Accueil » Gérard Feldzer élu Président d’Aviation Sans Frontières (ASF)

Gérard Feldzer élu Président d’Aviation Sans Frontières (ASF)

Gérard Feldzer succède à Jean-Yves Grosse arrivé en fin de mandat. Membre du comité d’honneur avant son élection, Gérard Feldzer prend ses fonctions dans un contexte économique difficile.

4.04.2019

Gérard Feldzer est président d’Aviation Sans Frontières depuis le 1e avril 2019. L’ancien pilote de ligne aux 20.000 heures de vol est aussi fondateur de l'association « Les ailes de la ville » (formation-insertion des jeunes issus des quartiers défavorisés au travers de la réhabilitation et de la construction d'avions.) © Aviation Sans Frontières

L’ancien commandant de bord d’Air France connaît bien la maison. Dès ses débuts, en 1980, il participe à des missions ASF en tant que pilote bénévole en Afrique. Pour Aviation Sans Frontières, sa nomination crée donc beaucoup d’attente. « On ne lui fait pas un cadeau facile » précise-t-on avec sourire au siège de l’ONG. Il faut dire que depuis l’an passé, les collectes publiques ont baissé de près de 6% et rapporté un peu moins de 1,5 millions d’euros.

« Cela s’explique par les réformes en France qui ont mené à la suppression de l’ISF ou hausse de la CSG, les donateurs à forte déduction fiscale perdent leurs avantages. Les subventions de l’UNHAS (Service Aérien dAide Humanitaire des Nations Unies) ont elles aussi baissé, de 18%.» A cela s’ajoute la difficulté depuis deux ans à mobiliser des pilotes qui se font plus rares puisque les compagnies aériennes embauchent à nouveau.

Pour être sereine, Aviation Sans Frontières, dont la flotte est composée de deux Cessna Grand Caravan, a besoin aujourd’hui de huit pilotes supplémentaires (4 commandants et 4 copilotes). Pour être qualifié sur des opérations onusiennes, il faut 750H de vol (dont 200 sur Caravan) pour être pilote et 330H (dont 50H sur Caravan) pour être copilote. JB

 

 

Aviation Sans Frontières sur tous les fronts

7 commentaires

  • Claudine Clostermann

    Toutes mes félicitations, Gérard, et un immense bravo pour ce bel engagement. Tu es exactement l’homme de la situation car, les contextes difficiles, tu les connais bien et tu as toujours su les transformer en perspectives positives et constructives. Je pense au Musée de l’Air qui était un cimetière pour les « vieux avions ». Tu as réussi à le dynamiser et à y organiser des manifestations aériennes (certes souvent difficiles à cause des contraintes sur Le Bourget) mais qui ont eu le mérite de le transformer en une belle maison de retraite vivante et animée par de belles activités pour tout notre beau patrimoine aéronautique. Tu te souviens du salon de « l’Aviation Verte »…que d’embûches !! Faire voler un planeur treuillé au dessus du Bourget…quelle aventure !!! Mais un défit gagné puisque ce salon a duré 4 jours et que tu pensais même renouveler l’expérience, 2 ans plus tard, en alternance avec le Salon du Bourget. Alors oui, tu sauras, c’est certain, exprimer tes compétences et ta détermination, en dépit des difficultés, pour proroger efficacement cette très belle oeuvre humanitaire au sein de l’ASF. Encore bravo, Gérard. Bises.

  • Niger

    Les médocs transportés gratuitement sur les avions d’AF pour ASF ont été achetés par des associations partenaires. Ceci est la règle depuis que l’envoi des médicaments non utilisés (MNU) a été imposée. 10 colis de 8 kg par vol expédiés ainsi sauvent des vies à l’autre bout de la chaîne. Cette économie du coût du transport profite à toute la chaîne humanitaire. Qu’y a-t-il de mal à ça car les Africains qui vont dans leurs hôpitaux payent leurs médocs. Tout le monde n’a pas la Sécu cher Monsieur.

  • Robert Le Borgne

    Les vols à vide dans le sens Europe-Afrique sont rares sinon inexistants !
    Et puis serait ce un mal que de profiter de l’aubaine pour transporter quelques kilos de denrées de premier secours ?

  • ZAMORA

    Et alors????? Si cela est fait dans le cadre de leurs actions d’ONG???…. Je suspecte des médisances, ou alors il faut être plus clair !!!
    Peut-on savoir ?

  • stanloc

    Est ce dans les activités d’Aviation Sans Frontières de chercher à profiter de tous les vols sans passagers, à vide, pour se faire transporter bénévolement des marchandises par les compagnies aériennes ? Le nombre de ces vols est important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.