Accueil » Compte-à-rebours pour l’ULM à 500 kg

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Compte-à-rebours pour l’ULM à 500 kg

Lors du salon allemand Aero de Friedrichshafen (avril 2019), la Fédération française de l'ULM a communiqué quelques évolutions de sa proposition réglementaire, qui avaient été présentées peu avant lors de son assemblée générale. Le passage de 450 à 500 kg est attendu durant l'été 2019.

30.04.2019

Alors que les allemands ont porté la masse maximale au décollage des ULM à 600 kg, les français s'apprêtent à le faire jusqu'à 500 kg. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

« Ce salon nous donne l’opportunité de communiquer l’avancement des évolutions réglementaires avec nos voisins. Une conférence à laquelle la FFPLUM a participé a permis de présenter et comparer les grandes lignes des futures réglementations, en particulier sur les possibilités d’évolution des masses de nos ULM, et d’expliquer notre choix de « L’ULM à la française » avec une augmentation d’une cinquantaine de kilos de la capacité d’emport de nos aéronefs sans toucher aux fondamentaux de notre système déclaratif« , a communiqué la FFPLUM à l’occasion du salon de Friedrichshafen.

ULM : au-delà de 450 kg, l’Europe délègue aux états.

Après s’être orientée pour les 500 kg fin 2017, la FFPLUM avait précisé ses propositions en août 2018, notamment sur le prérequis de la vitesse mini en passant à 70 km/h pour les multiaxes.

Propositions réglementaires ULM dans le cadre de la futur possibilité d’exemption EASA

Pipistrel premier sur les 600 kg

La présentation réalisée à Aero par son premier vice-président Louis Collardeau a montré de nouvelles propositions d’ajustements dans les différentes classes :

  • Initialement non cumulables, les masses du parachute et des flotteurs le sont désormais : pour les machines ainsi équipées masse max passe ainsi à 345 kg pour un pendulaire monoplace, 520 kg pour un pendulaire biplace, 375 kg pour un multiaxe, un autogire ou un hélicoptère monoplace, 570 kg pour un multiaxe, un autogire ou un hélicoptère biplace.
  • Si la masse forfaitaire du carburant reste équivalente à une heure de vol pour les pendulaires, elle est confirmée pour un multiaxe, un autogire ou un hélicoptère à 22 kg (près de 30 l) en machine monoplace et à 33 kg (près de 45 l) en biplace.
  • Pour toutes les classes d’ULM, la masse forfaitaire du pilote et du passager reste fixée à 156 kg, celle du pilote seul étant établie à 86 kg.
  • Pour les actuels dirigeables de construction amateur, le volume de gaz proposé atteint 900 m3.

Le détail en français de l’ensemble de la proposition en cours de la FFPLUM avec la DGAC est publié sur le site de la FFPLUM. Selon différentes sources, la nouvelle réglementation devrait entrer en application avant juillet.

Gabriel Gavard

 

 

A propos de Gabriel Gavard

chez Aerobuzz.fr
Pilote avion et ULM depuis 1984, c’est par la construction amateur et les revues techniques (Fox-Echos, qu’il a créée, puis Experimental dont il sera rédacteur en chef) que Gabriel Gavard a abordé la presse aéronautique en 1994. Rédacteur en chef d’Aviasport de 2005 à 2011, collaborateur à Aerobuzz.fr depuis 2012, il est également depuis avril 2017 rédacteur en chef d’ULM-Info.

15 commentaires

  • DANIEL dantaux

    BIENTOT 81 ANS ET DERRIERE MOI TOUTE UNE CARRIERE DE NAVIGANT TECHNIQUE EN CIE AERIENNE
    PLUS TROIS AVIONS CERTIFIES
    ET AUJOURD’HUI UN SUPER ULM QUI ME DONNE TOUTES SATISFACTIONS

    AVEC LES 3 CERTIFIES – – – DE « BELLES FACTURES »ET TROP SOUVENT DU TRAVAIL BACLE OU MAL FAIT.(MAIS PAPERASSE A JOUR ! ! )

    AVEC L’ULM – – « – PANI POBLEMES  » JE LE BICHONNE MOI MEME DEPUIS PLUS DE 10 ANS.

    LA GOUPILLE ANCIEN OMN / EX MECANO SOL A BEY ET DAM

    .

  • lescure

    Bonjour,
    Il y’a de la place pour tout le monde : ceux qui volent lentement ( et c’est un plaisir) et ceux qui volent vite et loin. Pourquoi les premiers n’acceptent ils pas que les progrès techniques et les nouvelles réglementations européennes permettent de remplacer l’aviation récréative traditionnelle certifiée par de superbes machines performantes.
    Le poids n’a jamais la cause d’accidents plus importants. Je regrette que nous n’ayons pas choisi 600 kg comme de nombreux pays européens.
    L’absence de certification, règlementation ,papiers etc… en ULMn’a jamais été la cause de plus d’accidents . Restons sur déclaratif et autorisons les 600 kg.
    Claude instructeur et pilote sur avion, ULM,Helico du jodel au A380 .

    • Pilotaillon

      Hormis quelques contraintes (traînées de sillages dues à ces vilains pilotes de monstrueux quadri-moteurs et à ces méchants militaires qui scarifient la carte VFR OACI), la France a certainement un des ciels (cieux ?) les plus accessible et ouvert au plus grand nombre. (pardon pour la petite provocation bienveillante)
      Cette liberté se mesure comme le bonheur, « au bruit qu’il fait quand il s’en va… ».
      Tout est important : la diversité des pratiques, les équipements collectifs, le développement des matériels, le nombre de pilote…
      Bons vols à tous les oiseaux,quel que soit leur plumage.

  • Don nico

    Pas d’accord
    L’ulm Sur le déclin??
    Il y a toujours des pilotes qui se forment et sont régulièrement brevetés dans nos clubs
    Les constructeurs de savanha Sky et autres ulm pendulaire ne tire pas la langue non plus
    Moi j’ai 46 ans suis breveté depuis 5 ans vole60 heures par ans possède un Skyranger 912 acheté 16000€ entretenu au petits ognons je me permet des navigations de plus de 4heures et 600 km dans une journée si je l’ai décidé
    Je gagne 2000 euros par mois et vis pleinement ma passion sans me ruiner tout en nourrissant correctement mes 4 enfants
    Alors non l’ulm N’est pas mort et sa philosophie non plus

  • Cosme

    Arrêtons de raconter n’importe quoi !
    L’ULM était une aviation populaire ludique et plutôt accessible,….cette dernière est sur le déclin car les pratiquants vieillissent et disparaissent !
    Les constructeurs proposent,…il n’y a que ça dans les salons,…. de plus en plus des aéronefs à plus de 100 000 euros qui volent à plus de 250 km/h ! Ce ne sont rien d’autre que des avions déguisés en ULM !
    Si les constructeurs exposent ces machines et les vendent c’est qu’ils savent qu’il y a une clientèle,….plus jeune, beaucoup plus fortunée qui se contre moque de la « philosophie ulmiste » et qui a les moyens de payer. Ce sont des pilotes qui veulent faire de l’avion tout en étant propriétaire d’une machine de voyage performante qui n’est pas encadrée par la réglementation contraignante de la certification.
    Donc en d’autres termes, « l’esprit ULM » ,…qui est exposé plus haut,…disparaît gentiment pour être remplacé par un « esprit de pilote aisé »,…il suffit de voir les propriétaires de ces machines pour s’en rendre compte,…ils sont à des années lumières des pilotes de Skyranger ou de pendulaires !
    Donc la FFPLUM peut défendre ce qu’elle veut mais elle ne peut pas gagner contre le temps qui passe et le changement des mentalités,….Donc ça passe à 500 kgs et dans 5 ans ça passera à 600 kgs,…j’en donne ma tête à couper,… car les pilotes de VL3 Dynamic et P 300 seront presque majoritaires
    Voila c’est tout,….je suis pilote PPL, instructeur ULM et propriétaire d’un Quicksilver qui vole à 45 km/h

  • Bernard Baudouin

    L’ulm francais est caracterise par sa liberte de faire du hors piste , seul pays en Europe mais la nouvelle reglementation suit l’evolution des generations , termine les weedhopper et autres vrais ulm a la base du mouvement . L’avenir appartient au composite carbone , a la vitesse , aux pistes en asphalt , au pilote automatique , aux Efis ………….l’ulm d’ici 20 ans ne sera plus ULM et la puissance economique aura pris le dessus sur la philosophie du mouvement . Ses createurs ne seront plus la , seuls resteront quelques  » nostalgiques » du mouvement . Profitons de ses derniers moments de  » liberte » …..

    • Jean-Mi

      Pas tout à fait sur…
      A coté de ça on n’a jamais vu autant d’avions léger et d’ULM équipés de pneus et de trains d’attéro « toundra » de par le monde, et même en France les concours d’atterrissage-décollage court font leur apparitions.
      Beringer qui faisait des freins propose maintenant des « kits » de train d’atterrissage « tout terrain » pour ce genre d’avions…
      Il y a une demande et même un marché !
      Voir les Zlin Savage et autres… Ca c’est les ULM dont vous parlez.
      Si l’aviation légère certifiée ne répond plus aux demandes des pratiquants, ne leur permet plus d’accéder au vol de loisir simple, alors notre aviation légère certifiée à un gros problème que l’ULM ne corrigera pas.

  • Zeltner

    Attendons l’acidentologie dans les 3 prochaines années nous verrons bien qui avait raison…

  • Ultralight

    N’oubli pas que L’ULM a été créé pour s’abstenir des contraintes de l’aviation Certifiée et de pouvoir profiter pleinement des joies du poser hors pistes .j’ai bien peu que cette surenchère du poids (et de la vitesse) nous renvoie à la case départ et que l’administration nous attendent au tournant .
    Il est tout à fait possible de voler dans les clous avec la réglementation d’aujourd’hui sur des machine sûr ,fiable et assez rapide pour une utilisation loisir.Le faux prétexte de légaliser des machines hors des clous ne tiens pas .C’est rendre les hors la loi crédibles juste parce que des constructeurs n’ont pas respectés le cahier des charges imposé par une réglementation.

    • Presto

      Prétexte ou conséquence de l’absence de contrôle des poids sur le terrain pendant des années,qui a permis l’accumulation d’une flotte conséquente d’appareils hors des clous.Le nombre fait alors la loi.Et a découragé et tué le constructeur qui a construit dans les clous.

  • Azub Tricon 06

    Bonjour, tout ça va dans le bon sens, celui de légaliser ce qui était devenu la norme de fait dans le monde de l’ulm. Sans que ça n’engendre d’accidentologie particulière.

    Aujourd’hui j’ai lâché le manche, il me reste de bons souvenirs…

  • Dupont yvan

    Il est grand temps, de faire, évoluer la réglementation ulm et ainsi d’accompagner les, progrès techniques, ce qui améliore la, sécurité opérationnelle en permettant d’exploiter sans triche les possibilités, de ces engins. 600 kgs de masse maxi décollage sont une excellente initiative et par ailleurs cela permettra de sauver l’aviation de loisirs qui en a bien besoin
    Ce n’est que l’avis d’un pilote qui a le bonheur de voler depuis 50 ans, sur tous types, de machines du planeur au concorde sans oublier les ulm…..
    J’espère que cet avis est partagé par tous ceux qui aiment voler et exploiter au mieux les possibilités, opérationnelles de façon rigoureuse en toute sécurité.
    Il est évident que les 600 kgs, vont permettre un important progrès, tant en termes de sécurité que de performances,….

    Bons vols.

    • BONNAFOUS Christian

      Non pas d’accord avec ce raisonnement ,puique l’on parle de progrès technique
      on devrait faire mieux en proposant des machines performantes , légères, fiables et des motorisations moins gourmandes !!!je vole sur proto autogire motorisé pas un moteur automobile et avec une consommation de 30% inférieure a un certain moteur très utililisé… et au cout exhorbitant.
      Ne serait il pas plus raisonnable de déjà de se conformer à l’esprit ULM
      On peut très bien se faire plaisir à bord de petites machines sans voler à 300km/h .Pour moi l’aéronautique de loisir c’est soit l’ulm ou l’avion certifié .
      Bon vol à tous.

  • Presto

    Avec une masse à vide maxi de 336kg et une Vs0 de 70kmh (dernière proposition DGAC/FFPLUM),certains multiaxes fabriqués dans les pays de l’est qui étaient hors des clous de la règlementation actuelle,vont etre « légalisés » dans la nouvelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.