est aussi constructeur automobile sous la marque Subaru ; un constructeur dont la notoriété mondiale est inversement proportionnelle à son modeste niveau de production (983.000 voitures produites en 2016). Subaru, c’est également l’avion léger de tourisme triplace, le FA-200 à moteur Lycoming, produit à 300 exemplaires seulement entre le 1968 et 1986, et dont FHI continue d’assurer le suivi de navigabilité.

subaru-fa200
Le Subaru FA-200, un triplace équipé d’un moteur Lycoming de 180 cv. © H. Collignon

Un tel atavisme ne pouvait que rejaillir au moment de boucler un premier centenaire d’existence. Et comme aujourd’hui, la marque Subaru parle plus au monde que Nakajima, c’est donc sous Subaru que le groupe entame son deuxième siècle. Sa première apparition sur la scène aéronautique mondiale, sous sa nouvelle appellation, aura lieu au salon du Bourget 2017.

Sabaru aux côtés de la FFA

Hervé Collignon a renoué avec l’aéronautique, il y a trois ans. D’une certaine manière, avec le recul, le directeur de Subaru France apparaît comme un éclaireur. A son niveau, il a choisi de miser sur la Fédération française aéronautique pour faire une place à sa marque sur le marché automobile français.

Le partenariat entre la FFA et Subaru a été mis en place lors de la saison sportive 2014. © FFA
Le partenariat entre la FFA et Subaru a été mis en place lors de la saison sportive 2014. © FFA

C’est un partenariat au long cours qu’il a voulu initier. « Avec à peine 1.000 voitures vendues par an en France, Subaru est une marque de niche. Il faut donc faire du marketing de niche », explique-t-il. Il propose ainsi des avantages aux licenciés de la FFA, il les accueille sur son stand au Mondial de l’auto à Paris, mais il est aussi présent partout où la Fédération l’invite. Subaru était venu en force au championnat du monde de voltige de Châteauroux, en 2015. Il est également présent sur les championnats de France.

Une place à prendre

A partir du printemps 2017, il projette d’organiser des petits déjeuners sur des aérodromes. « A l’occasion de la présentation d’un nouveau modèle, nous allons inviter nos clients à venir découvrir un aéro-club ».

La mixture vintage du Subaru SA-200. © H. Collignon
La plaque constructeur du FA-200. © H. Collignon

Celui qui rêve de remplacer Saab dans le cœur des aviateurs est entrain de passer son brevet de pilote privé à Lognes. Il se dit que si au salon du Bourget, en juin prochain, Subaru Aero exposait au milieu de son stand le dernier modèle Subaru, la boucle serait bouclée. Il a soumis l’idée à ses collègues japonais.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

12 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook

Sur Twitter