Accueil » Youri Gagarine, l’étoile russe

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Youri Gagarine, l’étoile russe

Voila une approche originale de la vie de Youri Gagarine. "L'étoile russe" d'Anne-Marie Revol est un roman qui suit en partie la mode actuelle des biographies romancées. C'est intéressant, mais un peu frustrant, car quand on découvre un détail inconnu, on ne sait plus s'il est historique ou vraisemblable.

13.03.2019

Youri Gagarine, l'étoile russe. © DR

L’originalité de cet opus est que pour chaque chapitre l’auteur donne la parole à un acteur différent, toujours passionné ou familier du héros.

Ce sera tour à tour :

  • un ingénieur de l’équipe de Korolev retraité à New York
  • la paysanne qui a vu la première Gagarine et son parachute, à qui le KGB va interdire de parler de ce qu’elle a vu
  • Guerman Titov, le jaloux colérique
  • un égoutier de Léningrad, collectionneur de tout ce qui concerne Youri et qui tient un journal
  • une journaliste franco-russe à Paris
  • Korolev et sa femme
  • un gardien de musée russe
  • une interprète parisienne qui aurait couché avec Youri, après que celui-ci ait bu 3 bouteilles de Bourgogne
  • et enfin le journal de Valia, sa veuve.

On se laisse prendre au jeu, on se sent dans l’atmosphère de l’URSS sous Kroutchev. Le poids du KGB est fort pour cacher que Youri ne s’est pas posé dans la capsule, mais a sauté en parachute. Plus encore il convient que personne ne sache que le bouclier thermique ne s’est pas convenablement détaché et que pendant une dizaine de minutes, Gagarine a tourbillonné vomissant dans son casque et arrivant au sol en piètre état.

La taille du héros était presque un secret d’état ; il ne mesurait que 1 mètre 57. Cela avait d’ailleurs failli l’éliminer de la formation initiale de pilote de chasse : il atterrissait très mal et son Yak marsouinait au décollage. Ses instructeurs voulaient le renvoyer, jusqu’à ce qu’un capitaine perspicace lui ordonne de mettre un coussin sous ses fesses, et alors tout fut parfait.

L’étoile russe. Par Anne-Marie Revol. Editions Roman JC. Lattès. 320 Pages. 19 euros. EAN : 9782709660907

L’ensemble se lit aisément et retrace l’atmosphère post stalinienne. Je ne sais pas si tous les détails sont véridiques, mais certains sont extraordinaires : Gagarine aurait jeté une coupe de champagne à la figure de Brejnev, en lui reprochant d’avoir envoyer sciemment à la mort Komarov. Il fallait que le premier vol de Soyouz 1 dame le pion des américains alors que le vaisseau était notoirement imparfait.

L’évocation des liens quasi paternels de Korolev avec le Cosmonaute N°1 sont touchants. La personnalité simple et modeste du héros est attachante. Mais le succès l’abîme, et lui donne le goût de l’alcool et des femmes. Sa femme est admiratrice, admirable et malheureuse.

En lisant ce livre vous découvrirez l’intimité d’un couple pas comme les autres. Il y a de la tragédie grecque dans cette évocation.

Jean Ponsignon

Acheter le livre L’étoile russe

A propos de Jean Ponsignon

chez Aerobuzz.fr
En parallèle d’une carrière de 29 ans dans le conseil en organisation et management et de 6 ans dans l'humanitaire, Jean Ponsignon a signé une centaine d’articles sur deux sujets principaux, l’aéronautique et l’humanitaire, pour Aviation & Pilote, Aventure, Bourgogne Magazine, La Croix… Il a rejoint Aerobuzz, début 2013. Jean Ponsignon traite l’actualité culturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.