Accueil » Aviation Générale » Ultimatum de la FAA aux compagnies aériennes retardataires face à la 5G

Ultimatum de la FAA aux compagnies aériennes retardataires face à la 5G

Initialement prévue le 19 janvier 2022, le lancement de la 5G sur tout le territoire aux Etats-Unis avait été reporté en évitant notamment les alentours de certains aéroports ! © Chicago O'Hare Aiport

A la date du 1er février 2024, tous les avions pour qui la mise à jour n'a pas encore été réalisée devront être conformes et « insensibles » aux fréquences utilisées aux Etats-Unis pour la 5G (nouvelle génération de téléphonie mobile).

Dans un document de 28 pages publié le 11 janvier 2023 sur le Federal Register (équivalent du journal officiel en France), l’Administration Fédérale de l’Aviation Civile (FAA) propose aux compagnies aériennes une année d’échéance pour s’adapter à la 5G… 

Selon la FAA, 7.000 avions sont déjà équipés pour filtrer la 5G au niveau de leurs appareils (ou sont en cours de l’être) et donc inscrits au registre américain. Les retardataires représentent 1.000 appareils soit un huitième à devoir passer par une révision pour s’actualiser.

Dans le collimateur, les interférences avérées entre les radioaltimètres (dispositif permettant à un avion de connaitre son altitude par rapport au sol via l’émission et la réception d’un signal radio) et la 5G (la nouvelle technologie d’internet mobile ultra rapide.)

« Certains radioaltimètres peuvent déjà démontrer une tolérance aux émissions de la bande C de la 5G sans modification », commente la FAA. « D’autres devront peut-être d’installer des filtres entre le radioaltimètre et l’antenne pour augmenter la tolérance aux ondes ». La FAA précise que 180 avions devront remplacer l’altimètre par un modèle plus efficace alors que les 820 autres peuvent se protéger des perturbations de leurs instruments grâce aux filtres.

Ce problème est propre au marché américain dont le réseau 5G utilise une bande appelée C, qui va de 3,7 à 3,98 gigahertz (GHz). Or cette fréquence est très proche de celle utilisée par l’aérien, notamment pour la communication, de 4,2 à 4,4 GHz soit un écart de 200 MHz…. A noter que la directive publiée par la FAA est ouverte aux commentaires des différents acteurs pour les 30 jours à venir avant d’être complètement actée.

Jérôme Bonnard

Jérôme Bonnard

Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et vidéaste, Jérôme a couvert tous types d'actualités pour la télévision en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen. Il est passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM 3 axes. Il écrit pour Aerobuzz.fr depuis 2018, travaille sur des nouveaux médias et enseigne le reportage vidéo en écoles de journalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.