Accueil » le Catalina « Miss Pickup » en difficulté sur le Loch Ness

le Catalina « Miss Pickup » en difficulté sur le Loch Ness

Victime d'une avarie de moteur alors que l'avion effectuait une mission de requalification de son équipage, samedi 17 octobre, le Catalina G-PBYA, dernier avion de ce type en état de vol en Europe, se trouve aujourd'hui bloqué sur le Loch Ness.

21.10.2020

Le Catalina en panne en train d'être remorqué sur le Loch Ness. © KD Ferguson/RNLI lifeboat


Les services de sauvetage locaux sont parvenus à remorquer l'avion, alors à la dérive, jusqu'à un corps-mort, l'envergure de l'avion l'empêchant d'être mis à l'abri dans un port.

Il faut désormais parvenir à le sortir de l'eau en toute sécurité pour le mettre à l'abri et procéder au changement de moteur. C'est une opération plus délicate qu'on ne le pense, plusieurs Catalina ont été ainsi brisés lors de manœuvres de ce type, comme le N85U en...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

13 commentaires

  • Tankred

    Il est passé au Touquet LFAT il n’y a même pas 3 semaines…
    J’espère qu’ils réussiront à le remettre sur « pieds »

  • Catherine Bouroullec
    Catherine Bouroullec

    Je croyais qu’il en restait un aussi sous immatriculation française ?
    Et sinon, je vais partager l’adresse pour la cagnotte; bon courage à toute l’équipe.

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      Le Catalina « Princesse des Etoiles » (opération Okavango etc) qui était basé à Orly puis à Melun n’a jamais été sous registre français mais US (N9767). Elle a été revendue et convoyée vers l’Oregon l’an dernier.

  • Thierry Paris

    C’est le Catalina qui était à Saint Yan pour le pratiquement unique meeting français de l’année
    que nous avons eu le plaisir et l’honneur d’organiser.
    Très bel avion avec une histoire extraordinaire.

  • Arminius

    C’est un pratt ou un wright ? dans les années 70 j’avais filé un petit coup de main à un catalina en carafe à pleurtuit si je me souviens bien, c’était des wright. Mais ça ne change pas grand chose aux opérations, ni au péril dans lequel se trouve ce bel avion. Les tempêtes peuvent être terribles là bas.

  • Frédéric Marsaly
    Frédéric Marsaly

    update du jour : Miss Pickup a été mise au sec aujourd’hui grâce à une grue louée en urgence.

    Au sec, l’association va pouvoir procéder à un rapide changement de moteur. L’avion devrait ensuite être remis à flot et s’envoler pour Inverness puis rejoindre Duxford. Aucun calendrier n’a encore été fixé et la cagnotte reste de mise car ces opérations sont coûteuses.

  • je suis etonné qu’on ne puisse pas envisager de changer le moteur à partir d’un ponton flottant? je suppose qu’à l’epoque des grands hydravions, ce cas devait être courant?

    • Jean-Mi

      Oui, encore faut-il avoir un ponton flottant équipé ou bricolable de la bonne taille sur le Lock Ness, ce qui n’est pas gagné…
      Dépannage pas simple à organiser, dans une région pas forcément hospitalière et l’hiver approche…
      L’histoire dit-elle si le pilote en fonction était l’élève et qu’il a été requalifié ?

  • Aff le loup

    Où est le problème ? le PBY est amphibie ! Le tirer jusqu’à un plan de mise à l’eau…

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      Comme expliqué, l’envergure de l’avion ne lui permet pas d’être mis à l’abri dans un port… là où, en général, se trouvent les rampes.

  • woodplane

    A priori c’est le moteur droit qui est concerné.
    L’hélice étant toujours en « drapeau », l’amerrissage a du se réaliser sur un moteur (?).
    Bon « exercice » pour un vol de requalif. !

  • Jean Baptiste Berger

    Vous m’avez devancé, j’étais sur le point d’en tenter une du même genre….😆
    Réparer un Pratt sur la terre ferme c’est déjà pas simple, alors sur l’eau……
    Mais j’imagine que quand on fait de l’hydravion on envisage cette situation !

  • Pilotaillon

    Courage les gars !
    Il faut dire aussi que ces motorisations sont plutôt complexes, comparant avec les produits plus actuels, qualité du métal et de la fabrication, nombre de pièces, j’en passe, la maintenance doit couter un bras et la probabilité de panne doit rester importante. Malgré les bons soins, l’exercice est difficile…

    Un commentaire spontané pour rire (en 2 mots) , du niveau du pub local :
    « Si on n’ajoute de sortir ce monument de l’eau alors là reste plus qu’à implorer le Unlock Ness ! Le frère d’Eliott…
    Non, non et non pas le dragon, quelle inculture ces pilotes ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.