Accueil » Le Mirage III R de Buc retrouve sa « cocotte » et ses couleurs

Le Mirage III R de Buc retrouve sa « cocotte » et ses couleurs

Cinq habitants de Buc restaurent sous ses couleurs d’origine, le Dassault Mirage III R de l’ER 03.033 Moselle installé à l’entrée du village.

30.04.2021

L'ancien Mirage III R numéro 306 de Strasbourg, orne à présent, l'intersection entre l'entrée sud de Buc, et la route des Loges-en-Josas. © François Brévot / Aerobuzz.fr

Faute de sorties aéronautiques, interdites par le Covid, les français en profitent pour restaurer leur patrimoine, dans les 10 km autorisés autour de chez eux ... Cinq villageois de Buc, au sud de Versailles, viennent de repeindre leur Mirage III R. Livré par Secamic en 2009, le III R n°306 de l’armée de l’air, trône à 50 m de l'ancienne porte de l'Aéroparc Louis-Blériot, et face à la statue Jean Casale. Hélas, un an plus tard, il a été vandalisé...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

11 commentaires

  • christian aros

    Je suis désolé ,mais cet avion (en unité opérationnelle ) n’a jamais été équipé d’un ILS dont on voit l’antenne en haut de la dérive. Cette transformation a du être effectuée lors de son passage au CEV de Brétigny . Malgré tout quelle restauration ! . Bravo à tous ceux qui y ont participé en espérant que sa livrée ne subira pas d’outrage .J’ai volé sur ce 306 à de multiples reprises lors de mon passage à l’ER 01/33 de 72 à 78.

  • Jeepee

    Superbe peinture ! Il y en a encore beaucoup à refaire devant les bases et aérodromes

  • philippe jarry

    Ca fait du bien de savoir ce IIIR à nouveau respecté! Ce que ces volontaires passionnés ne savent pas, c’est qu’un des pilotes de cet avion repose à deux kilomètres, dans le petit cimetière des Loges en Josas. Ainsi, le IIIR No 306 et son pilote, Pierre Jarry, reposent ‘en voisins’. C’est d’ailleurs là-dessus que se conclut le livre ‘Pilote de Reco, de Cognac à Washington’ (à découvrir aux Editions NEL, Paris, 2010).

  • Serge Durant

    Vous n’allez pas me remonter le moral , avec votre article !!!!!
    J’ai piloté ce MIII R N° 306 les 15 et 23 Mars 1967 quand j’appartenais au 3/33 !
    IL y a 54 ans .
    Je vais essayer de prendre contact avec l’équipe qui le restaure , afin de les remercier .
    Merci AEROBUZZ de m’avoir rappelé ces années de  » VRAI  » pilotage .

  • Adrien 31

    Comme d’habitude, aucuns jeunes ados pour aider … Ils transmettent quoi les parents et grands parents ?!

    • Catherine Bouroullec

      Beaucoup de jeunes et d’ados, hélas, sont actuellement coincés par une Éducation Nationale en totale déroute devant des écrans d’ordinateurs plus ou moins performants, à galérer sur des ENT plus ou moins buggués, pour essayer de préparer leur Brevet, leur Bac, leur BTS…. leur avenir, en résumé !
      Alors un minimum de bienveillance pourrait amener à comprendre que le passé ne soit pas leur préoccupation principale en ce moment.
      Quoique, heureusement, on en trouve encore pas mal à traîner dans les aéro-clubs, sur les terrains de vol-à-voile, à spotter dans les meetings…..

    • Jean-Mi

      C’est justement la question de pose Adrien 31 : quelles valeurs transmettons nous à nos jeunes ?
      Que bugger devant un écran connecté est plus important que les valeurs humaines ?
      Partager sa culture, son histoire, ses valeurs, ne se fait pas sur internet.
      Je parie que certain vont découvrir, un jour, que leur grand père était héros de guerre ou grand scientifique dans un site web d’histoire, voire sur wikipédia !
      L’éducation civique se fait tous les jours, également par l’action bien réelle et pas uniquement par de jolis textes lus en diagonale. Quand un gamin a nettoyé des tags parce ce qu’il trouve que ça fait moche en face de chez lui ou sur l’avion sur lequel volait son grand père y’a 40 ans, il ne prend pas les choses de la même manière quand des sagouins reviennent plus tard tagger !
      Ca s’appelle la vie en communauté, en société.
      Et ce n’est donc surtout pas seul devant un écran.

  • BLT

    Très beau travail!
    Il revient de loin : https://goo.gl/maps/QbZaF7octsVUYguC8

  • Stormy

    Très beau travail, pour restaurer cet avion prestigieux avec son célèbre insigne. Et en plus, c’est bien fait – ce qui n’est pas toujours le cas.
    Problème éternel : les avions laissés en plein air se dégradent vite (et c’est valable aussi pour les bases aériennes, je ne parle même pas des aéroclubs qui au fil des années sont un peu devenus le dépotoir de l’Armée de l’air) Là c’était un avion donné par la SECAMIC voisine, qui ne savait plus trop quoi en faire (ils l’avaient manifestement récupéré pour le vendre d’occasion à une armée de l’air lointaine, ça aurait pu marcher il y a 20 ans..)
    Force est de reconnaitre qu’en banlieue, sur un rond-point, posé à même le sol, cet avion est fort vulnérable aux anti-aéronautique, anti-armée… et autres jaloux et anti-tout, qui hélas sont nombreux. Une clôture ou un trépied l’éloignant du sol (comme le splendide IIIRD d’Ambérieu… du même escadron!) sera peut-être nécessaire. Mais là qui paiera ? se faire donner un vieux Mirage, tout le monde y arrive – le préserver, c’est autre chose. Bravo encore à cette équipe !

  • Jean Pierre Surin

    Merci à ces villageois passionnés et investis. C’était tellement triste de voir cette pièce du patrimoine souillée par des messages militants.
    Bravo à eux.

  • Jean

    Bravo les gars, vous êtes des chefs, il est superbe.
    Espérons qu’il restera dans cet état le plus longtemps possible , avant qu’il ne soit tagué …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.