Accueil » Charles Atger, l’envol d’un géant…

Charles Atger, l’envol d’un géant…

Le 15 mars 2020, Charles Atger a battu son record de durée en s’envolant une dernière fois dans le firmament…  Il y volera désormais pour l’éternité.

21.03.2020

Charles Atger devant sa monture, à l’époque de son incroyable performance : 56 heures 15 de vol confiné (déjà !) dans l’étroit cockpit de son monoplace. © coll. M. Chauvet

6 h 21 sur le terrain de Saint-Rémy-les Alpilles, à l’aube du 2 avril 1952. Le planeur Air-100 n° 12, F-CADC décolle au treuil dans le petit matin. À bord du monoplace de 18 mètres d’envergure, un ouvrier agricole trentenaire (il est né le 18 juin 1921). Le chef-pilote, le « père Brun » (Louis Brun) est sur place, assurant la veille radio. Marius Chauvet, le mécanicien, a veillé sur la préparation de ce planeur qui appartient au Service de l’aviation légère et sportive (SALS), et donc le cône de nez a été muni d’un phare…

La gloire des Alpilles

Dès la fin des années 1940, eu égard à son aérologie, au pied de la chaîne des Alpilles qui, lorsqu’il souffle, est bien alimentée par le Mistral, le SALS a décidé de spécialiser le centre de vol à voile de Saint-Rémy dans l’optique d’obtenir des records de durée en planeur. Les tentatives se succèdent donc et parmi les premières, un certain Charles Atger, déjà, qui vole en biplace Caudron C-800 le 2 janvier 1948. Il valide son brevet C sur monoplace Nord 1 300 le 1er mai 1948 avec une vol d’une durée de 1 heure 06, puis le brevet D le 6 mai suivant, avec 5 heures 52 de vol sur la pente.

L’avènement des années 1950 renforce la vocation du terrain de Romanin, et les performances de durée, tant en monoplace qu’en biplace s’y succèdent : par exemple le 23 novembre 1951, Marcelle Choisnet-Gohard et Yvette Mazellier battent en CM-7 le record du monde de durée, à 9 minutes seulement du record masculin de de Lassageas et Noirtin, avec un vol de 28 heures 41. Du 4 au 6 février 1952, deux instructeurs du SALS, Carraz et Branswick battent le record mondial de durée (détenu par les Allemands Bodecker et Zander depuis le 11 décembre 1938), restant en l’air 53 heures…

Fronteau et Lebeau décollent en 1953, le 30 décembre, et se posent en 1954 au bout de 56 heures 11 de vol, nouveau record du monde ! Tandis que Jacqueline Mathé et Marinette Garbarino , toujours à bord de l’inamovible biplace CM-7, les 11 et 12 janvier 1954 battent la précédente prouesse féminine de 10 heures. Puis, ce sera côté masculin, Dauvin et Couston, à l’aide du DFS Kranich III du premier, qui atteignent 57 heures et 10 minutes en avril 1954…

Éternel record de durée

L’air est agité en ce 2 avril 1952, le Mistral souffle en rafales à une vitesse moyenne de 70 km/h. Charles Atger annonce à la radio que les turbulences le rendent malade, mais il lutte et persévère. Le vol s’exécute en traçant des 8 d’une longueur de 12 à 15 kilomètres le long du versant nord des Alpilles, l’altitude dépassant rarement 2 000 mètres et parfois le planeur évolue à seulement 200 m/sol. Les vacations radio ont lieu chaque demi-heure. Plus tard, cela atteindra douze fois par heure. La nuit tombe ; la température est négative, mais le pilote se plaint plus de la soif que du froid.  L’épreuve est insoutenable, lancinante.

L’Air-100 n° 12, F-CADC détenteur éternel du record du monde de durée existe toujours ; il est préservé par l’auteur de ces lignes… © J. Molveau / Aerobuzz.fr

Le sentant à bout de force, le chef-pilote lui intime l’ordre de se poser : Charles Atger a tenu 56 heures et 15 minutes. Il a perdu plus de 5 kg et tombe en syncope au sortir du planeur. Mais il entre de plein pied au panthéon des héros modernes.

Modeste, effacé, cultivateur dans le domaine de ses parents, il a débuté le pilotage du planeur en 1938 à Saint-Auban. Après son record, il totalise 669 heures 15 de vol. La presse lui a construit la légende qu’il s’entraînait la nuit en restant à travailler sur son tracteur. Lorsque je lui ai posé la question, il m’a répondu sans fard : « c’est une fable. Je volais le jour, alors il fallait bien que je fasse le travail qui m’était assigné la nuit »… Quel magnifique personnage !

Fin 1954, le jeune et ambitieux Bertrand Dauvin a voulu battre Charles Atger sur son terrain. On le retrouva mort dans l’épave de son planeur, l’épuisement ayant eu raison de lui. Alors la Fédération aéronautique internationale a décidé de ne plus jamais homologuer de records de durée en planeur. Et Charles Atger restera pour toujours le détenteur du record du monde de durée en monoplace.

Une étonnante carrière

Le pilote-agriculteur a poursuivi sa vie dans l’effacement et la discrétion. Il a effectué une ahurissante carrière de pilote d’épandage en Amérique du Sud, alors que statistiquement la « durée de vie » de cette catégorie de pilotes est plutôt brève. Devenu veuf, il est revenu en France. En 1998, il a été relâché sur l’Air-100 de son vol historique. Quelle n’a pas été ma stupeur, avec d’autres, de le voir disparaître dans le cumulus : personne ne lui avait dit qu’en France le vol de nuage en planeur est interdit !

La Commission historique de la Fédération française de vol en planeur a décidé de lui rendre hommage et d’évoquer sa vie lors de la prochaine édition, 30e du nom, de son Congrès historique qui aura lieu le samedi 28 novembre 2020 à Saint-Auban…

Jean Molveau

 

A propos de Jean Molveau

chez Aerobuzz.fr
Journaliste aéronautique, Jean Molveau est le rédacteur en chef d’Aviasport et du magasine Vol à Voile dont il est l’un des fondateurs (1983). Historien reconnu de l’aéronautique, il a signé 16 ouvrages. Il a rejoint Aerobuzz en 2009. Au sein de la rédaction, Jean Molveau traite plus particulièrement les sujets historiques.

6 commentaires

  • Jean-Paul PERAUT

    En juillet 1998 sur le terrain de Montluçon-Guéret LFBK, l’AA MG (Asso. Aéro. Montluçon-Guéret) devenue AAC (Asso. Aėro. Creusoise) a rendu
    hommage à Charles Atger comme en témoigne nos photos et le panneau toujours en place dans le hangar.
    Lors de son séjour Charles a été relâché sur son AIR 100 n° 12 De Son RECORD DE 56 h 15 en 1952.
    Quelle émotion et quel honneur d’avoir pu participer.
    JPP

  • de REYNAL

    L’AIR 100 a été acheté par Jean à l’AAC – Association aéronautique Creusoise quelques années après que Charles Atger soit venu chez nous en juillet 1998 pour fêter l’anniversaire de son record (52h15 mn en 1952).
    J’envoie à Gil les photos de cet évènement.
    La banderole que vous voyez sur les photos est toujours en place !

    Nous avons gardé un très bon souvenir de Charles, un homme simple et chaleureux

    Béatrice de REYNAL
    Présidente de l’AAC

  • D Prely

    Émouvant témoignage…. merci ! 👍😢

  • Rantet jacques.

    Triste nouvelle…..mais c’est la vie…
    Un de ces pilotes qui m’ont fait rêver dans ma jeunesse et qui ont grandement contribué à entretenir cette passion qui ne m’a jamais quitté.Il nous quitte quelques jours après J.M Saget .Deux hommes avec des destins différents mais deux hommes qui,comme beaucoup d’autres , ont grandement contribué à faire évoluer le monde de l’aviation.
    J’ai eu la chance de rencontrer Charles en Argentine.C ‘était lors de l’entraînement pour les championnats du monde devol à voile finalement annulés en raison de la guerre des Malouines. Nous avons passé des heures à parler de son record .Mais nous avons aussi beaucoup évoqué son métier qu ‘il exerçait avec passion: le traitement des cultures ,le départ sur alerte lors des invasions de sauterelles.Une alerte survenue le jour de son mariage.Sans hésitation il a abandonné tout le monde ,est parti deux ou trois jours.Redoutant le retour à la maison il est arrive en ouvrant sa mallette pleine de billets ,prix de sa mission.Madame était ravie lui aussi
    Bon vol Charles…..et merci.
    Un homme passionné et passionnant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.