Accueil » Gérard Desbois et son Piper Cub

Gérard Desbois et son Piper Cub
premium
libre

Celui pour lequel, les Airbus n'ont aucun secret possède le plus merveilleux des jouets. Avec son Piper Cub et ses copains, Gérard Desbois s'amuse comme un gamin. Côté espièglerie, il a trouvé son alter ego en Jean Barbaud !

9.08.2017

Tout celui qui n’a pas connu le plaisir de s’envoyer en l’air à bord d’un Piper Cub, n’a pas connu l’extase.

Un vol juste fait pour être en l’air

Cela fait maintenant plus d’un siècle et demi que l’homme cherche à imiter les oiseaux avec plus ou moins de bonheur et à grand renfort des technologies. Certes, l’homme vole et vole maintenant en tout sécurité pour aller rejoindre son prochain à l’autre bout de monde à bord de machines fantastiques et extraordinaires telles que l’A380 que je ne peux pas ne pas mentionner ici. Mais quel plaisir en retire-t-il ?

L’Aviation Populaire devenue aviation générale existe depuis le début du siècle dernier certes et nos 43.000 licenciés français volent sur des avions de plus en plus sûrs mais sans doute aussi de plus en plus aseptisés, mais en retirent-ils tout le plaisir attendu ? Peuvent-ils vraiment gouter aux joies d’un vol juste fait pour être en l’air, sans but précis, sans destination bien ciblée après trente minutes de préparation fastidieuse ? J’en doute !

Un petit avion pour se faire plaisir

Pourtant, un petit avion pour se faire plaisir vraiment existe, je vous jure. Oh, bien sûr il n’est pas tout jeune car il vient de passer allègrement ses 80 printemps et si ses formes sympathiques ne sont toujours pas encore démodées aujourd’hui, je concède qu’il est fort éloigné du concept du smart phone… On navigue d’ailleurs à son bord à l’aide du compte tour et de la pression d’huile car sa boussole a souvent le sourire sur le sud-ouest…

Il fait partie de ces avions qui marquent à jamais l’esprit d’un aviateur. Il s’agit d’ailleurs bien souvent de celui sur lequel l’apprentissage du pilotage laisse un souvenir ému au stagiaire oiseau devenu grand…

Un pied de nez à la digitalisation

Pour ce qui me concerne, il fait désormais partie de ma vie et il fut le lieu de mes premières transpirations au manche d’un appareil. Il s’agit du plus mythique et le plus formidable de tous les vieux coucous, le Tadj Mahall des conglomérats de tubes et de toile, la bête noire (plutôt jaune d’ailleurs) des apprentis pilote et même de certains moins apprentis… Le nec plus ultra rebondissant des trains classiques, la Rolls de ceux pour qui l’admiration des beaux paysages est encore une bonne raison de s’envoyer en l’air, le Canon de la simplicité, la 2CV de l’air dans sa génération initiale, le Véritable pied de nez à la digitalisation eu-égard à son absence d’électricité a bord: le Piper J3.

Un fuselage, une paire d’ailes, une paire de  manches, une paire de manettes de gaz, une paire de sièges car c’est un plaisir qui se partage, volez en Piper J3 et vous comprendrez pourquoi les oiseaux chantent !

Gérard Desbois

© Dessin : Jean Barbaud / Animation : Martin Roy

 

Gérard Desbois faisait partie de l’équipage du premier vol de l’A380. Il était de ceux qui ont livré le MSN4 au musée de l’air. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

A propos de Gérard Desbois

chez Aerobuzz.fr
Gérard Desbois est ingénieur en chef des essais en vol d’Airbus. Mais il n’est pas que cela… A ce titre, il était dans le cockpit de l’A380 pour son premier vol. Mais c’est aux commandes de son Piper Cub qu’il révèle sa véritable personnalité, quand il fait le cirque (aérien) avec ses complices de Crazy Piper Team. Gérard Desbois possède une grande lucidité et un franc-parler dont il donne un échantillon dans ses livres.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.