Accueil » Projet de certification d’un malonnier pour CAP 10

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Projet de certification d’un malonnier pour CAP 10

Dorine Bourneton et Guillaume Feral, tous deux pilotes paraplégiques, ont lancé un processus de certification "générique" de leur malonnier de CAP 10.

16.10.2019

Contraction de "manche" et "palonnier", ce dispositif permet à une personne handicapée des membres inférieurs de piloter. Il s'agit d'un levier supplémentaire qui, étant relié aux palonniers, permet aux personnes n'ayant pas l'usage de leurs jambes d'agir sur la gouverne de direction. © Dorine Bourneton

Ce projet de réalisation et de certification est dirigé par Anthony Bezard de Air Projet. « Au début, nous voulions faire une certification de malonnier uniquement pour notre exemplaire de CAP-10, le F-HNGA, puis l’idée a été de passer sur un processus générique afin d’avoir l’autorisation de l’installer sur toute la flotte de ce modèle » explique  Guillaume Feral.

Longue et coûteuse, cette certification qui nécessite entre autres des essais statiques et en vol, est soutenue financièrement par l’association Dorine Bourneton « Envie d’envol » ainsi que plusieurs partenaires, dont Sopra Steria spécialisée dans les services informatiques.

Ce processus de certification générique d’un malonnier, unique au monde pour un avion de voltige à notre connaissance, a pour but de rendre plus largement accessible cette discipline aux pilotes handicapés des membres inférieurs. D’ores et déjà, l’aviation légère Anglaise et Italienne ont porté un vif intérêt au projet.

Jean-François Bourgain

8 commentaires

  • Thierry Paris

    Mais, je croyais que cela avait déjà été fait avec le Cap 10 KE modifié par Regis Alajouanine il y’a quelques années. Cap 10 sur lequel volait Dorine à la Ferté et au Bourget.
    Y a t’il eu d’autres modifications depuis, où est ce que parce que c’était un avion en CNRA qu’il faille faire de nouvelles certifications?

    • Julien

      C’est parce que c’était un CNRA, où la réglementation est beaucoup plus souple. Là le but est de pouvoir l’installer sur des avions certifiés, donc il faut suivre tout le processus de certification, avec probablement une campagne d’essais au sol et en vol… donc assez long et coûteux
      En tout cas très beau projet!

    • Jean-Mi

      CNRA, je ne pense pas, mais autorisation de vol sous laissez-passer spécial, pour éventuellement une liste de pilotes répertoriés, oui.
      Une sorte « d’experimental » à l’américaine permettant à CET avion modifié et validé de voler légalement, en dehors de la définition certifiée.
      De là à appliquer ces modifications à tout CAP 10 du même type par n’importe quel atelier travaillant sur plans, de faire ces modifs pour faire voler qui on veut quand on veut, ce n’est plus pareil.
      La, il faut faire un vrai STC.

  • PO GREGOIRE

    Bravo Anthony, pas surpris de te voir sur de beaux projets de ce genre !

  • Jean-Mi

    Superbe initiative !
    Bon courage à l’équipe qui va s’occuper de cela !

  • Zaccarie Paul-Laurent

    Totalement positif ! Quelle belle possibilité offerte 🤗👍 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.