Accueil » Navigante

Avec pas loin de 20.000 heures de vol et la soixantaine bien assumée, Sylvie Logghe, PNC (personnel navigant commercial) à Air France, raconte sa vie d’hôtesse de l’air. On dit maintenant « navigante ». Et c’est le titre de son livre.

6.04.2021

Sylvie Logghe a passé 31 ans chez Air France, comme hôtesse de l'air puis dans l’encadrement, les ressources humaines et la formation des cadres. © S. Logghe

Ce livre de Sylvie Logghe est un témoignage sur un métier rendu de plus en plus difficile à cause notamment des rotations de plus en plus courtes – Ah ! finies les semaines d’escale aux Antilles, aujourd’hui, c’est juste une nuit sur place ! – et à cause aussi du comportement de certains passagers qui, ayant payé quelques dizaines d’euros seulement un aller-retour moyen-courrier, se croient tout permis.

Sylvie Logghe doit posséder un tempérament fort, optimiste, doublé d’une curiosité sans fin. En tout cas, dans son livre on sent la passion qui l’a animée durant toute sa carrière de navigante. Pour autant, avec une simplicité toute en nuance, elle soulève le voile sur certains côtés méconnus du métier d’hôtesse de l’air : la fatigue due aux décalages horaires, les jambes alourdies par des heures debout à 30.000 ft, l’éloignement d’avec les siens, etc. Elle le dit, notamment en fin d’ouvrage avec ses mots à elle. Oui, il lui arrive d’avoir très mal aux pieds, d’avoir la mâchoire douloureuse après avoir répété plus de 300 fois « soyez le bienvenu à bord, nous vous souhaitons un bon voyage ! » … Oui, il lui arrive d’avoir sommeil, de mal encaisser des réflexions du genre « pauvre conne qui bosse dans une compagnie de merde », et même, oui, il lui arrive de s’être disputée avec son conjoint juste avant un vol long-courrier…

Mais Sylvie Logghe n’a pas gardé le meilleur pour la fin. Au contraire, l’essentiel de son ouvrage est consacré à la joie des découvertes de nouveaux horizons, de nouvelles rencontres, d’occasions de rires. Il faut lire le chapitre consacré aux fou-rires irrésistibles de certains PNC face à des situations pourtant… tragiques.

Beaucoup de choses ont été déjà écrites sur le métier de PNC. Mais à chaque fois, ce sont de nouvelles anecdotes et un regard différent sur ce métier qui a tant fait rêver et qui continue de faire tant rêver.

Navigante de Sylvie Logghe.
Autoédition. 158 pages. 19 €

Un seul regret pourtant : Sylvie Logghe ne parle pas assez des réflexions des passagers et des réponses des navigants face à ces comportements étranges. Ainsi, Sylvie Logghe aurait pu rappeler cette réponse devenue culte d’une hôtesse à un voyageur un brin séducteur qui lui avait reproché de na pas sourire ; l’hôtesse avait alors répondu : « Souriez-moi donc Monsieur ! Voilà, merci et maintenant gardez ce sourire pendant 12 heures… » Ou bien encore Sylvie Logghe aurait pu également mentionner le nombre de fois où ce PNC, ramassant le plateau repas d’un passager et découvrant qu’il manquait des couverts lui avait dit : « Eh bien Monsieur a eu bon appétit, même les couverts y sont passés… »

Bruno Rivière

 

Commander le livre NAVIGANTE

Retrouvez nous en podcast et vidéo

6 commentaires

  • Serino Evelyne

    “J’ai eu le plaisir de lire “Navigante” qui traduit vraiment bien la réalité de notre métier. Il nous donne à voir l’envers du décor. Émouvant et drôle, c’est un plaisir de lecture, bien écrit et très intéressant ! Il est original et rythmé, j’ai adoré les cartes postales personnelles et poétiques ! “

  • Gerard De Nuit

    Un livre très bien écrit qui nous fait réaliser combien il est agréable d’avoir pu voyager et combien cela nous manque quand la grise covid19 nous empêche le faire.S’evader dans ce livre est un magnifique voyage avec de belles escales.
    Très bien vu avec un regard d’ancien PNC ,et un joli clin d’œil à tous les passagers qui ont eu le plaisir de voyager en compagnie de Sylvie,une passionnée comme il en existe de moins en moins.Bravo et merci pour tous ces bons moments en votre compagnie.

  • Tonton Volant

    On n’en parle pas assez, de ces personnes rendant — et le tentant pour les arrogants, les grincheux… — les heures passées en cabine agréables, s’assurent de la sécurité et du bon déroulement du vol et sont payées assez chichement :
    Rémunération d’une débutante dans une compagnie Low-cost (Ryanair, Easyjet) : SMIC, (c’est pourquoi on ne paye que 20 € pour faire Paris- XXX)
    Rémunération d’une débutante dans une compagnie européenne régulière (Air France) : 1.700/1.800€ brut,
    Rémunération d’une débutante dans une compagnie prestigieuse hors Europe (Qatar Airways, Emirates) : 2.000/2.500€ brut.

    • Stormy
      Stormy

      Chez Qatar Airways (ou Emirates) le brut est égal au net. Après on peut toujours regarder dans la gamelle des autres ….
      Et chez nous en France (ou en Slovaquie, en Pologne..) les candidates hôtesses doivent maitriser l’anglais, ce qui en soi est déjà un diplôme.
      Rien de tout ça avec les Irlandaises, Australiennes ou Anglaises, à qui on demande juste à l’embauche de savoir respirer.
      C’est vrai que les escales se sont raccourcies. Il y a aussi autre chose qui a tué l’ambiance : les smartphones avec facebook et autres – une fois dans le bus, que ce soit à Auckland, Lagos ou Buenos Aires, c’est dix-sept visages scotchés sur leur écran que vous avez – et pareil à table si vous essayez de faire un dîner au restau…. De temps en temps, une bonne surprise, une ou deux au-dessus du lot, mais c’est rare. On m’a dit « c’est parce qu’ils/elles ont 25 ans » – mais désolé, à 25 ans je n’étais pas comme ça.
      Sinon dans ce livre, à part les passagers, il doit sûrement y avoir quelques mots sur les pilotes, non?

  • Dêva koumarane

    Bonjour,
    Je n’ai pas encore lu le livre de la Navigante Sylvie Logghe. Je la félicite d’ores et déjà.
    Une hôtesse de l’air est celle qui rend agréable le voyage. Elle diminue les angoisses de beaucoup de personnes. Son sourire et son dévouement encouragent les passagères et les passagers à aimer le très bel oiseau qui aime voler dans tous les ciels du monde.
    Sylvie est ravissante. Son visage est rassurant. Bravo aux personnes ont eu la chance de voyager avec elle!
    Dêva KOUMARANE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.