Accueil » L’aérostation de l’armée de l’Air 1934-1946

L’aérostation de l’armée de l’Air 1934-1946

Bernard Palmiéri raconte par le menu l’histoire de l’aérostation militaire française durant l’Entre-Deux guerres, avec en particulier la courte carrière opérationnelle de la Bataille de France, les missions de jour mais surtout de nuit et les actions héroïques des aérostiers français jusqu’à la dissolution des unités, à l’été 1940.

28.09.2019

Ballon Caquot type R en manœuvres à Compiègne durant l’Entre-Deux-guerres. © coll. J. Molveau

Désormais totalement seules sur le créneau de la littérature aéronautique historique, les éditions Lela-Presse (qui publient également le bimestriel Avions et d’autres magazines) n’ont jamais relâché leur effort pour faire paraître des livres d’une qualité exceptionnelle, qui tous sont pratiquement des ouvrages de référence. Ce volume de 128 pages au format 21 x 29,7 relié sous couverture cartonnée, ne déroge absolument pas à leur règle…

Tout d’abord, il traite d’un sujet que d’aucuns pourront qualifier d’exotique tant il n’a jamais été exploré. Même les passionnés de l’histoire de l’aéronautique et plus particulièrement celle portant les cocardes tricolores seront sans doute surpris : quoi, il y avait encore des ballons d’observation en 1940 ? Eh bien oui ! Certes les compagnies d’aérostiers, étaient moins nombreuses qu’en 1918, la Grande Guerre ayant vu une utilisation massive des « saucisses » par tous les belligérants sur tous les fronts, rendant d’inestimables services. C’est l’excellente raison pour laquelle l’aérostation militaire a perduré une fois la paix revenue, en dépit de quelques réorganisations autour de pôles tels Toulouse ou Compiègne. À la création de l’armée de l’Air, en 1934, le matériel s’est pourtant à peine modernisé, mais tout de même un peu, avec l’apparition d’un aérostat étrange dû à Zodiac, le « motoballon », la nacelle des observateurs pouvant être interchangée avec une sorte de fuselage d’avion à moteur Salmson de 60 ch, servant au déplacement aérien de l’engin…

C’est toute cette histoire que raconte par le menu Bernard Palmiéri. Aucun autre auteur ne pouvait être mieux placé que lui pour le faire, lui qui a une carrière d’historien et de chercheur au sein du Service historique de la Défense. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est allé au fond des choses.

On trouvera donc dans ce livre l’histoire de l’aérostation militaire durant l’Entre-Deux guerres, avec ses mutations organisationnelles et géographiques, l’état des lieux au moment de la naissance de l’armée de l’Air et l’affectation organique des ces moyens aériens affectés aux unités terrestres, la courte carrière opérationnelle de la Bataille de France, avec des missions de jour mais surtout de nuit ; avec des forces françaises bousculées par la guerre de mouvement (et l’aérostation d’observation est davantage adaptée à la guerre de position) ; avec des aérostiers se battant héroïquement au sol, jusqu’à la dissolution des unités une fois le pays vaincu, à l’été 1940. Mais elle a failli renaître, figurez-vous, en 1944, pour surveiller les poches de l’Atlantique…

L’aérostation de l’armée de l’Air 1934-1946, par Bernard Palmiéri, éditions Lela-Presse . 128 pages. 21 x 29,7 cm. Prix : 29,90 €. ISBN : 978-2-37468-022-4.

Qui dit aérostation ne sous-entend pas seulement la notion d’observation du champ de bataille, la composante, très importante, des ballons de protection, destinés à faire barrage aux attaques aériennes est également évoquée en détail, ainsi que sa répartition sur le territoire. La héraldique des unités est également décrite, ainsi que le matériel de servitude en plus des enveloppes, le tout étant illustré de quelque 80 photos et une bonne douzaine de profils couleur.

Sans doute est-ce un thème relativement anecdotique dans la grande histoire militaire. Au moins est-il traité de manière définitive, et ce n’est pas le moindre des mérites de ce bouquin passionnant.

Jean Molveau

 

 

Commandez le livre L’Aerostation de l’Armée de l’Air – 1934-1946. les Unites, les Opérations, les Materiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.