Accueil » WAC 2019 : Les championnats du monde de voltige tiennent leurs promesses

WAC 2019 : Les championnats du monde de voltige tiennent leurs promesses

La deuxième manche (Inconnu-Libre N°1) du mondial de voltige a été remportée par le tenant du titre, le russe Mikhail Mamistov. Louis Vanel reste au contact, mais perd de précieux points. La russe Svetlana Kapanina a à nouveau chuté. Aude Lemordant en a profité, cette fois-ci, pour accroître l’écart.

25.08.2019

Qui réussira à détrôner le tsar Mamistov ? © Elodie Claudin / WAC 2019

La deuxième manche du championnat du monde qui s’est déroulée, sur deux jours, les 24 et 25 août 2019, a mis les nerfs des favoris et de leurs supporters à rude épreuve. Les deux duels qui opposaient, chez les femmes la russe Svetlana Kapanina à la française Aude Lemordant, et chez les hommes, le russe Mikhail Mamistov aux français sans distinction, ont été tendus d’un bout à l’autre des deux journées.

WAC 2019 : « Inconnu-Libre », un jeu à double tranchant.

Kapanina tente le tout pour le tout et perd

Le tirage au sort qui détermine l’ordre de passage dans le box a fait qu’avec son numéro 4, Kapinana ouvrait les hostilités, samedi matin. Lemordant avait tiré le numéro 57, et donc clôturai quasiment la compétition, le dimanche en fin d’après-midi. A l’entame de son programme, la russe a fait une nouvelle faute à la première figure qui lui a valu un zéro. Comme l’avant-veille. Coup de tonnerre sur les WAC 2019.

On peut penser qu’elle aura voulu jouer son va-tout pour essayer de refaire son retard de 200 points sur Aude Lemordant. La championne russe a tenté le tout pour le tout, et elle a perdu. Restait encore à la française de concrétiser son avantage, ce qu’elle n’était pas parvenue à faire, lors de la première manche.

WAC 2019 : le championnat du monde de voltige s’annonce passionnant

Cette fois, Aude Lemordant n’a pas laissé passer sa chance une deuxième fois. Elle a réalisé un bon vol, se classant 14ème de l’épreuve, à 700 points devant la seule qui pouvait lui reprendre son titre mondial. Avec 900 points d’avance sur Kapanina, rien n’est pour autant joué. La menace a pris un autre visage, celui de Mélanie Astles.

La transfuge britannique qui se classe 19ème de l’épreuve, est désormais deuxième du classement général provisoire féminin à 255 points de la tenante du titre. La troisième est l’allemande Heike Sauels. Bénédicte Blanchard est quatrième. Elle a également récolté un zéro.

WAC 219 – Classement du programme Inconnu-Libre N°1

RangPaysPiloteAvionScore %
1Mamistov MEA330SC80,981
2Masurel OEA330SC80,250
3Vanel LEA330SC79,395
4Oddon FEA330SC78,986
5Fantoba CSU-26M78,781
6Orlowski AEA330SC78,760
7Holland RMXS78,731
8Brageot MEA330SC77,192
9Berger FEA330SC77,153
10Sonka MEA330SR76,686
11Lalloue VEA330SC76,590
13Leboulanger AEA330SC75,499
14Lemordant AEA330SC74,648
16Genevey DEA330SC74,151
18Libaud TEA330SC72,717
19Astles MEA330SC71,887
20Hory AEA330SC71,375
29Sauels HEA330SR67,351
44Blanchard BEA330SC61,005
46Kapanina SEA330 SC60,760

Mamistov seul devant, et les français groupés derrière

Chez les hommes, compte tenu des faibles écarts de points qui séparaient les premiers au terme de la première épreuve, rien n’était encore joué. La seule certitude était que la conquête du titre allait offrir une magnifique bagarre.

Les français avaient démontré qu’ils étaient prêts. Mamistov aussi. Et le russe l’a confirmé en remportant cette deuxième manche devant Olivier Masurel (36 points d’écart) et devant Louis Vanel à qui il reprend 79 points. Au classement général provisoire Mamistov est devant Vanel et Orlowski. Masurel est quatrième, l’espagnol Fantoba est cinquième.

Pour sa première participation à une compétition internationale, Florent Oddon se hisse à la sixième place. Il a réalisé un remarquable Inconnu-Libre qui lui a permis de gagner un rang. Il va falloir compter dès Châteauroux avec ce nouveau prodige comme sait en aligner l’Equipe de voltige de l’armée de l’air. Oddon confirme au mondial la forte impression qu’il avait faite à Ambérieu, lors du championnat de France 2019.

A l’issue de cette deuxième manche, c’est-à-dire à mi-parcours des WAC 2019, on retrouve six français dans les dix premiers. Six français qui vont devoir mouiller la combinaison de vol pour aller chercher Mamistov.

Gil Roy

WAC 2019 – Classement général provisoire après deux manches

RangPaysPiloteAvionCLIL#1Score %
1Mamistov MEA330SC2181,221
2Vanel LEA330SC1380,428
3Orlowski AEA330SC3679,853
4Masurel OEA330SC6279,485
5Fantoba CSU-26M4579,220
6Oddon FEA330SC7478,842
7Brageot MEA330SC5878,228
8Holland RMXS11777,690
9Lalloue VEA330SC91177,085
10Berger FEA330 SC14976,589
12Leboulanger AEA330SC151375,646
14Libaud TEA330SC81875,150
17Genevey DEA330SC251673,380
18Lemordant AEA330SC331473,101
20Hory AEA330SC312071,502
24Astles MEA330SC351970,764
30Sauels HEA330SR342970,385
36Blanchard BEA330SC264466,582
44Kapanina SEA330 SC474664,049

 

Les résultats complets des WAC 2019

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

12 commentaires

  • Jean-Mi

    La Voltige aérienne est l’une des rares catégories ou, depuis longtemps, et très naturellement, les hommes et les femmes font partie du même classement, donc sans distinction.
    Programmes identiques, notations identiques. Le coté « physique » des efforts aux commandes et de la résistance/endurance aux G ne trouve aucune justification de différenciation H/F en aéronautique sur ce genre d’avions. La parité par les faits et par les actes, non par choix ou par démagogie ! Donc la parité dans le bon sens du terme. Génial !
    Il n’y a pour moi aucun débat. Tous ces gladiateurs du ciel sont équivalents devant les éléments et l’Aresti : que le meilleur pilote gagne !
    Tiens, d’ailleurs, pilote, ça s’écrit pareil au masculin et au féminin…

    Allez les Français ! Le Tsar va pas être facile à déboulonner…

  • Babs

    Fan (-e /// bouh que c’est lourd de coller des E 🙂 ) de Voltige depuis très longtemps, je ne ferai pas du rase-mottes ! Et moi, je dis YES ( c’est un « oui » en Anglais !) pour toutes ces femmes qui donnent beaucoup pour cette passion. Allez y les filles ! Ce n’est qu’un jeu, et c’est surtout une forme d’Art Sportive remarquable., on compte sur vous TOUTES pour toujours aller plus haut. Merci !

  • Dubreuil

    Monsieur Bietry,
    En lançant cette polémique stupide, vous ne servez pas les intérêts de votre protégée.
    Vous portez une lourde responsabilité dans son échec d’aujourd’hui….

  • Jean-Max

    « …celle des Red Bull air Races elle ne la doit qu’à son seul talent. Les décideurs de l’équipe de France ont réussi à l’évincer à force d’imposer des dates de stages auxquelles ils savaient qu’elle ne pourrait pas répondre… »

    Monsieur Biétry, comment expliquez-vous alors que Mikael Brageot, pilote Master Class Red Bull Air Race ait participé aux stages Équipe de France Élite, ainsi qu’au Championnat de France, et aujourd’hui aux WAC ???

    Tout le monde entend bien votre position par rapport à votre protégée. Arrêtez toutefois de vous considérer comme éternellement stigmatisé et mal-aimé.

    Les règles de sélection en Equipe de France Unlimited étaient annoncées par la Fédération et claires dès la fin 2018. Elles étaient les mêmes pour tous les pilotes en ballotage. Inutile d’incriminer les dirigeants de la FFA et le staff de l’Equipe De France, qui se sont tenus aux règles annoncées.

    « Le coup d’éclat de Bénédicte n’a pas fait long feu »

    Voilà pour conclure vos propos une réplique gratuite et abjecte, qui traduit bien votre mentalité. S’en prendre à une personne qui a, elle, a respecté les règles et mérite amplement l’honneur de représenter la France aujourd’hui, c’est moche…

    De plus, n’oubliez pas que dans ce sport c’est à la fin de la compétition que l’on compte les points.

  • Zoro

    Igor, que vous cherchiez à la défendre est une chose. Mais s attaquer à Bénédicte comme vous le faites est scandaleux.

    Je salue la performance de cette pilote, qui arrive à gérer sa vie de mère, sa vie de pilote de ligne, et sa carrière en voltige contrairement à votre protegée miss Mel qui elle a réussi à se faire virer d AF de part son comportement, et de part de ses absences en stage EDF (Hors selection) s est mise hors jeu.

    Alors oui le mot Transfuge ne me choque pas.

    • Benoit Merieau

      Cher Zoro, vengeur masqué…
      Sauf erreur de ma part, il vous manque un R comme Respectabilité sur votre alias… Votre remarque est pertinente sur l’attaque scandaleuse et inutile de M Biétry (vengeur démasqué) à l’égard de Benedicte Blanchard. Il est donc vraiment choquant de vous lire ensuite dans votre post avec autant de mépris, voire méchanceté, à l’égard de Mélanie « Miss » Astles. Vous manquez l’occasion de sortir par le haut!!!
      Parce que concernant votre remarque sur AF, en plus d’être odieux, vous êtes dans le faux et la bêtise. Quand on ne sait pas, on se tait… En langage voltigeur, on dirait que « vous êtes Low Low Low ».
      Merci donc à Gil Roy de communiquer au mieux sur notre petit monde de la voltige.
      Merci à Jean Max de rappeler quelques faits.
      Merci à tous ces pilotEs et pilotes de nous faire rêver et de faire des choix de vie personnels et complexes pour être à la hauteur sur tous les fronts…
      Merci au travail de la fédé, des entraîneurs, des clubs et des pilotes de permettre un tel développement de notre sport.
      Merci aux baveux, méchants et autres parasites de passer leur chemin: le milieu de la voltige est trop fragile et trop rempli de gens bien pour supporter vos maux et enfantillages de bas étages… Au plaisir de ne plus vous lire.

  • Hugues CHOMEAUX
    Hugues Chomeaux

    Tout est à jouer, rien n’est joué.

  • Igor Biétry

    Transfuge : Soldat qui déserte et passe à l’ennemi.
    Gil, comment se fait-il qu’un journaliste sérieux, un homme d’expérience comme toi se permette d’utiliser un terme aussi fort et aussi déplacé que « transfuge » et ça dans 2 papiers différents en parlant de Mélanie Astles ! As-tu passé un coup de fil pour connaître les motivations de cette femme qui fait briller les couleurs françaises comme personne avant elle à l’international. Oui, aucune femme n’a, avant Mélanie, obtenu une telle médiatisation dans ce sport au titre de pilote française. Or la Fédération Française a choisi de se passer de cette virtuose parce qu’elle ne rentrait pas dans des cadres obsolètes. Et ce depuis le début de sa carrière. Cette jeune femme s’est battue comme personne pour en être là où elle est aujourd’hui. Mais plutôt que de se servir de ce merveilleux exemple pour les générations futures on n’a cessé de lui mettre les bâtons dans les roues parce qu’elle ne « rentrait » pas dans les cases et qu’elle n’acceptait pas de dictat de messieurs un peu trop… disons un peu trop « peu visionnaires ». Elle s’est battue comme une dingue pour financer chaque heure de vol. Son ascension à la plus médiatique compétition d’aviation légère du monde, celle des Red Bull air Races elle ne la doit qu’à son seul talent. Les décideurs de l’équipe de France ont réussi à l’évincer à force d’imposer des dates de stages auxquelles ils savaient qu’elle ne pourrait pas répondre… Elle n’a pas eu le choix. Participer au Championnat du Monde en France ici, chez elle, c’était un rêve pour elle, ils le savaient… Devant ces années de brimades et de petites mesquineries la concernant, l’opportunité de faire appel à sa double nationalité, c’était la seule solution pour pouvoir participer à l‘épreuve de ses rêves. Ce soir dimanche 25 aout, elle est 2e féminine derrière Aude. Le coup d’éclat de Bénédicte n’a pas fait long feu et les russes sont à la rue. Le podium féminin aurait pu être doublement français… Et tout le monde dans le staff de l’Equipe de France le savait…

    • Gil Roy
      Gil Roy

      Nous possédons le même dictionnaire. Certes, cette définition du mot « transfuge » est celle du « Petit Robert », ma référence. Un dictionnaire papier auquel je fais plus confiance qu’au correcteur orthographique de Word. Mais, même si j’ai la prétention d’avoir créé avec Aerobuzz.fr un média numérique de référence, du point de vue de l’état civil, j’appartiens à la génération papier, la génération de John le Carré. Et quand j’écris « Transfuge », c’est plus par l’auteur de « L’espion qui venait du froid » que je suis influencé, que par Alain Rey. Je me place dès lors dans le registre du « second degré » !

      Il ne s’agit donc pas, ni d’une accusation de trahison comme Igor, vous semblez le supposer, ni d’une « maladresse » comme l’affirme Victoria, la « responsable de la communication de Mélanie Astles » qui me demande expressément « de modifier la fin de mon article ». Elle estime que j’ai utilisé « un terme péjoratif manquant totalement d’objectivité et diffamatoire ». Encore une fois, il s’agit de « second degré » et donc, je ne vois pas pourquoi je devrais « présenter des excuses », comme me le demande Victoria.

      Igor, Victoria et tous les supporters inconditionnels de Mélanie Astles : avez-vous noté que j’ai pris le parti, à l’occasion de ces championnats du monde, de suivre non seulement les dix pilotes de l’équipe de France, mais également les trois autres français qui concourent sous les couleurs de la Hongrie, du Luxembourg et de la Grande-Bretagne ?

      Surement pas pour les diffamer ou les insulter. Mais plutôt parce qu’à mes yeux et sans doute pour tous les français qui s’intéressent à la voltige et qui lisent Aerobuzz.fr, ils font partie de la voltige française. Ils sont issus de la même filière de formation que les dix sélectionnés de l’équipe de France et si vous reprenez mes reportages sur les compétitions antérieures, ils sont naturellement cités.

      Tous ces pilotes, je les suis depuis des années. J’ai vu arriver Mélanie Astles sur le circuit. J’étais à Châteauroux en 2015, quand elle était en équipe de France. J’ai échangé avec elle au championnat de France 2019, à Ambérieu, en juillet dernier, sur ses motivations. J’ai compris son choix. En aucun cas je ne l’associe à une trahison. Et au passage, je fais remarquer qu’en sport, un compétiteur ou une compétitrice a des adversaires, pas des ennemis…

      Alors de grâce, ne prenez pas tout au premier degré. Prenez au contraire un peu de hauteur et n’oubliez pas que la voltige est d’abord un sport.

      Promis : je n’associerai plus le mot « transfuge » à Mélanie Astles. Vous avez gagné ! Je préfère commenter l’actualité que de me justifier comme je viens de le faire…

      Gil Roy
      Rédacteur en chef d’Aerobuzz.fr

    • Pilotaillon, adepte de philosophie aérienne

      A Gil,… shadokophiles et shadokophobes, c’était en 1968 !
      Soit on en parle pas, soit on parle trop, soit on en parle mal !
      C’est juste notre époque : ça ne va jamais. Et c’est pas près de changer…
      A moins que les ronchons arrêtent de pomper, les Jean Parfait, les Zexi Jean, les Zeprantout Opremiédegré et commencez à rire, ça ferait du bien à tous.
      Une méthode toujours – et comme jamais – d’actualité : https://www.youtube.com/watch?v=zv0ZzRMjbRk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.