Accueil » Jean-Yves Fredrisken libre comme un oiseau

Jean-Yves Fredrisken libre comme un oiseau

Lors de ce périple à travers l'Himalaya, Jean-Yves Fredriksen, habitué à l'altitude, pouvait atteindre les 5500m d'altitude et voler parfois 5 à 6 heures par jour sans se poser. © Jean-Yves Fredriksen

La traversée intégrale de l’Himalaya en parapente. C’est le pari fou dont Icare aurait peut-être rêvé… Alpiniste et parapentiste, adepte des vols bivouacs, « Blutch » comme on le surnomme, s’est envolé pour 4 mois vers les plus hauts sommets du monde. Un voyage solitaire et éternel qu’il partage aujourd’hui dans un film et un livre.

Il a parfois volé en silence avec des aigles au dessus de sa voile… et rencontré différents peuples au gré de ses escales bivouacs. C’est un peu l’histoire pleine de rêve et d’humilité d’un Saint-Exupéry, mais sans moteur. En 2016, Jean-Yves Fredrisken s’est envolé au gré des vents pour une traversée d’Ouest en Est de la chaine himalayenne, du Tadjikistan au Népal, en autonomie complète.

Un tel périple ne s’improvise évidemment pas, mais cela reste du vol libre où l’on s’adapte...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Dans la même veine, vol à 8200 m, au-dessus du Broad Peak (8050 mètres), Pakistan, en juillet 2016, Antoine Girard…
    Sans commentaires ! Savourez les images…
    https://www.youtube.com/watch?v=B6JeWsrsn1E

    Répondre
  • pour info si on va du tadjikistan au népal c’est plus d’ouest en est que le contraire…

    Répondre
  • par Pilotatillon, pilote Alpin

    Ce livre – et l’auteur – masque une réalité foisonnante qui a débuté dans les années 1990 avec les pionniers Didier Favre (delta) et Pierre Bouilloux (parapente).
    L’amélioration des matériels, en particulier la légèreté, la solidité aux turbulences et la finesse, une palanqué de pilotes, tous aussi méritants que téméraires (surtout des Français et des Anglais) s’engagent (pas à moitié) pour des raids trans-hymalayens.
    Nous les pilotaillons profitons des fabuleuses images et de livres qui laissent réveur…
    Rendez-vous en septembre à Saint Hilaire, au festival du cinéma et dans les allées, où l’on croise les auteurs.
    Etonnant et caractéristique de ce milieu sportif réaliste avec son rôle / la taille de l’homme face à de tels milieux naturels : on peut échanger simplement avec ces personnages d’exception, du respect, des sourires mais peu d’autographes.
    Chapeau bas !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(31) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.