Accueil » L’aéromodélisme à la recherche d’un dispositif de signalement électronique

L’aéromodélisme à la recherche d’un dispositif de signalement électronique

La Fédération française d'Aéromodélisme (FFAM) lance un appel d'offre pour aider les licenciés des structures affiliées à s'équiper de dispositifs de signalement électroniques. Ils seront obligatoires dès le 29 décembre 2020.

30.05.2020

Plus vrai que nature ! A l'instar d'un avion équipé d'un transpondeur, les aéronefs d'aéromodélisme devront montrer patte blanche sur certains sites. © FFAM

L'appel d'offre de la FFAM entre dans le cadre de la nouvelle loi drone et de mise en application de ses textes. L’article 4 de la loi 2016-1428 relative au renforcement de la sécurité liée à l’utilisation des drones civils prévoit que les aéronefs (de plus de 800 grammes) sans personne à bord évoluant hors d’un cadre identifié soient équipés d’un dispositif de signalement électronique. Les aéronefs évoluant en terrains d’aéromodélisme déclarés par défaut sur les AIP "Aeronautical Information...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

27 commentaires

  • xjrphilippe

    Bonjour, en tous cas il n’est pas envisageable pour moi, et je ne suis pas seul, d’installer une balise à 200 € dans un modèle à 50 ou 100€, ou est la promesse de la fédé 10gr pour 10€?
    Regardez la législation suisse, ils on compris eux!

  • md

    alors ou en est le resultat de l’appel d’offre qui se terminait le 15juillet ? qui a remporté la course et a quel prix ? moins de 70 euros ttc ??

  • Guillaume

    Ça fait deux ou trois ans que je m’intéresse aux quads et j’ai décidé d’enfin monter le mien. J’ai côtoyé quelques modélistes, dont des amis et je ne leur en ai jamais parlé, par peur des « les drones ça devrait être interdit, que des irresponsables, c’est dangereux, c’est le cancer du modéliste… » Et les commentaires ici confirment ça. Alors non, pour l’instant j’ai pas du tout envie d’aller au club de modélisme a côté de chez moi. Je volerai a moins de 2 mètres du sol entre les haies de mon jardin ou je le regarderai pose sur une étagère.
    Et le jour où je m’achète un avion, j’hésiterai sûrement encore à aller dans ce club parce que je n’aurai qu’une radio flysky a 80€ et pas une Futaba 7xc.

    • xjrphilippe

      Bonjour, viens chez nous, les dronistes ont relancé l’activité, nous ont appris le fpv et nous avons également pu les former au vol à vue avion, helico, planeur..
      C’est un échange entre nous. Sur environ 40 membres (30 en vrc et 10 en vcc) une majorité sont équipés en radio spektrum et frsky, plus abordables et surtout en opentx pour les programmeurs…nous sommes une bandes de copains pratiquants exclusivement le loisirs, les échanges de savoir faire et la formation de nouveaux pilotes..
      Peu ou pas de compétition, ce n’est pas par volonté mais parce que nous n’en n’eprouvons pas le besoin..

  • Jean Christophe

    Bianco.
    Tu ouvres n’importe quelle encyclopédie,
    drone:
    nom masculin
    Petit avion sans équipage embarqué, télécommandé ou programmé.

    C’est dans ta tête qu’un drone à 3 ou 4 hélice.
    En grandeur nature on appel les drone militaire drone pourtant ce sont des avions.
    Tu parles de piloter à vue mais tu ne peux pas estimer la distance ni la hauteur. Ça d’appel le paralax.
    Les Parapentistes en sont victimes, ils n’arrivent pas à estimer la hauteur et s’écrasent.
    Je suis Parapentistes Et aussi modéliste

  • Vivien ehret

    Ils me font rire avec leurs idées! Je ne suis pas licencié, je construit et pilote des modèles réduit au dessus des champs avec la vieille radio 41MHz de mon grand père. Et donc là, il faudrait que j’équipe mes modèle d’un transpondeur digne de ceux que j’utilise quand je pilote des planeurs grandeur? Je voudrais savoir de quoi ils ont peur… Que j’assome un lièvre en me vachant?

    • jeancri25

      dua lex sed lex, tu construis tes modèles et tu les fais voler si ça se trouve dans la plus parfaite illégalité, tu dois certainement dépasser les 150 m maxi et tu n’as certainement pas regardé la carte sur géoportail… donc le transpondeur est pour l’instant, le cadet de tes soucis…

  • Bianco

    Bonsoir
    Où va t’on s’arrêter dans la bêtise.

    Déjà d’avoir mis dans le même sac les drones et les modèles réduits est un non sens.
    D’ailleurs maintenant les novices appellent drones tout ce qui vole sans pilote.
    Limite insultant lorsque je faisais voler mon Concorde de 820 g (pas de chance à 20 g près) un visiteur au terrain me dit il vole bien votre drone. Je lui ai juste rappelé que c’était un avion et non un drone.
    Bref, encore une contrainte de plus. L’aéromodélisme va finir par s’éteindre. D’ailleurs je ne comprends pas que la FFAM ne défende pas un peu mieux ce loisir qui date de la nuit des temps. Oui les drones qui volent avec beaucoup d’automatismes doivent être surveillés. Mais pour un aéro modèle qui se pilote à vue quel interêt de lui coller une balise franchement. Mais que devient le bon sens.

    • Martin Best

      Bonjour Bianco;
      Tu ne comprends pas pourquoi la FFAM ne défend pas les praticants de ce loisir ?

      C´est très simple: Le (ex) président de cette fédération, Mr Delor est un ancien militaire et ingenieur de l´X…. Il est lui-même à l´origine de cette idée d´installer un transpondeur dans un modele reduit. Il ne va donc pas se renier et est bien placé pour imposer ses idées !
      Lorsqu´il était en fonction ( jusqu´en 2018 je crois), il voulait « récupérer » tous les pratiquants de drones afin d´être à la tête d´une FFAM de plus de 60 000 membres ( contre 22 000 actuellement, en continue diminution ). Pour cette raison il a soutenu l´idée de confondre dans une categorie identique… tous ce qui vole et est piloté à distance, Les drones et les modèles réduits sont ainsi confondus dans la réglementation….par sa faute.

      • Fred

        Bonjour Martin Best
        Dans mon club, on hésite à s’affilier à la FFAM ; pour enrichir la discussion, je voudrais connaître les sources d’où tu as tiré l’information sur M Delor s’il te plaît.

      • omega

        https://www.youtube.com/watch?v=5ZG5_jYBT2I
        0,55′ effectifs ffam (progression…)
        1,25′ orientations politiques de la FFAm
        4,50′ definition du drone (???)
        6,10 faire des exemples (!)
        6,59 : suggestion de la ffam : un dispositif de signalement elcctronique !!
        7,45 : les pratiques sauvages…
        8,10′ contraindre les pratiques individuelles hors club !

  • Daniel

    Le plus pathétique est que le wifi ne porte pas vraiment loin, le temps qu’un Gendarme lance son appli sur son GSM l’objet volant risque d’être bien loin et donc hors de portée pour la lecture des éléments, en bref
    Un  »bidule » qui ne servira juste à …. Rien,
    c’est bien une autre bétises de nos chers technocrates qu’il faut bien occuper ?

  • Teil

    +1 avec les commentaires
    Au début il n’y a rien ; on construit, on essaye, puis il y a un quasi accident parce que d’autres se mettent sur l’affaire et veulent aller plus loin ; alors la maréchaussée tire le signal d’alarme et il y a une réglementation qui sort, pour limiter le risque. Regarder l’automobile ou l’aviation, au début, depuis le Fardier de Cugnot « déjà le premier accidenté » ou les premiers vols des dix premières années du siècle passé, il y a eu beaucoup de casse, des peurs donnant les premières limitations (premier brevet de pilote Louis Blériot 1909 seize premiers délivrés sans examen, puis généralisation en 1910). La loi a toujours été limitative, par principe de précaution. Le confinement en est un exemple récent. Les aéromodélistes évoluent dans des zones déclarées par leur fédération, les opérateurs de drones déclarent au préalable leur zone d’évolution et obtiennent des protocoles d’accord pour certaines zones restreintes. Il n’y a pas de souci pour eux. Le risque est pour le pékin lambda qui « peut/veut » faire n’importe quoi, il y a donc une parade que les fournisseurs d’aéronefs télépilotés devront installer, un système qui permet la détection. Et comme la loi s’applique à tous, l’ensemble des usagers aurons à se mettre en conformité.
    Dans l’aviation on peut voir, entre autres, le changement des radios au pas de 25kHz par des nouvelles, conformes, au pas de 8,33kHz… la sécurité peut en être affectée car on va rejeter celui qui n’a pas les moyens de changer sa radio dans des zones poubelles (hors zones contrôlées sans radio).
    Concernant l’automobile les pastilles de couleur pour la pollution, les vignettes d’assurance qui prouvent la couverture du véhicule et les vignettes de contrôle techniques qui prouvent la conformité un instant « t » (au moment du passage sur banc du véhicule) attestent administrativement pour le législateur, l’aspect « sûreté ». Sinon vous pouvez toujours rouler chez vous sans sortir sur la voie publique. Mis à part l’ULM, tout comme le vélo, ce qui est certifié ou certifié restreint passe à la moulinette régulièrement.
    Il ne faut pas être étonné de l’évolution. Toutes ces mesures ont bien sûr un coût ; on peut aller au contrôle du contrôle, puis au contrôle du contrôle du contrôle, … ; le parapluie du parapluie, anciennement ceinture et bretelles ! Comme cela a été évoqué, ça nous protège en rien du pirate celui qui roule à fond sans plaque, sans permis, dans une voiture volée et trafiquée, au milieu d’une foule d’autres êtres humains, comme de celui qui met en l’air n’importe quoi, n’importe où, n’importe comment, sans être soucieux des autres utilisateurs et usagers aériens.
    On peut aussi s’étonner que le législateur ne s’attaque pas à la nature pour la verbaliser ; les pigeons (vous savez ces petits oiseaux d’une certaine taille! ) qui traversent les pistes en un trait de vol sans dérogation de la TWR ! On peut sourire de certaines réglementations qui permettent de se tuer « réglementairement » (vitesse mini sur autoroute, quelles que soient les conditions (atmosphériques, accident avant qu’il ne soit signalé,…), vitesse autorisée sur routes tortueuses en absence d’avertissement, …) Les dernières trouvailles du législateur : les axes partagés, comme si ce n’était déjà pas le cas au préalable ! Revenons au partage du ciel ; en tout cas cet équipement supplémentaire que la FFAM veut mettre à disposition de ses adhérents est une contrainte supplémentaire avec 10grammes de plus sur l’aéromodèle ou l’aéronef télépiloté, cela nécessitera de turbiner environ 9 litres d’air par seconde supplémentaires pour faire décoller l’appareil ; tout ça c’est de l’énergie. Comme le dit mon maître : s’il faut passer par la sécurité, il est nécessaire d’accepter cette masse supplémentaire.
    Pascal Teil (avec ses excuses pour la lourdeur de texte, bons vols et ne chargez pas trop la mule ! )

  • Gilles Bouscail

    Il faudra aussi également messieurs de la fédé nous apporter la preuve de la protection des données…… Selon la loi Francaise !

  • MERENS

    En titre, l aéromodélisme recherche. ERREUR l aeromodeliste ne recherche que son plaisir à construire et piloter sur des terrains déclarés en toute liberté. Point . Le possesseur de drones non déclaré bien sûr donc hors la loi n est pas chez nous

    • David C

      Oh les méchants pilotes de drones hors la loi…
      Je suis pilote de quadricoptere (course fpv), licencié FFAM compétition et je pratique cette activité sur des terrains homologués … Et je suis loin d’être le seul.
      Cette activité apporte un sang neuf à la fédé et il ne faut pas stigmatiser des pilotes tout aussi passionnés que vous.
      Un quadricoptere est dangereux certes, mais les avions le sont tout autant.
      Perso je n’ai jamais volé à plus de 100 m d’altitude, mais quand j’entends certaines télécommande de pilotes de planeur annoncer plus de 300 mètres ça fait réfléchir…

      • PlasticPlane

        C’est comme les chasseurs de galinettes : il y a les bons drones … etc ?

      • jeancri25

        du sang neuf qui est à l’origine de toute cette réglementation… depuis les années 70 et la démocratisation de la télécommande, on avait jamais rien vu de tel concernant les modèles volants…

  • PlasticPlane

    Aucun doute possible !! Fonctionnaires zélés et politiques en campagne permanente qui veulent se couvrir et justifier leur existence – ce qui sur le fond est parfaitement humain et légitime – ne peuvent qu’être conscients de l’inanité de la chose. Par contre, quand une utilisation agressive ou dangereuse d’un drone sera faite, drone qui sera bien évidemment dépourvu de l’équipement réglementaire 🙂 :-), on pourra dire au bon peuple qu’on avait tout bien fait ce qu’il fallait, donc in fine mérité ses voix et ses soux. Estimons nous heureux en positivant 🙂 🙂 : ils auraient tout aussi bien pu interdire de vol nos jolis aéro-modèles qui n’ont jamais posé de problème !

  • Arminus

    Pour avoir croisé un drone de très près à 1000ft sol, je me dis qu’il y aurait quelque chose à faire. Mais là il s’agit plus de protéger des sites terrestres que des aéronefs. C’est effectivement une forme de flicage, du même esprit que celui qui a généré les ZITs et autres ZRT…

  • Twinjet98

    Bonjour , je pense que la solution est d’obligé les constructeurs de drones à installer la balise d’origine est comme ça on laisse tranquille les aéromodélistes qui pratiquent leur passion qui est déjà bien réglementée. Je pense qu’il ne faut pas tout mélanger la responsabilité est aussi à ceux qui vende se type de matériel au tout public et qui ne les informe pas assez sur les règles à respecter.

  • Xilef

    Bien d’accord avec les arguments de LBE et Aria,
    Pour compléter:
    Comment seront exploitées les données issues des fameuses balises ?
    Inopérant sur les TCAS des avions commerciaux, ainsi qu’au niveau de la surveillance de la circulation aérienne.
    Des stations de veille réparties sur tout le territoire ?
    Quelle infrastructure et à quel coût ?
    En ce qui me concerne, je vois ces contraintes d’immatriculation et de signalement comme une insulte au monde de l’aéromodélisme.
    Bien à vous, F-ELIX.

  • G LESCALUP

    Le flicage toujours et partout. Pourtant Liberté fait partie de la devise de la république.

  • LBE

    Les autorités savent parfaitement que rien ni personne n’empêchera quelconque irresponsable d’acquérir sans conditions préalable n’importe quel quadricoptere volant non configuré espaces aériens et zones sensibles et de le faire évoluer à proximité d’installations aéroportuairea, centrales nucléaires etc …ceci en toute impunité!

    En se trompant de cible, ce décret d’application qui est le plus sévère d’Europe n’est donc qu’un cautère sur une jambe de bois ..

    Quant aux aéro modélistes, que l’on assimile donc fait, par ce décret, à des irresponsables alors qu’il sont à l’origine de bien des vocations et parcours pro. remarquables depuis plus d’un siècle, qui s’en soucie véritablement ?

    Aucune importance, regardons donc ailleurs et laissons stériliser méthodiquement par les ronds de cuir tous les pans de cette aviation légère de loisirs dont on aime tant à se vanter qu’elle est la première d’Europe ..

  • Aria

    Nous membres aéromodelistes de la FFAM enregistrés et donc connus, évoluant dans des zones définies sur des terrains déclarés avec des aeronefs pilotés à vue et immatriculés sur Alphatango ( DGAC ) …
    Avont la certitude d’être pris pour des irresponsables en nous imposant ce dispositif supplémentaire qui ne concernera finalement que nous.

  • Phil Guio

    Ce que je comprends pas c’est une fédé qui fait un appel d’offre pour une demande de l’etat.

  • Nounours

    C’est là que l’on comprend le mal que les  » drones  » pilotés par n’importe qui nous ont fait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.