Accueil » Garmin prépare l’atterrissage autonome

Garmin prépare l’atterrissage autonome

Autoland de Garmin n'est pour le moment qu'un système de retour au sol totalement automatisé. Difficile néanmoins de ne pas y voir l'amorce d'une brique technologique pouvant intéresser les porteurs de projets de véhicules aériens. ©

Garmin vient de présenter son nouveau système baptisé Autoland permettant l'atterrissage d'un avion équipé de la suite avionique G3000, sans intervention humaine et de manière totalement autonome. Les premières applications sont annoncées sur le monoturbopropulseur M600 de Piper et sur le monoréacteur Vision Jet SF50 de Cirrus Aircraft.

Couplé au pilote automatique, Autoland, développé par Garmin, consiste en un dispositif d’urgence permettant à l’aéronef qui en est équipé de négocier un atterrissage de manière totalement automatique. Par simple pression d’un bouton en cabine ou depuis le cockpit, le système peut être activé par les passagers ou le pilote, si ce dernier est dans l’incapacité de piloter.

Autoland mode d’emploi

Autoland prend en compte plusieurs dizaines de paramètres choix de l’aérodrome...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Pilotaillon du 21eme siècle

    Etonnant que le TBM ne fasse pas partie des plateformes ciblées pour les premiers déploiements !
    En connait-on la raison ?
    Il me semblais pourtant bien positionné pour aller loin dans l’exploitation des « automatismes de sauvegarde ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.