Accueil » Christian Ravel et le DC-10

Christian Ravel et le DC-10
premium
libre

Même si dans le panthéon secret de Christian Ravel, les machines volantes ne manquent pas, le DC-10 y occupe une place à part. Quant à Jean Barbaud, il a retenu que le DC-10 se pilotait comme un Stampe…

16.08.2017

DC-10 esquisse

J’ai eu la chance et le bonheur de voler à UTA et j’ai débuté mes vols en long courrier sur Douglas DC-8, un avion pas facile à l’aérodynamique ancienne, mais tellement élégant ! Je regardais donc le DC-10 en le trouvant ramassé et finalement pas beau.

Prémices électroniques

Et puis un jour, ce fut à mon tour de me faire qualifier sur cet avion et dès les cours théoriques, j’ai senti que quelque chose se déclenchait : je découvrais certes les complexités d’un appareil où l’électronique débutait, mais les solutions retenues (et la pédagogie de nos instructeurs) me remplissaient d’admiration. Le simulateur s’étant bien passé, nous sommes partis pour Toulouse pour les tours de piste.

Au roulage, il fallait prendre des marques particulières car la roulette avant est très en arrière du cockpit et cela changeait énormément du DC-8. Puis ce fut le premier décollage ! Quelle douceur aux commandes, quelle précision ! Au troisième tour de piste, je me sentais déjà chez moi (même s’il restait encore beaucoup à faire !).

PTU en triréacteur

Eu milieu de la vent arrière suivante la tour de contrôle nous indique qu’un Airbus faisait un essai d’atterrissage automatique et nous demandait de nous poser immédiatement ou de nous éloigner plusieurs minutes. Mon instructeur me dit : Qu’en penses-tu ?

J’étais bien placé par rapport au seuil de piste, et, sans plus réfléchir, j’ai fait une PTU comme en Stampe. Aucun problème, j’avais assuré ma trajectoire et fais cela tout naturellement. Lors du roulage, instructeur me redit avec un grand sourire : Comment cela s’est-il passé ?

J’ai cherché quelle erreur j’avais pu faire (plus elles sont grosses et moins on les voit…) et j’ai réalisé qu’avec 50 minutes de vol sur cet appareil, j’avais fait – à l’aise – une manœuvre qui m’a semblé évidente… mais que je n’aurais jamais osé réaliser en DC-8 dont j’avais pourtant presque 3.000 heures Quelle machine !

Ambiance UTA

Puis ce fut le lâcher en ligne, quelques années de copilote puis un peu de 747 classique et -400 (magnifique appareil) et à mon tour, je suis devenu commandant de bord. Je terminerai sur ce vol de lâcher commandant de bord, car caractéristique de l’ambiance UTA.

Il était prévu que j’assurerai naturellement le trajet en place gauche, les places de copilote et mécanicien étant utilisées par leurs titulaires et le testeur utilisait le siège observateur. Il avait suivi avec attention la préparation du vol Paris-San Francisco (vol délicat car très long et passant par le nord du Canada, là ou les compas ne sont plus utilisables). Il avait suivi précisément toutes les phases du vol, posant quelques questions bien ciblées sur la machine, la réglementation, des décisions à prendre en cas d’incident…

Nous volions ainsi depuis environ 7 heures quand j’ai senti qu’il défaisait les pattes d’épaule de ma chemise portant les 3 galons de copilote que j’étais encore, puis il m’a mis ses propres galons de Commandant… Les galons du chef ! Et il m’a dit : « Tu es maintenant Commandant… termine le vol sans moi ».

J’ai encore une petite larme aux yeux quand je pense à tant de délicatesse. Puis ce fut une escale rapide et le lendemain retour sur Paris où il est juste venu dire bonjour deux fois dans le poste. J’étais vraiment commandant de bord.

À l’arrivée, bien sûr, j’ai fignolé toutes les check-lists et quand je suis sorti du cockpit, tout l’équipage était là, et les hôtesses avaient préparé les coupes de champagne.

J’ai fait environ 5 000 heures de DC-10, mais à tout moment, j’ai souvent pensé : Quelle machine ! Quels équipages. C’est une de mes grandes fiertés d’avoir été l’un d’eux !

Christian Ravel

© Dessin : Jean Barbaud / Animation : Martin Roy

Christian Ravel, l'un des pères fondateurs du musée aéronautique d'Angers aux commandes du planeur Avia152A

Christian Ravel aux commandes du planeur Avia152A du musée aéronautique d’Angers. © Coll. Ch. Ravel

A propos de Christian Ravel

chez Aerobuzz.fr
Avant d’être pilote de ligne (à la retraite), Christian Ravel est un aviateur animé par une passion qui semble grandir au fil des années. Le musée qu’il a créé à Angers (avec une poignée de passionnés) ne dispose évidemment pas d’un hangar assez grand pour abriter un DC-10. Dommage…

6 commentaires

  • SORDEL Daniel ex OMN DC10 et B 747

    Bonjour Christian,
    Je viens d’apprendre avec émotion l’évènement du 22 août 2019 te concernant.
    Grâce à tes qualités de « grand pilote » les conséquences ont été limitées.
    Ta passion de l’aviation, ton engagement sans faille à la création et au développement de l’association Air et Passion/GPPA, font de toi un aviateur confirmé et engagé pour la préservation du patrimoine aéronautique des « machines volantes » .
    Cher Christian, tes émotions passées, je te souhaite un prompt rétablissement.
    Te souviens-tu du vol que nous avons effectués en DC 10 vers ABJ avec Paul Genest?

  • GRAS DANIEL

    Bonjour Christian
    Tout d’abord je te souhaite un prompt rétablissement.
    Après des années passées au service technique moteur CF6-50 d’UTA J’ai intégré les OMN DC-10 et nous avons passé de passionnantes heures de Long Courrier à UTA où tu me faisais part de toute ta passion pour développer ton musée, de transmettre et faire revivre le CAP d’entoilage , etc..
    Ce petit mot pour te dire qu’après la fusion UTA/AIR FRANCE j’ai volé sur les B 747 de CORSAIR avec comme CDB GUILLOTEL qui lui, me parlait aussi avec passion de la construction de son avion conçu pour établir des records, bref c’était pour te dire que grâce à mes anciens collègues sol , je lui ai fourni de la peinture isolante /retardatrice de feu ( 2 000°/15 mn) de capot réacteur pour sa cloison pare-feu donc il y a du  » DC-10  » sur son avion !
    Amicalement
    Daniel Gras

  • Alain MILLIOT

    Prompt rétablissement Christian .Olivier se joint à moi Amicalement
    Alain MILLIOT

  • shiualilapa

    Domage que pour des raisons economiques Boeing ait modifie l’aerodynamique rendant cette machine (MD11) tres delicate a piloter.
    En cause la reduction des surfaces portantes (pour reduire la trainee) qui fait que la vitesse d’approche est la plus importante pour un avion de ce type.

    • Frédérick TERNY
      Frédérick TERNY

      Bonsoir Monsieur Ravel,

      Je viens de lire les quelques lignes relatives à votre passage Commandant de bord …. Quelle classe ce testeur et surtout combien devait il avoir confiance en vous …
      La PTU en DC10 aurait mérité une vidéo souvenir !

      Vous faites partie de l’Elite des grands pilotes, ceux qui sont humbles et avec un cœur gros comme ça… : Les Aigles !

      Prompt rétablissement à vous après cet événement.
      Continuez à transmettre votre passion avec la même vigueur, le même enthousiasme…
      Saint Pierre n’a pas besoin de vous là haut, les hommes de votre trempe doivent être sur terre le plus longtemps possible !

      Sincèrement
      Frederick

      • RAVEL

        Merci Frederik de ce message qui me va droit au coeur.
        L’aviation légère (Modèles réduits, vol à voile, aéro-club) m’a tout donné et permis de réaliser un reve de gosse. Il est normal (et avec quel plaisir) que je lui consacre mes vieux jours.

        Amitiés à tous les aviateurs.

        Christian RAVEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.