Accueil » Le pilote de chasse français aux trois éjections

Le pilote de chasse français aux trois éjections

Au cours de sa carrière de pilote de chasse, Denis Turina s'est éjecté trois fois en vol : une fois d'un Mystère IV et deux fois d'un F-100. Il raconte ces événements dans un livre intitulé tout simplement, "Trois éjections".

24.02.2018

Mystère IV de Dassault Aviation. © Dassault Aviation

« Trois éjections » de Denis Turina, est en fait l’autobiographie d’un pilote de chasse, opérationnel sur Mystère IV, F-100 et Mirage III, à qui il est arrivé trois fois d’être obligé de quitter son avion en vol. Trois éjections au cours d’une carrière… Ils ne sont sans doute pas nombreux à totaliser un tel score ! Ils seraient deux selon l’auteur.

Le pilote était pourtant plutôt bien noté par sa hiérarchie. Studieux, appliqué, il a gravit les différents échelons jusqu’à appartenir au prestigieux rang des pilotes de chasse. Son parcours se corse singulièrement après une première éjection pour cause de réservoir à sec, quelque part au-dessus de l’Espagne, lors d’un vol d’entrainement à la navigation avec son Mystère IV. Nous sommes le 27 mai 1966.

Trois éjections De Denis Turina, Editions JPO 153 pages – 24,35 euros – ISBN : 9-782373-010749

Une bonne année plus tard, le 5 septembre 1967, près de Cahors, Denis Turina s’éjecte cette fois à partir d’un F-100. Motif : le palier arrière du compresseur basse pression s’est démonté en vol entraînant les décrochages compresseurs. Enfin, le 26 mai 1975, en survol de la Forêt-Noire en Allemagne, c’est encore à partir de son F-100 dont le réacteur est en feu qu’il doit s’éjecter. Les choses se compliquent à l’atterrissage et le pilote est sérieusement blessé. Bilan : de très longs mois d’immobilisation. Mais, à force de travail et de volonté, Denis Turina pourra s’assoir de nouveau dans un cockpit d’avion de chasse…

Il quittera l’Armée comme instructeur sur Fouga avant d’entrer dans l’industrie aéronautique comme ingénieur. Et bien sûr, il continuera à exercer sa passion de vol au sein d’aéroclubs. Avec énormément d’humour, une grande naïveté et une belle honnêteté, Denis Turina se livre.

Bruno Rivière

Commander le livre Trois éjections

18 commentaires

  • Nadal

    Bonjour, je n’ai pas lu votre livre, mais j’habite prés de l’endroit où vous avez sauté en septembre 1967. Mes petits enfants ont retrouvé des débris de votre F-100 qui s’est écrasé dans la colline près de la rivière du Lot. L’occasion pour nous de faire des recherches sur ce crash et sur vous. Ils ont apportés à leurs écoles des morceaux du F-100 ainsi qu’un extrait de votre livre qui parle de ce deuxième saut …. Vous les avez passionné….. et aux prochaines vacances leurs recherches vont continuer!!!

  • Yves RIGAUD

    Jeune sergent pailleux sorti d’école affecté à la DV 05/312 je garde à l’esprit la gentillesse et l’humilité de cet officier supérieur.

  • Roustan Jean-Pierre

    Bonjour mon Cdt,
    Jeune pistard au 2/3 de 68 à 73 je vous ai à nouveau croisé au Germas à Salon lorsque vous étiez Cdt d’Escadron. Nous étions également ensemble lors des funérailles du Cne Roses à Nice. Je garde de vous le souvenir d’un homme très agréable. J’ai lu avec grand plaisir cet ouvrage et je vais le signaler à mes anciens camarades de la 3 avec qui je suis encore en contact. Je réside dans le secteur de Vinon et vole de temps en temps (pax) en planeur depuis Eyguières, j’ai même fait un vol sur Tallard en DR400. Vous voyez, je connais le coin. Bravo pour votre grand courage et votre brillante carrière. Vous êtes un exemple pour nous tous. Sincères salutations. JP.R

  • M.B

    Bonjour à tous
    Je précise et JPL est certainement au courant. Pour ce que je sais, en 1965 / 1967, la 1ére question du commandant de la Base était: Il est à nous ? Cela sous entendait que certains Mystères 4 A appartenaient aux U.S.A.
    Vingt ans après la fin de la guerre les finances n’étaient certainement pas très brillantes. Alors l’’Armée de l’Air louait ces aéronefs.
    A ce jour, je pense que les Rafales nous appartiennent, du moins je l’espère. A moins que des accords sur des échanges commerciaux continuent à circuler pour ce type de produits. Mais là, pas d’espoirs de leurs vendre cette merveilleuse machine !
    Reste les pays du Golf. En échange de quelques bidons de pétrole ?????????
    Cordialement aux heureux rescapés des éjections à l’air libre ! ! ! ! !
    M.B

  • alfred Wlodarczyk

    Bonjour,
    Je vous ai connu lors d’une visite d’un groupe de pilotes au Musée de l’Air du Bourget, que je faisais visiter en temps que guide du Musée. Nous avons déjeuné ensemble et vous m’aviez commenté vos éjections. Très bon souvenir et j’achèterais votre livre bien sur.
    Bien cordialement.

  • Grisez Ph

    …Comme quoi , « you’ re Fired  » ( or « will/would be better to be —- ) , ça peut rapporter des souvenirs -malgré tout – sympas avec les copains -et les autres , même les jaloux !

  • Yves Kerhervé

    Bonjour, nous avons travaillé ensemble dans un pays lointain, t’en souvient il et tu nous avais raconté tout ça! Je vais lire ton livre avec plaisir.

  • BAUDRY Patrick

    Je lirai ton livre avec beaucoup de plaisir et d’émotion. Tu fais partie de mes anciens à la 11 dont j’ai beaucoup entendu parler, par Jean-Jo entre autres…
    Amicalement.
    Pby

  • popoaviateur
    popoaviateur

    Mon ami Alain Brossier appartient à ce club assez fermé qui se réunit au Bourget tous les deux ans cher martin Baker / Hispano-Suiza

  • Harraz Amar

    Les appareils et leurs équipements étaient moins fiables qu’au jourd’hui. Les pannes et problèmes de réacteur étaient le lot de cette époque mais néanmoins bravo

  • G LESCALUP

    En langage clair, il avait à la fois la poisse et la baraka!

  • luco67

    Je crois savoir qui était son chef de patrouille.

  • JPL

    La 1ere éjection de Turina (dit Tonton) a fait depuis 1966 de nombreuses fois le tour de l’Armée de l’Air.

    En effet, il n’était pas seul et ce sont 6 Mystère-4 qui allèrent au tapis ce jour là au lieu de passer un weekend à Séville ! Il était n°2 et le n° 4 de la patrouille (Jean-Joseph BRIE), commandant de l’escadron des Cigognes en 1976 savait super bien raconter ce vol mémorable (et cher pour les finances publiques de l’époque !).
    Ci-dessous son récit très détaillé :
    http://aviateurs.e-monsite.com/pages/1946-et-annees-suivantes/six-mystere-iv-a-seville.html

  • Jean Pierre Fontrel

    Salut l’ami ! Nous sommes de la même promo à Salon (moi, EOA 63).
    Je l’irai ton livre. Ne lâche rien !

    • Denis Turina

      Salut Jean-Pierre,
      Je me souviens de toi et je crois me rappeler que tu écrivais déjà, à la 7 dans les années 60. Dans le livre tu devrais retrouver un peu de notre jeunesse.

      • Jean-Loup FROMMER

        3 cravates………. comment les distinguer ??
        MB, les remplace gracieusement à partir d’une !
        J’ai déjà lu vos 3 éjections, mais cela ne m’empêchera d’acquérir votre livre.
        Respects.

      • Teil

        Bonjour Monsieur Turina,
        Avez-vous côtoyé Elie Buge pilote d’essai Dassault (période années 1950 à 1967)
        Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.