Accueil » Moteurs de rêve : de l’automobile à l’avion

Moteurs de rêve : de l’automobile à l’avion

L’Aéro-Club de France et l’Automobile club de France présentent l'exposition « Moteurs de Rêve 1898-2018 » qui s’attache à dévoiler l’origine de la propulsion et la naissance de la plus ancienne institution aéronautique.

12.05.2018

 

 

L'exposition, construite autour de 8 panneaux didactiques propose un regard croisé sur les évolutions de l'automobile et de l'aviation de 1898 à nos jours à travers l'histoire des institutions, des pilotes et des machines. © Ph. Chetail - Aerobuzz.fr

Présentée par l’Automobile Club de France et l’Aéro-Club de France, en partenariat avec le Musée de l’Air et de l’Espace, le lieu choisi pour cette exposition n’est pas le fruit du hasard. Hôte de l’Aéro-Club de France dès sa création en 1898, « l’Auto »  ou le bien nommé cercle automobile de la place de la Concorde, compte parmi ses membres quelques illustres pionniers de l’Industrie aéronautique naissante et quelques pilotes d’aéronefs…

Parmi eux Blériot, Santos-Dumont, Deutsch de la Meurthe, ou encore Farman qui partageaient leur temps entre les plaisirs du volant et l’exploration de la 3ème dimension. C’est avec eux et dans les premiers locaux de l’ACF (Automobile Club de France) que virent le jour les premiers « Règlements de Navigation Aérienne », que naquit le premier laboratoire d’essais et à partir de ce lieu que sont organisés les concours de moteurs d’avion. C’est aussi dans ses murs que vit le jour l’organisation, en 1908, du 1er Salon International de l’Aéronautique, ancêtre du SIAE actuel.

   L’AéCF prend son envol

Désireux de prendre son autonomie,  la « Société d’encouragement à la locomotion aérienne sous toutes ses formes et dans toutes ses applications », devenue Aéro-club de France (AéCF) devint rapidement la première institution entièrement dédiée à l’aéronautique.  Très vite, il organise les premiers prix aériens (Deutsch de la Meurthe, coupe Gordon Benett). Il est celui qui homologue les premiers vols et les records, édicte les règlements aériens et délivre les brevets de pilote (de 1909 à 1921). Il soutient la recherche et l’évolution technologique, encourage le développement des rallyes aériens, des meetings et autres manifestations populaires et plus généralement exerce au quotidien la promotion de l’Aéronautique.

A l’issue de la seconde guerre mondiale, lorsque la conquête de l’espace voit le jour, l’Aéro-club de France  encourage et soutient les innovations et les avancées technologiques  et les spationautes nationaux, pionniers de cette nouvelle grande aventure.

 Un regard croisé sur les évolutions technologiques de l’origine à nos jours

L’exposition mise en scène par Laurent Albaret, Secrétaire Général de l’AéCF, Emmanuel Piat , responsable Histoire et Patrimoine de l’Automobile Club et Hélène Dauphin, chef de projet, constituée de huit panneaux didactiques chronologiques, montre comment le rêve de l’automobile et de l’aviation est devenu réalité à la fin du 19e siècle et au cours du 20e siècle, grâce à l’invention du moteur. Elle rappelle aussi  que le pilote de la traversée de la Manche fut d’abord fabricant de lanternes pour automobiles, qu’Henry et Maurice Farman, amateurs de Panhard et Levassor construisaient des autos de luxe et que les frères Michelin, depuis leur usine de Clermont-Ferrand où les Bréguet XIV étaient assemblés, créèrent des prix d’aviation.  Gabriel Voisin, quant à lui, grand fournisseur d’avions pendant la 1ère Guerre Mondiale, effectuera une reconversion talentueuse, dès 1918 jusqu’aux années 40,  grâce à sa production d’autos de prestige .

Des pièces de grande valeur

Le Musée de l’Air et de l’Espace, partenaire privilégié de cette exposition, qui présente au Bourget tout le patrimoine historique et culturel aéronautique (et spatial) dans ses magnifiques collections, expose ici le moteur du constructeur de Suresnes Pierre J. Grégoire (GYP type D4 de 1910) Ce premier moteur en ligne inversé, adapté initialement à l’automobile et aux dirigeables , trône aux côtés de deux des trois coupes Gordon Benett originales, remises aux vainqueurs des grand prix du même nom par l’automobile Club et l’Aéro-club de France.

L’exposition a été inaugurée par le Président Robert Panhard (Atomobile club de France), Catherine Maunoury (Présidente de l’Aéro-Club de France) et le Professeur Anne Catherine Robert-Hauglustaine (Directrice du Musée de l’Air et de L’Espace).

Cette exposition, installée dans une petite structure sous les arcades de l’Automobile Club, est ouverte au public jusqu’au 1er Juillet. Elle sera ensuite accueillie dans les locaux de la DGAC, 50 rue Henry Farman – Paris 15ème arr.

Philippe Chetail

« Moteurs de rêve. 1898-2018 », exposition à l’Automobile Club de France, (6, place de la Concorde, Paris 8e) du 25 avril au 1er juillet 2018.  

 

2 commentaires

  • Grisez Ph

    Y a t il un 3 cylindres Anzani ? mon grand oncle , passionné de moteurs ( sur moto et automobiles ) et de tir (champion du monde au pistolet début 1900) a participé à la mise au point de ce moteur , mais sans contrat et pas plus de 2 ans, vu son caractère « indomptable  » (une douzaine de duels jusqu’à sa mort en 54 ! ) . Il a ensuite inventé le frein de bouche pour armes de tir , et employé ses talents dans l’aviation de la W War1 , avant de vivre – largement – de ses brevets entre les deux guerres …mais pas sans lutte …contre la contre façon , où son second métier (le premier étant « ouvrier chaudronnier « ! qui lui avait permis de fabriquer lui même ses protos ) ,docteur en droit , lui a permis des coups fumants . Une photo de lui avait paru dans ICARE …
    On n’en fait plus des comme ça , non ?

  • DAURAT

    lamentable, une expo de bibliothèque communale on se demande ou vont les fonds alloués a de si grandes institutions …j’ai honte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *