Accueil » Cambrai-Niergnies

L’association Anciens Aérodromes poursuit son travail historique sur les plates-formes aéronautique de France et de Navarre, avec la sortie du n° 9 de sa collection Aérodromes, consacré LFYG, autrement dit Cambrai-Niergnies.

16.11.2020

BF-109E3 JG-21 - Cambrai-Niergnies mai1940

C’est bien intéressant en effet, ne serait-ce que pour les « gens de l’air » qui y évoluent, y vivent en quelque sorte, de tout connaître de l’historique de leur aéroport ou aérodrome, et ce, quelle que soit son importance sur le plan de l’activité aéronautique. Outre son exceptionnelle collection Atlas, qui se consacre, département par département, aux innombrables champs d’aviation qui constellèrent le front, des Flandres à la Suisse, de la Première Guerre mondiale, la collection Aérodromes en est désormais à son n° 9, après Lille-Ronchin, Merville-Calonne, Coulommiers-Voisins, Lorient-Lahn-Bihoué, Meaux-Esbly, Mulhouse-Habsheim, Creil et Pau-Pyrénées

Certes, un seul se situe au sud de la Loire, mais le monde ne s’est pas fait en un jour, d’autant que, circonstance atténuante, le siège de l’association est nordiste, à Merville – de nos jours on apprécie les circuits courts !

L’ancienne base aérienne fut pendant des années le poumon économique de Cambrai et du Cambrésis. © Google Earth

Ce panorama, déjà vaste, qui montre des trajectoires historiques variées, constitue un apport de connaissance non négligeable, car étant considéré sus un angle original : pas vraiment biographique de, pas vraiment monographique d’aéronef, mais plutôt archéologique, anciennes pistes, vieux hangars…

Cap au nord

Bon, Mulhouse-Habsheim existait bien avant la Grande Guerre ; Cambrai-Niergnies n’a pris son envol qu’à l’orée des années 1930. Creil ou Pau ont connu et, en quelque sorte connaissent encore une (plus ou moins forte) activité militaire. LFYG ne fut qu’une base de deserrement de Cambrai-Épinoy, satellite « profitant » des travaux sur la BA-103. Pourtant, ce terroir qui, entre autres bêtises, a vu naître l’un des principaux « pères » de l’aviation (comprendre : Louis Blériot) a une connexion forte avec l’aviation.

Activité civile d’avant-guerre, campagne de France avec des Morane-Saulnier 406 vite étrillés, vite chassés, remplacés brièvement par des chasseurs Messerschmitt 109 et plus longuement des bombardiers Dornier 17 de la Luftwaffe, arme qui est à l’origine de la mutation du champ d’aviation en herbe en base aérienne avec pistes bétonnées, alvéoles et hangars dont il reste des vestiges. Ensuite, l’OTAN et la cohabitation avec les activités vol moteur, construction amateur, vol à voile et aéromodélisme…

Tout cela est raconté en détail, et bien illustré, en 144 pages au format 17 x 24. Comme c’est l’habitude de la maison, le livre est parsemé de QR-codes qui donnent accès à des informations complémentaires judicieuses.

L’aéro-club de Cambrai est aussi l’organisateur des « Ailes de Cambrai », l’un des plus grands meetings aériens en France. © Wikipedia

Des petites ombres au tableau m’ont fugitivement chagriné… Quelques erreurs de légendes de photos (un Nord 1 300 identifié comme un Castel 301), des orthographes aléatoires (le planeur-poutre germanique SG-38 Zögling trop souvent écrit « Zoogling »), et des copier/coller malencontreux qui font que plusieurs fois on relit le même texte quelques lignes plus loin… Et puis, et peut-être surtout, l’absence de guillemets lors de citations longues : alors que l’on croit lire la prose du collectif d’auteur, qui agit en distanciant et analysant, on se rend compte qu’on est dans un document issu d’une source consultée, la plupart du temps de l’un des clubs du terrain… Un peu comme de la publicité cachée !

Aéroport de Cambai-Niergnies, du champ de manœuvre à l’aérodrome, ouvrage collectif édité par Anciens Aérodromes. Prix : 14 €. ISBN : 978-2-9195-721-68.

Qu’on ne me croie pas offusqué pour autant. Ce travail, il fallait le faire, et sa valeur documentaire est grande. C’est très appréciable.

Jean Molveau

Avant la fermeture définitive de la base aérienne 103 de Cambrai

L’ancienne BA103 de Cambrai mise sur le drone

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Jean Molveau

chez Aerobuzz.fr
Journaliste aéronautique, Jean Molveau est le rédacteur en chef du magazine Vol à Voile dont il est l’un des fondateurs (1983). Il a également été, jusqu'en 2019, le rédacteur en chef d'Aviasport. Historien reconnu de l’aéronautique, il a signé 16 ouvrages. Il a rejoint Aerobuzz en 2009. Au sein de la rédaction, Jean Molveau traite plus particulièrement les sujets historiques.

4 commentaires

  • A?CKAER Michel

    l’important, c’est que, sur LFYG, l’aéroclub Louis Blériot poursuit sa belle existence, ses qualités d’accueil reconnues et permet à de nombreux passionnés d’accéder au rêve d’Icare !…vous y êtes les bienvenus !…

  • Jean-Louis ABOU

    Bonjour,
    Je crains que la photo « Google Earth » ne montre la base de Cambray Epinoy et non l’aérodrome de Niergnies? Mais peut-être est-ce moi qui me trompe.
    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.