Accueil » Le 1er vol d’un Be-200 ES militaire

Le 1er vol d’un Be-200 ES militaire

Ce Be-200 de la marine russe serait destiné au développement de la mission Patmar au-dessus de la Mer Noire, fort de ses 3.850 km d'autonomie © UAC.

Un premier Beriev Be-200 ES destiné à la marine russe a volé le 14 février 2020, au départ du complexe Beriev de Taganrog où il a été assemblé.

Ce Be-200 ES est une version militarisée du Be-200 ChS, spécialisée dans les missions SAR, et en particulier, dans la lutte anti sous-marine. Bien qu’il soit militaire, UAC affirme que cet appareil conserverait la capacité de lutte anti-incendie d’origine du Be-200 ChS. En outre, l’avion revêt le camouflage caractéristique de la marine russe. Il a été remis à l’aéronautique navale, à qui le gouvernement en avait promis six exemplaires, il y a 7 ans. En 2017, le programme a été...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(2) { [0]=> int(34) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • « les moteurs [..] ne sont plus livrés par l’Ukraine à la Russie » …. pour obéir aux ordres des américains. Et la beauté de la chose est que tous ces composants n’ont aucun débouché ailleurs, pour des raisons de standards, de normes, de voltage et de je ne sais quoi – et que comme ni l’Europe, ni les USA ne vont compenser ça en achetant quoique ce soit aux Ukrainiens, ceux-ci n’ont plus qu’à fermer leurs usines et à vivre dans la misère noire désormais, pour les villes industrielles où étaient implantés les usines. Vous noterez le coup double des Américains/Européens : on embête la Russie, et on fait disparaitre la concurrence et ses usines. Joli coup – sauf que la population ukrainienne en a parfaitement conscience…. et que cela se payera peut-être un jour.

    Répondre
  • C’est dommage car les russes pourraient se faire une très belle place sur le marché des avions de lutte contre les incendies, il n’y a qu’à voir les dégâts en Australie. Sa capacité d’emport est me double d’un Canadair.

    Répondre
    • On a pas mal parlé lors des incendies Australiens de quels avions étaient disponibles et surtout utiles : les Be-200 auraient été bien adapté à la topographie locale et aux distances, au contraire des Canadairs…
      La capacité d’emport ne fait pas tout.

      Répondre
  • C’est un impressionant bombardier d’eau que nous avons pu apprécier dans son oeuvre au dernier Rassemblement International des Hydravions à Biscarrosse en juin 2018.
    Malheureusement il ne sera pas présent pour l’édition 2020.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(34) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(34) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.