Accueil » Décès d’Yves Goupil, pilote d’essais de l’aéronautique Navale

Décès d’Yves Goupil, pilote d’essais de l’aéronautique Navale

Le Vice-Amiral d'Escadre Yves Goupil, pilote de chasse et d'essais est décédé le 31 décembre 2020 à l'âge de 89 ans.

5.01.2021

L'Amiral Yves Goupil en 2019. © Fondation Jacques Chirac

Le 6 mai 1963, il fut le premier pilote français lâché sur un F-8 Crusader pour préparer l’arrivée des F-8E(FN) livrés à partir de 1964. Il prit le commandement de la Flottille 14F lorsqu’elle fut équipée du nouveau chasseur supersonique en 1965. Il commanda aussi l’Escorteur d’Escadre Bouvet puis la Frégate Suffren.

En 1970 il fut un des pilotes d’essais du Jaguar M notamment au cours de la première campagne embarquée à bord du Clemenceau.

Major général de la Marine, il prit sa retraite en 1991 après une carrière militaire longue de quatre décennies non sans avoir âprement défendu l’idée de doter l’aéronavale de F-18 à la place des Crusader en attendant le Rafale.

Il a continué à voler sur le Sonerai II, un monomoteur immatriculé à ses initiales, qu’il a construit.

Ses obsèques se dérouleront à Paris le 6 janvier 2021.

FrM

 

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • Patrick PUJOL

    Le centre de construction aéronautique de MONTAUBAN vient de perdre l’un de ses piliers. Sans parler de l’administrateur actif , l’Amiral Yves GOUPIL était un membre de la famille du CQR, un ainé toujours ouvert à tous, d’une dimension humaine rare et constante qu’il vienne vous aider à coller une nervure, à rédiger un croquis, ou à préparer un repas.
    Il a été pendant toutes ses années un exemple pour nous tous et une source inépuisable d’entrain et de persévérance telle qu’elle lui fut nécessaire à mener à bien son projet de construction qui n’était pas des plus simples.
    Devant ma grande surprise quand il m’a demandé si je voulais bien faire les essais en vol de son racer il m’a répondu en souriant  » je l’aime trop, je vais donc trop lui pardonner… »
    Quelle joie dans ta voix quand je t’ai annoncé que les bonnes conditions d’un matin de printemps m’avaient permis de faire le premier vol.
    Et quelle angoisse se lisait sur ton visage après la rupture au décollage du radiateur d’huile qui m’avait contraint à un « mayday feu à bord » car l’envahissement fumée du cockpit m’avait fait craindre un incendie.
    Certes de longues secondes pour moi….mais tellement pour toi, en bas à la radio….
    Et quand enfin nous avons pu échanger sur le tarmac, que j’ai raconté à tous ceux qui s’étaient précipités après avoir entendu le message et qui voulaient savoir comment j’avais fait je me rappelle encore tes mots « c’est çà ! ce que nous répétons des centaines de fois à vide jusqu’à pouvoir l’exécuter par coeur, c’est ça qui marche !!! Puis ton visage a subitement perdu sa gravité, tu a pris ton grand sourire tu a levé ta main droite en l’air en disant haut et fort « bravo petit »
    En toute bonne règle d’amitié tu m’as justement rendu cette énorme frayeur le jour ou te posant à MONTAUBAN en retour d’une visite à un des tes nombreux amis sur l’aéroport de CASTRES, une fusée de train a cédé entrainant la perte de la roue droite…
    Mais avec quel brio tu as cependant réussi à maintenir l’avion sur l’axe pour limiter la casse au maximum !!!
    Je suis arrivé par l’arrière de l’avion, je ne te voyais pas j’ai hurlé « Yves » et là une voix des plus sereines m’a répondu « essence fermée, batterie et magnétos off »…

    Etre en ta présence, échanger, entendre tes conseils, voler quand tu demandait de l’entrainement, était un luxe et un cadeau dont je ne saurais jamais assez te remercier.

    Bon vol FOX !

  • ODIER

    Adieu Amiral… j’entends encore votre voix sur la fréquence annoncer….  » miroir… 2 fois 400 …Fox… » un jour où contrôleur CCA vous étiez venu valider des heures de vol sur chasseur à Landivisiau….
    Reposez en paix

  • Dan

    Un très grand Monsieur!

  • Bernard THOUANEL

    Un Grand Monsieur de l’Aéronautique Navale Française vient de tirer sa révérence.
    Yves Goupil possédait un carnet de vol plus qu’honorable aux commandes de près de 69 types d’appareils différents allant du SNJ à l’Aquilon, en passant par le Grumman Panther à l’Etendard IV , sans oublier le F-8 Crusader. Le Mirage G avait été aussi parmi les prototypes que l’Amiral avait piloté au cours de sa carrière et qu’il préférait. Son regret était de ne pas avoir pu prendre les commandes du Mirage IV au CEV de Cazaux alors qu’il y était détaché au début des années soixante , contraint de s’expatrier aux Etats Unis pour s’occuper de la prise en main des F-8 Crusader au NATC de Patuxent River (Maryland). Son expérience mériterait à elle seule un ouvrage biographique et aéronautique.
    L’Amiral Goupil était un pilote d’essai de très grande classe , d’une très grande gentillesse, et d’un très grand professionnalisme . Au bout de dix neuf ans, il était parvenu en 2011 à construire lui-même un petit Racer Monett Sonerai II sur l’aérodrome de Montauban avec lequel il devait se crasher sans gravité sur la piste de Cazaux .
    Très accessible, Yves Goupil n’était pas avare de conseils et n’hésitait pas à donner un coup de main à des jeuens historiens ou journalistes aéronautiques débutants .
    Et généralement il terminait ses entretiens téléphoniques ainsi:
    « Bon… Ecoutez, à l’occasion, n’hésitez pas à me rappeler… O.K. ? « .

    Adieu Amiral !

    Bernard L. Thouanel

    https://youtu.be/C1c0ZEOXoKw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.